Quelle est l'histoire derrière Noël ?

Quelle est l'histoire derrière Noël ?

En regardant cette question, je vois la tradition des cadeaux de Noël, mais d'où vient la tradition de Noël elle-même ? Et qu'en est-il du sapin de Noël et du Père Noël (ou Kris Kringle) ?


Alors que Noël a des racines lointaines dans le passé, bon nombre de nos traditions dans le monde anglais ont été introduites par les Victoriens. C'était la période qui a fait de Noël une fête importante, c'est aujourd'hui, en décidant des thèmes que nous reconnaissons (charité, bonne volonté, cadeaux, etc.), des traditions (beaucoup tirées de celles germaniques) et même du mercantilisme (cartes, biscuits de Noël, etc.) Ce lien BBC devrait être utile.

Quant au contexte pré-chrétien : consultez la page wikipédia pour Noël. « Les coutumes de Noël modernes comprennent : les cadeaux et les réjouissances des Saturnales romaines ; la verdure, les lumières et la charité du Nouvel An romain ; et les bûches de Noël et divers aliments des fêtes germaniques". En fait, lisez toute cette section.

Cet article de Britannica entre dans d'autres détails. Il mentionne également Mithra.

(Il y a beaucoup d'informations en ligne, mais j'hésite à créer des liens vers des articles non wikipédia ou encyclopédiques sur un sujet aussi délicat). C'est décent où il fournit des références mais a un agenda massif.

Bonus : si vous pensez que Noël est principalement une question de nourriture (qui peut vous en vouloir), vous trouverez que cela répond à tout.


Noël était à l'origine une tradition païenne dans le nord de l'Europe où l'on célébrait le fait que le soleil avait recommencé à se lever. Les hivers étaient difficiles à survivre à cette époque sans lumière, mauvais vêtements, pire logement et chauffage et parfois même pas assez de nourriture, etc. L'hiver et sa fin étaient donc une affaire beaucoup plus importante à l'époque qu'elle ne l'est aujourd'hui.

Ensuite, lorsque le christianisme est arrivé en Europe du Nord, il a été adapté aux traditions déjà existantes pour faciliter la conversion, qui comprenait Noël, ou Jul comme on l'appelait.


Origine et secrets des lutins de Noël

Les elfes sont connus pour être de minuscules créatures ressemblant à des nains, mâles ou femelles, avec des oreilles pointues. Ils sont jeunes mais immortels et ont des pouvoirs magiques qui peuvent contrôler ce que vous voyez et vivez. On dit que leurs demeures sont souterraines, dans des forêts, ou dans des sources et des puits, mais personne ne le sait vraiment car ils gardent leur emplacement secret ! On pense également que le 6 janvier, les lutins allument leurs torches et descendent de leur village secret dans la montagne pour jouer dans un champ caché pour célébrer le dernier jour de Noël.

Mais savez-vous qui sont ces elfes ? Sont-ils de vraies créatures ou juste un mythe ? Quelle est l'histoire derrière leur origine? Quel est le secret derrière eux ?

Les elfes ont une histoire fascinante associée au paganisme germanique. Les elfes sont à l'origine considérés comme la création du paganisme germanique qui les croyait être les créatures de lumière qui vivaient dans les cieux. Les elfes ont été décrits comme des hommes ou des femmes, minuscules ou nains, jeunes et immortels dotés de pouvoirs magiques. Plus tard, ils étaient souvent appelés à vivre sous terre, dans les forêts, les sources et les puits. Les elfes étaient généralement des êtres magiques qui pouvaient contrôler ce que les gens voyaient et expérimentaient. Les elfes et les fées sont également fortement associés au champignon "Amanita Muscaria", également appelé "champignons magiques" non seulement dans l'art mais dans les expériences psychédéliques.

