Grèce Géographie - Histoire

Grèce Géographie - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La Grèce est située dans le sud de l'Europe, bordant la mer Égée, la mer Ionienne et la mer Méditerranée, entre l'Albanie et la Turquie.

Le terrain de la Grèce est principalement constitué de montagnes avec des chaînes s'étendant jusqu'à la mer sous forme de péninsules ou de chaînes d'îles.

Climat : La Grèce est tempérée ; hivers doux et humides; étés chauds et secs


Géographie de la Grèce

La section fournit toutes les informations dont vous avez besoin pour comprendre les géographie de la Grèce.

La Grèce est un pays péninsulaire et montagneux situé dans le sud-est de l'Europe, dans la péninsule des Balkans, et a une superficie de 128 900 km2 (49 769 miles carrés). Le pays possède le plus grand littoral d'Europe (13 676 km) en raison de ses nombreuses îles. La Grèce compte au total 2 000 îles grecques mais seulement 168 sont habitées.
Le pays est baigné à l'est par la mer Égée, à l'ouest par la mer Ionienne et au sud par la mer Méditerranée.

Population : La population de la Grèce est estimée à 10,7 millions de personnes en 2020. En termes de population mondiale totale, elle représente 0,13% et elle est classée au 87ème rang de tous les pays. La densité de la population grecque est de 81 par km2 (209 personnes par mi2). 84 % de sa population part dans les villes.

Paysages montagneux de Grèce : Les deux tiers du territoire sont couverts de montagnes. Le plus haut sommet se trouve au mont Olympe, à 2917 m d'altitude. Le pays est très riche en ressources naturelles fournissant du pétrole, de la magnétite, du lignite, de la bauxite, de l'hydroélectricité et du marbre. La géographie de la Grèce a marqué le développement de nombreuses civilisations à travers les âges.

Les particularités de la géographie de la Grèce ont formé un environnement naturel tout aussi spécial. La Grèce possède une riche diversité de flore et de faune et de nombreuses espèces sont originales dans ce pays, ce qui signifie qu'elles ne se trouvent que là-bas dans le monde. Ces espèces rares se trouvent dans les forêts, les lacs, les rivières, les grottes souterraines et les canyons. Le calcaire et les volcans de Grèce ont composé le territoire grec et ont permis la formation de nombreuses grottes et canyons.
Notre guide propose des informations sur les caractéristiques naturelles de la Grèce : la géographie du pays et les îles grecques.


  • NOM OFFICIEL : République hellénique
  • FORME DE GOUVERNEMENT : République parlementaire
  • CAPITALE : Athènes
  • POPULATION : 10 761 523
  • LANGUE OFFICIELLE : Grec
  • ARGENT : Euro
  • SUPERFICIE : 50 942 milles carrés (131 940 kilomètres carrés)
  • LANGUE OFFICIELLE : Grec

GÉOGRAPHIE

La Grèce a le plus long littoral d'Europe et est le pays le plus méridional d'Europe. Le continent a des montagnes escarpées, des forêts et des lacs, mais le pays est bien connu pour les milliers d'îles qui parsèment la mer Égée bleue à l'est, la mer Méditerranée au sud et la mer Ionienne à l'ouest.

Le pays est divisé en trois régions géographiques : le continent, les îles, et le Péloponnèse, la péninsule au sud du continent.

La chaîne de montagnes du Pinde sur le continent contient l'une des gorges les plus profondes du monde, la gorge de Vikos, qui plonge à 1 100 mètres. Le mont Olympe est la plus haute montagne de Grèce à 9 570 pieds (2 917 mètres) au-dessus du niveau de la mer. Les Grecs de l'Antiquité croyaient que c'était la demeure des dieux. Le mont Olympe est devenu le premier parc national de Grèce.

Carte créée par National Geographic Maps

PERSONNES & CULTURE

La vie de famille est une partie très importante de la vie en Grèce. Les enfants vivent souvent avec leurs parents même après leur mariage. Les Grecs vivent longtemps et on pense que leur régime alimentaire varié d'olives, d'huile d'olive, d'agneau, de poisson, de calmars, de pois chiches et de nombreux fruits et légumes les maintient en bonne santé.

Près des deux tiers de la population vivent dans les grandes villes. Athènes est la plus grande ville, avec plus de 3,7 millions d'habitants dans la métropole. Nefos, le terme grec pour le smog, est un gros problème à Athènes. Le Parthénon, le temple de la déesse Athéna au sommet de l'Acropole, se détériore à cause de la pollution et des pluies acides.

Les oliviers sont cultivés en Grèce depuis plus de 6 000 ans. Chaque village a ses propres oliveraies.

LA NATURE

La majeure partie du pays était boisée à un moment donné. Au fil des siècles, les forêts ont été coupées pour le bois de chauffage, le bois d'œuvre et pour faire place aux fermes. Aujourd'hui, les forêts se trouvent principalement dans les chaînes du Pinde et des Rhodopes.

La Grèce compte dix parcs nationaux et des efforts sont déployés pour protéger les sites naturels et historiques. Les parcs marins aident à protéger les habitats de deux des créatures marines les plus menacées d'Europe, la tortue caouanne et le phoque moine. Le long littoral et l'eau claire font de la Grèce un endroit idéal pour repérer les étoiles de mer, les anémones de mer, les éponges et les hippocampes se cachant dans les algues.

Le paysage grec est couvert de maquis, un enchevêtrement d'arbustes épineux qui n'ont pas besoin de beaucoup d'eau. Ces plantes comprennent des herbes odorantes telles que le thym, le romarin, l'origan, le laurier et le myrte. L'observation des oiseaux est populaire en Grèce où les oies, les canards et les hirondelles s'arrêtent pendant leur migration d'Afrique vers l'Europe.

GOUVERNEMENT

La Grèce a aboli sa monarchie en 1975 et est devenue une république parlementaire. En vertu de la nouvelle constitution, il y a un président et un premier ministre. Le Premier ministre a le plus de pouvoir et est le chef du parti qui a le plus de sièges au parlement. Le président sélectionne les ministres qui dirigent les ministères.

Le parlement, appelé la Vouli, n'a qu'une seule chambre avec 300 membres élus tous les quatre ans. La Grèce est devenue membre de l'Union européenne en 1981.

L'HISTOIRE

La première grande civilisation en Grèce était la culture minoenne sur l'île de Crète vers 2000 av. Des peintures murales trouvées dans les ruines du palais de Knossos montrent des gens faisant des backflips au-dessus d'un taureau qui charge. Les Minoens ont été conquis par les Mycéniens du continent en 1450 av.

Pendant les temps anciens, le pays était divisé en cités-états, qui étaient gouvernées par des nobles. Les plus importantes étaient Athènes, Sparte, Thèbes et Corinthe. Chaque État contrôlait le territoire autour d'une seule ville. Ils étaient souvent en guerre les uns contre les autres.

Athènes est devenue la plus puissante et en 508 av. J.-C., le peuple a institué un nouveau système de gouvernement par le peuple appelé démocratie. Mais pendant ce temps, seuls les hommes pouvaient voter !

Les premiers Jeux Olympiques ont eu lieu dans la ville méridionale d'Olympie en 700 av. pour honorer Zeus, le roi des dieux. Seuls les hommes pouvaient participer à des épreuves telles que le sprint, le saut en longueur, le disque, le javelot, la lutte et les courses de chars. Les jeux ont été interdits par les Romains en 393 après JC, mais ont repris à Athènes en 1896.

La Grèce a été gouvernée par des étrangers pendant plus de 2 000 ans, à commencer par les Romains conquérant les Grecs au IIe siècle. Puis, après près de 400 ans sous la domination turque, la Grèce a obtenu son indépendance en 1832.


Prenez une minute pour regarder ces cartes et vous vous rendez compte que cette péninsule que nous appelons Europe n'est qu'une série complexe de péninsules (toute la Scandinavie, le Danemark, les Balkans, l'Italie), les îles (Grande-Bretagne et Irlande, Corse, Sardaigne, Sicile) et isthmes (France). La Grèce n'est qu'une extension de la péninsule balkanique.

Lorsque vous regardez cette carte, placez votre curseur sur les montagnes d'Albanie et du nord-ouest de la Grèce et tracez cette chaîne de montagnes vers le sud jusqu'à Athènes ou en Eubée (disons “Evvia”) et dans les îles Cyclades (Égée). Tracez les mêmes montagnes vers le sud, à travers le golfe de Corinthe et dans la péninsule du Péloponnèse et jusqu'en Crète.