Il y a des siècles, à l'époque païenne, les Scandinaves croyaient que les elfes étaient des gnomes de maison qui protégeaient leurs maisons contre le mal. Si vous étiez bon, les elfes étaient bons avec vous, mais si vous étiez mauvais, les elfes espiègles vous joueraient des tours. Bien que ces gnomes soient pour la plupart bienveillants, ils pourraient rapidement devenir méchants s'ils ne sont pas correctement traités, dit-on. Certains des tours qu'ils aimaient jouer consistaient à vous donner des cauchemars en vous asseyant sur la tête pendant que vous rêviez, en emmêlant vos cheveux pendant que vous dormiez, en faisant tourner votre lait aigre et en volant vos saucisses. Les gens croyaient que s'ils laissaient un bol de bouillie sur le pas de la porte la nuit, les elfes seraient heureux et ne les soumettraient pas à leurs pitreries désagréables. Au cours des siècles, ils ont été aimés ou détestés. Certains pensaient même qu'ils étaient des trolls et des cannibales. La perception des gnomes dépendait en grande partie du fait qu'une personne était méchante ou gentille.

Au milieu des années 1800, le véritable but des elfes a été révélé par les Scandinaves. Les elfes - déjà une tradition associée à la narration d'histoires et à la magie, ont pris une nouvelle signification au milieu des années 1800 et leur véritable intention a commencé à être considérée comme rien d'autre que d'aider le Père Noël (Père Noël). C'était l'œuvre des écrivains scandinaves populaires de l'époque. A cette époque, les festivals de Noël élaborés ont regagné en popularité et des écrivains scandinaves tels que Thile, Toplius, Rydberg ont esquissé le véritable rôle des elfes dans la vie moderne : des fées quelque peu espiègles, mais les véritables amies et assistantes du Père Noël. C'est à cette époque que les elfes ont commencé à être appelés les "elfes de Noël", ou simplement les"elfes", et non plus les"nains de maison". Des artistes tels que Hansen et Nystrm ont complété le tableau des elfes pour nous. On commence maintenant à croire que les elfes aident le Père Noël à concevoir et à fabriquer les merveilleux jouets et cadeaux qu'il apporte aux enfants. On disait qu'ils avaient aussi d'autres devoirs. Certains lutins s'occupent des rennes du Père Noël et gardent son traîneau en bon état, prêt à voler dans le ciel la veille de Noël. D'autres aident le Père Noël à garder sa liste coquine et gentille en ordre, et certains elfes gardent l'emplacement secret du village du Père Noël. Les elfes font des apparitions soudaines dans les jours précédant Noël, pour garder un œil sur chaque enfant et voir lesquels d'entre eux se comportent bien et obéissent à leurs parents. On pense qu'ils sont les agents secrets du Père Noël et lui font part de leurs découvertes. Les enfants qui sont méchants et se conduisent mal ont leurs noms ajoutés à la liste des méchants et peuvent se réveiller le matin de Noël pour les trouver remplis de morceaux de charbon ou de fagots de brindilles !

Les elfes pourraient être utiles maintenant. Leur espièglerie, cependant, était encore évidente dans la variété des histoires racontées à leur sujet. Les contes suggéraient que la façon dont vous étiez traité par les elfes dépendait du fait que la personne était considérée comme méchante ou gentille ! En Amérique en particulier, les petits, verts avec des oreilles pointues, sont représentés comme les assistants du Père Noël fabriquant des jouets dans son atelier au pôle Nord.

À un moment donné, on pensait que les elfes vivaient dans le village du Père Noël (Père Noël) au pôle Nord. Cependant, en 1925, il a été découvert qu'il n'y avait pas de rennes au pôle Nord, mais qu'il y en avait beaucoup en Laponie, en Finlande. Puisque les rennes tirent le traîneau du Père Noël, il doit vivre dans une région où il y a un grand nombre de ces animaux disponibles. Depuis lors, on pense qu'il existe un village secret avec un passage secret, quelque part en Laponie, où vivent le Père Noël, sa femme et son équipe de lutins. Personne n'a réellement vu leur village car le passage vers celui-ci est un secret qui n'est connu que du Père Noël et des lutins. Mais les gens pensent qu'il se trouve quelque part sur la montagne Korvatunturi dans le comté de Savukoski en Laponie, en Finlande, qui se trouve à la frontière finno-russe.

Certaines personnes pensent que le Père Noël emploie six elfes, tandis que d'autres pensent qu'il a neuf assistants elfes. D'autres pensent qu'il y a jusqu'à 13 elfes vivant avec le Père Noël pour l'aider. Les elfes sont les enfants de Gryla et Leppaludi et sont très intelligents. Ils aident le Père Noël à concevoir des jouets et à traiter les demandes des enfants qui leur sont envoyées par courrier postal ou par e-mail. Les noms occidentaux populaires des lutins de Noël aidant le Père Noël sont :

1. Alabaster Snowball (Administrateur de la liste Naughty & Nice).

2. Bushy Evergreen (inventeur de la machine à fabriquer des jouets magiques).

3. Pepper Minstix (Gardienne du secret de l'endroit où se trouve le village du Père Noël).

4. Shinny Upatree (Le plus vieil ami du Père Noël et le cofondateur du village secret en Laponie).

5. Sugarplum Mary (Chef des Sweat Treats, elle est également connue sous le nom de Mary Christmas. Elle est l'assistante de Mme Claus et l'aide dans la cuisine).

6. Wunorse Openslae (concepteur du traîneau du Père Noël et responsable de son entretien. Il s'occupe également des rennes et on pense que ses rennes atteignent des vitesses plus rapides que les lumières des arbres de Noël).

Les anciens folklores islandais mentionnent les elfes sous les noms d'Askasleikir, Bjugnakraekir, Faldafeykir, Gattathefur, Giljagaur, Gluggagaegir, Ketkrokur, Kertasnikir, Pottasleikir, Skyrjarmur, Stekkjarstaur, Stufur et Thvorusleikir. Les autres noms des lutins du Père Noël que l'on peut trouver sont Baggalutur, Bjalmans barnid, Bjalminn sjalfur, Bitahaengir, Frodusleikir, Laekjaraegir, Raudur, Redda, Sledda, Steingrimur, Syrjusleikir, Tifill et Tutur.

Selon certaines légendes et le folklore post-chrétien, en particulier en Europe, les elfes sont des farceurs espiègles qui font des apparitions spéciales à l'approche de Noël. Par exemple, "Albtraum" est un mot allemand pour cauchemar qui signifie également "elf dream". Auparavant, le mot signifiait « pression de soi » car on croyait que les cauchemars étaient le résultat d'un elfe assis sur la tête du rêveur ! On croyait aussi que les elfes tressent les cheveux des gens pendant leur sommeil, rendent le lait aigre et s'enfuient avec des saucisses. Les Danois, les Suédois, les Finlandais et les Norvégiens pensaient qu'un bol de porridge omis empêcherait les elfes de jouer des tours aux gens, surtout pendant la saison des fêtes ! Aujourd'hui, les lutins associés à Noël sont des symboles pour rappeler aux enfants d'être bons et non méchants !


Ancienne origine païenne de la tradition de l'arbre de Noël

Dans l'ancienne tradition égyptienne, de nombreuses célébrations ont eu lieu à l'époque du solstice d'hiver, qui est le jour le plus court et la nuit la plus longue de l'année. Les Égyptiens croyaient que c'était à ce moment-là que le dieu du soleil, Ra, était revenu en force. Le solstice symbolisait un temps de renouveau et d'espoir. Pour célébrer, les gens ont rempli leurs maisons de branches à feuilles persistantes. Ils ont choisi les arbres à feuilles persistantes parce qu'ils ont conservé leur couleur tout au long des rudes mois d'hiver. D'autres groupes de personnes, y compris les cultures romaine et celtique, ont accroché des conifères pendant le solstice d'hiver pour célébrer et éloigner les mauvais esprits et les maladies.


Pexels

L'une des traditions les plus connues et les plus religieusement conservées de la saison de Noël est l'offre de cadeaux. Mais quand cette pratique a-t-elle commencé et qu'est-ce qui l'a motivée ? Est-ce vraiment quelque chose qui vaut la peine d'être fait ou est-ce que son arrière-plan nous appelle à arrêter de le pratiquer tous ensemble ?

La notion la plus populaire est que la tradition a commencé comme une commémoration des trois cadeaux que les mages ont apportés à l'enfant Jésus après sa naissance. Le 25 décembre étant simplement une commémoration (puisque Jésus n'est pas né en décembre mais le plus souvent spéculé en août), cela semble être une origine plausible, mais ce n'est pas le cas.

Les cadeaux ont commencé bien avant que Noël ne soit fixé comme un jour pour se souvenir de la naissance du Christ. Alors que Noël est devenu une tradition au IVe siècle, offrir des cadeaux pendant les vacances est d'origine romaine. Cela faisait partie d'une célébration offerte au dieu romain Saturne qui était considéré comme le dieu de l'agriculture qui donnait de la végétation et de la fécondité toute l'année.

La célébration a duré sept jours du 17 au 23 décembre. Les cérémonies de remise de cadeaux étaient considérées comme un moyen de gagner de la fortune pour l'année suivante. Au début, les gens offraient des cadeaux simples comme des bougies, des vins bon marché, des fruits, des noix, etc.

Cette célébration a duré jusqu'au quatrième siècle, époque à laquelle Noël a commencé à devenir le point culminant de la saison. De nombreux chrétiens ont trouvé cela assez dérangeant, étant donné que les origines de la tradition sont de nature païenne et choisissent de ne pas célébrer en offrant des cadeaux.

C'est un sujet de préoccupation depuis des milliers d'années. Paul l'a un jour adressé dans une lettre aux Romains. "Accepte celui dont la foi est faible, sans querelle sur des sujets discutables. La foi d'une personne lui permet de manger n'importe quoi, mais une autre, dont la foi est faible, ne mange que des légumes. (Romains 13:1-2)

Comme Dieu a déclaré tout propre et a levé le commandement d'exclure les pratiques entre Son peuple et les autres, nous avons la liberté de célébrer des choses d'origine païenne parce que Jésus a regagné l'autorité sur le monde entier (Matthieu 28:18).

Mais Paul met en garde contre la pratique flagrante des traditions païennes au point de revenir à son sens fondamental, ce qui n'est pas ce que nous voulons faire.

En ce qui concerne l'offre de cadeaux à Noël, par exemple, ou la célébration de Noël du tout, personne ne doit s'abstenir de la tradition s'il ne veut pas tant que nous le célébrons de la manière dont le Christ l'a retrouvée en tant que fête. Noël est un moment pour se souvenir de Jésus et pour célébrer la famille et les relations données par Dieu. Ce n'est pas l'heure de la fortune, de l'égoïsme et de la gourmandise. Ce qui compte plus que la façon dont nous célébrons, c'est ce que nous célébrons. Tant que nous y parvenons, nous sommes sur la bonne voie.


Origines du réveillon de Noël

Pendant des siècles, Noël a été célébré non pas comme un seul jour, mais comme une saison entière dans certaines parties du monde, en commençant par ce jour, le 24 décembre, la veille de Noël. Peut-être que la pratique de célébrer la veille du grand jour est un écho de l'ancien calcul juif. Chez les Juifs antérieurs, une journée commençait à six heures du soir et se prolongeait jusqu'à six heures du soir suivant. Moïse n'avait-il pas écrit : « Un soir et un matin étaient le premier jour » ?

Noël signifie "Noël". Bien que la date soit une supposition, la tradition de l'observer remonte au moins au quatrième siècle. Sous l'influence de l'église, les traditions chrétiennes ont remplacé les fêtes païennes du solstice dans toute l'Europe. Souvent, les pratiques païennes les plus innocentes (comme apporter une bûche de Noël, décorer avec du houx et autres) ont été reportées dans la célébration de Noël, transfigurées avec un nouveau sens.


L'histoire de 'Les douze jours de Noël'

La chanson "The Twelve Days of Christmas" est un chant de Noël anglais. De 1558 à 1829, les catholiques romains en Angleterre n'étaient pas autorisés à pratiquer leur foi ouvertement. Quelqu'un à cette époque a écrit ce chant de Noël comme une chanson de catéchisme pour les jeunes catholiques. Il a deux niveaux de sens : le sens superficiel plus un sens caché connu seulement des membres de l'Église. Chaque élément du chant de Noël a un mot de code pour une réalité religieuse dont les enfants pourraient se souvenir. Pour correspondre au schéma des nombres, lorsque vous atteignez le numéro 9, représentant les Fruits du Saint-Esprit, l'auteur a combiné 6 pour faire 3, en prenant les 6 fruits qui étaient similaires : le fruit dans chaque parenthèse est celui qui n'a pas été nommé séparément. Il y a en fait Douze Fruits du Saint-Esprit.

Le "True Love" que l'on entend dans la chanson n'est pas un garçon ou une petite amie épris mais Jésus-Christ, car vraiment l'amour est né le jour de Noël. La perdrix dans le poirier Le représente aussi car cet oiseau est prêt à sacrifier sa vie si nécessaire pour protéger ses petits en feignant de se blesser pour éloigner les prédateurs.

Selon Ann Ball dans son livre, MANUEL DES SACRAMENTAUX CATHOLIQUES :

Les deux tourterelles étaient l'Ancien et le Nouveau Testament

Les trois poules françaises représentaient la foi, l'espérance et l'amour.

Les quatre oiseaux appelants étaient les quatre évangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean.

Les cinq anneaux d'or représentaient les cinq premiers livres de l'Ancien Testament, qui décrivent la chute de l'homme dans le péché et le grand amour de Dieu en envoyant un Sauveur.

Les six oies en ponte représentaient les six jours de la création.

Sept cygnes nageant représentaient les sept dons du Saint-Esprit : prophétiser, servir, enseigner, exhorter, contribuer, diriger et miséricorde.

Les huit servantes à traire étaient les huit béatitudes.

Neuf dames qui dansaient étaient les neuf fruits du Saint-Esprit ----- Charité, Joie, Paix, Patience [Tolérance], Bonté [Gentillesse], Douceur, Fidélité, Modestie, Continence [Chasteté].

Les dix seigneurs qui sautaient étaient les Dix Commandements.

Les onze cornemuseurs représentaient les onze apôtres fidèles.

Les douze batteurs qui tambourinaient symbolisaient les douze points de croyance dans le Credo des Apôtres.


La légende du bas de Noël

Bas de Noël fabriqués par un « gentleman d'origine allemande », des années 50.

“Les bas ont été suspendus près de la cheminée avec soin,
Dans l'espoir que Saint-Nicolas serait bientôt là.”
– Une visite de Saint Nicolas

Dès 1823, lorsque Clement Clarke Moore (ou peut-être Henry Livingston Jr.) écrivit « Une visite de Saint Nicolas », des bas étaient suspendus près de la cheminée, en attendant la visite du Père Noël. À la fin du poème, St. Nick remplit tous les bas puis se retourne d'un coup sec,/Et mettant son doigt de côté de son nez/Et faisant un signe de tête, il monta dans la cheminée.”

Les bas ont été une partie essentielle de la tradition de Noël pendant des siècles (sauf, brièvement, au milieu des années 1800, lorsque le New York Times a écrit que les arbres de Noël les ont presque complètement supplantés en tant que tradition de choix).

“Il a rempli tous les bas –” le 25 décembre 1950.

Annonce de bas de Noël d'un catalogue de 1918

La légende la plus populaire sur la raison pour laquelle les bas sont suspendus à Noël ressemble à ceci : « Un homme récemment veuf et père de trois filles avait du mal à joindre les deux bouts. Même si ses filles étaient belles, il craignait que leur statut de pauvreté ne leur rende impossible le mariage.

Bas de Noël vintage, date inconnue.

Saint-Nicolas se promenait dans la ville où vivait l'homme et a entendu des villageois discuter de la situation difficile de cette famille. Il voulait aider mais savait que l'homme refuserait directement toute forme de charité. Au lieu de cela, une nuit, il a glissé dans la cheminée de la maison familiale et a rempli les bas des filles récemment lavés, qui séchaient près du feu, avec des pièces d'or. Et puis il a disparu.

Bas fabriqués à partir de motifs McCall’s, 1976.

Les filles se sont réveillées le matin, ravies de découvrir la prime. En raison de la générosité de St. Nick, les filles étaient désormais éligibles pour se marier et leur père pouvait être tranquille pour ne pas tomber dans le désespoir solitaire. Ouf! Bien qu'évidemment tirée par les cheveux, cette histoire d'origine et de date inconnues est la plus largement référencée lorsqu'il s'agit de l'histoire du bas de Noël.

"Mon père a pris cette photo de moi la veille de Noël 1921, quand j'avais 3 ans", explique Doris Tonry d'Elyria, Ohio.

Pour certains, le rituel s'est traduit par la suspension d'une chaussette quelconque (la plus grande, la meilleure, bien sûr) tirée du tiroir de papa.

Pour d'autres, cela signifiait un sac en forme de pied personnalisé, décoré, peut-être même fait à la main, accroché année après année.

Et parfois, cela signifie ne pas du tout accrocher le bas près d'une cheminée !

Accrocher des bas de Noël à des fusils. Camp Lee, Virginie, 1941.

Quelle que soit la configuration de stockage que vous préférez, il existe un autre fait connexe qui impressionnera les invités lors de votre fête de vacances. Les oranges ont tendance à se retrouver dans les bas de Noël, n'est-ce pas ? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi? Certains disent que cela date d'une époque où les fruits frais étaient plus difficiles à trouver et où trouver une orange dans votre bas était un énorme régal. Mais une version différente de cette légende des belles-filles-pères affolés échange les pièces d'or laissées par Saint-Nick avec trois boules d'or laissées dans chaque bas. Naturellement, la tradition des boules d'or massif n'est pas si facile à reproduire, c'est pourquoi leurs sosies d'agrumes ont trouvé leur place dans les bas aux côtés des tchotchkes et des boules, mais j'espère pas du charbon !

Dennison Manufacturing Co., Dealer’s Catalogue of Tags and Specialties, 1913-1914, Smithsonian Institution Libraries.

Homme, femme, enfant avec chaussette pour bébé, bas et chaussette de pantalon accrochés par la cheminée en arrière-plan, années 40.

Si vous fêtez Noël, quel est votre bas de prédilection ? Une chaussette tube, un bas de soie, la variété traditionnelle rouge et blanche, ou tout autre chose ?

Lisez plus d'articles sur les vacances avec notre Smithsonian Holiday Guide ici

À propos d'Emily Spivack

Emily Spivack crée et édite les sites Worn Stories et Sentimental Value. Elle vit à Brooklyn, NY.


L'histoire inédite derrière Un Noël Charlie Brown

Il est difficile de se souvenir d'un moment où Un Noël Charlie Brown ne faisait pas partie du tissu culturel de ce pays, mais juste à temps pour notre vision collective annuelle du conte classique des outsiders, Jennings Brown à Magazine new-yorkais a fait une plongée fascinante dans l'histoire du spécial vacances.

Selon Brown, l'idée de la spéciale est venue après que le producteur Lee Mendelson ait essayé et échoué à faire un documentaire sur le créateur de Peanuts, Charles Schulz. Mendelson a ensuite eu l'idée d'un spécial vacances avant même de parler à Schulz.

Quand il a appelé Schulz pour lui annoncer la nouvelle, "Schulz a dit : 'Qu'est-ce que c'est ?'", se souvient-il. "Et j'ai dit : 'C'est quelque chose que tu vas écrire demain.'"

Inspiré par Hans Christian Andersen Le Sapin, Mendelson a proposé que le spectacle se concentre autour d'un arbre de Noël, et un triste à cela. Le reste, comme on dit, appartient à l'histoire.

Mais tout au long de la production, les cadres de la télévision étaient hésitants, incertains de la partition de jazz, des enfants acteurs non formés et du vocabulaire élevé du personnage. Brown cite cette citation de Charlie Brown comme révélatrice de leur inquiétude : « Ne le considérez pas comme de la poussière. Pensez-y peut-être comme le sol d'une grande civilisation passée. Peut-être le sol de l'ancienne Babylone. sol qui a été foulé par Salomon, ou même Nabuchodonosor."

En fin de compte, les cadres l'ont laissé tourner (après tout, les guides télévisés avaient déjà été imprimés), mais ils "étaient certains qu'il échouerait, ne se reproduirait plus". Heureusement, Charlie Brown a prouvé que tout le monde avait tort, attirant à la fois un public énorme et des critiques critiques exceptionnelles.

Mendelson attribue au moins une partie du succès du programme au jeune acteur qui joue Linus. "Ce gamin de 10 ans qui a récité ce discours de la Bible était aussi bon que n'importe quelle scène de Hamlet," il a dit.

« Si jamais nous devons lutter contre l'intimidation, à tant de niveaux, c'est tout.

Et tandis que l'émission spéciale est diffusée chaque année en décembre depuis 50 ans, le président Obama l'a même qualifiée de "l'une des traditions les plus appréciées de notre pays" et mdash Mendelson pense que le programme résonnera peut-être plus intensément chaque année. "Ces personnes s'identifient peut-être plus que jamais à Charlie Brown après cette saison électorale. Il continue de se battre et de persévérer", a-t-il déclaré. « Si jamais nous devons lutter contre l'intimidation, à tant de niveaux, c'est tout.

"J'espère", a-t-il dit, "ce programme positif sera apaisant à une époque d'incertitude."

Un Noël Charlie Brown fonctionnera sur ABC le 1er décembre, mais en attendant, allez-y et donnez Le temps de Noël est là une écoute :


L'histoire derrière vos hymnes d'église préférés

Partout dans le monde, des millions de chrétiens chantent des centaines d'hymnes dans leur église chaque dimanche. Le chant fait partie intégrante du culte. L'église possède une énorme collection de chansons, mais certaines se démarquent des autres. Certains classiques ont capté l'attention des chrétiens depuis des générations.

Lorsque nous apprenons les histoires derrière nos hymnes préférés, ils prennent vie d'une nouvelle manière. L'histoire ajoute un contexte et un sens afin que nous puissions comprendre et nous rapporter aux hymnes d'une manière profonde. Ces histoires susciteront émotion et passion la prochaine fois que vous les chanterez.

"Amazing Grace"

Cette liste ne serait pas complète sans l'un des hymnes les plus connus au monde. "Amazing Grace" a été créé par John Newton en 1779. L'auteur de l'hymne s'est décrit comme le "misérable" de la chanson. C'était un marchand d'esclaves, un rebelle, un blasphémateur et un homme totalement immoral. Il était aussi loin de la grâce que quiconque pouvait l'être et vivait une vie pleine de difficultés. Dieu a pu attirer son attention après que le navire négrier de Newton ait failli faire naufrage dans un orage. Alors que le navire prenait l'eau et que l'équipage pleurait, Newton tomba à genoux et commença à implorer le pardon de Dieu. La grâce de Dieu a sauvé Newton. Newton est devenu pasteur à Olney, en Angleterre, où il a écrit la chanson. Aujourd'hui, la chanson inspire toujours le monde et est chantée partout dans les églises.

"Comme tu es grand"

Cette chanson a été écrite en 1885 par Carl Gustav Boberg, un pasteur suédois de 26 ans. Boberg aurait été pris dans un orage après l'église un dimanche après-midi. De sa place dans les montagnes, Boberg pouvait voir la tempête arriver et remarquer l'immense pouvoir et la force qu'elle avait. Une fois la tempête passée, Boberg a observé un magnifique grand arc-en-ciel couvrir la vallée, au-dessus des prairies et des champs de céréales. Cela lui a coupé le souffle. Il a écrit la chanson "O Store Gud", qui a ensuite été traduite en allemand, russe et anglais. Une strophe de la chanson a été reprise en 1949 par un missionnaire anglais nommé Stuart K. Hine et changée en ce que nous connaissons aujourd'hui. Des millions de personnes chantent maintenant la chanson des chrétiens dans des dizaines de langues à travers le monde.

"Quel ami nous avons en Jésus"

Joseph Scriven, un jeune Irlandais, termina ses études collégiales en 1844. Il rentra chez lui pour épouser sa bien-aimée. Il est rentré à la maison pour trouver sa future épouse tragiquement morte après être tombée de cheval. Plus tard, Scriven a déménagé au Canada et est retombé amoureux. Malheureusement, pour la deuxième fois, sa future épouse a subi un sort horrible. Elle est tombée malade et est décédée quelques semaines avant leur mariage.

Scriven a écrit un poème à sa mère en Irlande pour décrire la tragédie à laquelle il a été confronté. Il a expliqué comment sa profonde amitié avec Jésus, qu'il avait cultivée par la prière, l'avait aidé à surmonter la perte de ses deux proches. Au lieu de croire que Dieu le punissait, Scriven pensait que Dieu était son rocher. Le poème a été publié anonymement sous le titre "Priez sans cesser". Plus tard en 1868, l'avocat Charles Converse mit le texte en musique et changea le nom pour celui que nous connaissons aujourd'hui.

"Quand j'arpente la croix merveilleuse"

Isaac Watts a consacré une grande partie de sa vie à l'écriture, y compris des essais, des sermons et des hymnes, malgré sa santé fragile. Il est considéré comme le père de l'hymne anglais en créant des chansons comme le chant de Noël "Joy to the World". Adolescent, Watts était préoccupé par les paroles grossières que la plupart des congrégations anglophones utilisaient pour louer Dieu. Watts a été mis au défi par son père de créer quelque chose de mieux, alors il a commencé à écrire des hymnes. Au début, il a écrit de nouvelles versions de versets bibliques dans le livre des Psaumes. Puis, en 1707, Watts écrivit : « Quand j'arpente la croix merveilleuse », qui reflétait ses sentiments personnels. Ce style d'écriture était considéré comme controversé à l'époque, mais la chanson est devenue si populaire et a eu un impact significatif sur l'église. Le théologien Matthew Arnold en est venu à l'appeler le plus grand hymne de langue anglaise.

"Où qu'il me conduise, j'irai"

Deux amis, R.S. Jones et B.B. McKinney déjeunaient lors d'une conférence de l'école du dimanche en Alabama en 1936. Jones venait de rentrer du Brésil, où il était missionnaire. Jones avait le cœur brisé, car quelques jours seulement avant de découvrir que des problèmes de santé l'empêcheraient de retourner au pays pour faire l'œuvre de Dieu. McKinney, un auteur d'hymnes, a demandé à Jones ce qu'il allait faire. Jones a répondu: "Où qu'il conduise, j'irai". Cette déclaration était si puissante que McKinney a écrit l'hymne classique cet après-midi-là et l'a interprété plus tard dans la nuit après que Jones ait prêché dans l'église. Depuis lors, la chanson a été telle dans de nombreux services de culte. Nous pouvons savoir où Dieu nous mènera, mais nous pouvons avoir confiance qu'il sait ce qu'il fait.

Les hymnes que nous connaissons et aimons ont des significations beaucoup plus profondes derrière eux. Connaître l'histoire de ces chansons les rend d'autant plus significatives à chaque fois que nous les chantons. Nous pouvons honorer la main de Dieu en créant ces belles mélodies.


Ascension vers la gloire

En 1934, Joey Nash qui a joué avec Richard Himber a mis la main sur la dernière chanson de Bernard, et il n'a pas fallu longtemps avant qu'elle ne fasse ses débuts sur RCA Bluebird. L'enregistrement comprenait la voix de Nash qui était accompagné de Himber et de son Hotel Ritz Carlton Orchestra. Décembre 1934 a vu une autre sortie de Winter Wonderland, cette fois par le très populaire Guy Lombardo et son orchestre, l'amenant pour la première fois au sommet des charts. Une décennie plus tard, Perry Como a décroché un autre succès retentissant avec son interprétation de la chanson de Noël, suivi d'une longue liste d'artistes préférés qui ont fait leur propre interprétation, notamment Pat Boone, Paul Anka, Frank Sinatra, Barry Manilow, Bing Crosby et Elvis Presley pour n'en nommer que quelques-uns.


Voir la vidéo: Kusettajista kuumotteluun feat. Nova