Ce que vous découvrez, c'est que la grande étendue des chaînes de montagnes alpines qui s'étend d'ouest en est à travers l'Europe des Pyrénées aux Alpes françaises, italiennes, suisses et autrichiennes, continuant dans les montagnes des Carpates de Slovaquie et de Roumanie ou se dirigeant vers le sud à travers les Balkans vers la Grèce finissent par s'amenuiser pour devenir les îles grecques de la mer Égée (les Cyclades : les grecs disent “kik-la-deez”). Chacune de ces îles, en bref, est le sommet d'une montagne qui remonte à la grande période de construction des montagnes alpines appelée par les géologues l'"orogenèse alpine" (si vous mourez d'envie d'en savoir plus, recherchez Google pour ce terme et vous êtes sur votre chemin!)

Les îles grecques : une brève géographie

Les géographes, les historiens, les éditeurs de guides et les gens qui vivent ici divisent les îles grecques en plusieurs groupes logiques :

  1. Les Cyclades (“Kiklades”) : ce sont les îles grecques classiques que l'on imagine quand on voit des photos des villages blanchis à la chaux. Ils comprennent les plus célèbres, notamment Mykonos, Paros et Naxos, Siros, Ios, Santorin (présumée être la légendaire Atlantis) et la célèbre île historique de Délos, entre autres. Notre visite grecque à vélo, à pied et en croisière visite ces îles.
  2. Le Dodécanèse : “Dodeca” est le mot grec pour “douze” et il y a douze îles dans ce groupe. Ils sont proches de la côte turque. Les plus célèbres sont Chios, Samos et Rhodes.
  3. Les îles Ioniennes : Au large de la côte ouest de la Grèce dans la mer Ionienne, ces îles sont Corfou (Corcyre en grec), Céphalonie, Ithaque, Lefkada et Zakinthos. Notre visite à vélo d'Athènes à Olympie visite Zakinthos.
  4. Les Sporades (Nord et Sud) : Un petit groupe d'îles au nord-ouest d'Athènes dans le nord de la mer Égée.
  5. Un certain nombre d'autres îles sont isolées, telles que l'Eubée, la Crète, Lesbos, Limnos et plus encore.

Noms de lieux dans les îles grecques – pour votre quête insignifiante

J'ai déjà mentionné les îles du Dodécanèse comme étant constituées de douze îles. Voici pour vous un peu plus d'informations sur la signification de quelques termes géographiques :

Archipel – En anglais, cela signifie une “étendue d'eau ou d'océan avec des îles dispersées”. À l'époque byzantine, ce terme désignait le “primary” ou “main” (“arche”) “sea” ou “ocean” (“pelago”). C'était la mer Égée, en bref, la "mère de toutes les mers" en ce qui concerne les Grecs anciens et les Byzantins. (Aujourd'hui, "pélagique" en anglais signifie ou se rapporte à l'océan profond et est utilisé comme adjectif se référant aux poissons ou oiseaux d'eau profonde et à d'autres plantes ou animaux.)

Cyclades – Le mot grec qui désigne le principal groupe d'îles de la mer Égée désigne en réalité les îles “entourant” (cylades = autour ou circulaire) le lieu de naissance d'Apollon, l'île de Délos. Délos était la plus sainte de toutes les îles grecques et définissait essentiellement toutes les autres îles qui l'entouraient.

Santorin – C'est la plus méridionale des îles des Cyclades et c'est le nom vénitien d'une église sur l'île dédiée à “Saint Irene” (“Sant’ Irene” en italien, devient Santorin à l'époque moderne). Le nom grec de l'île est Thira ou Fira.

Pourquoi ces îles sont-elles si fascinantes ?

Je pense que les îles grecques nous attirent pour un certain nombre de raisons. Certes, leur histoire en tant que tremplin de la civilisation de l'ancienne Mésopotamie, de l'Égypte et de l'Anatolie (actuelle Turquie) nous fascine. La Crète, bien sûr, était la patrie des Minoens. Mais les Cyclades et le Dodécanèse abritaient une série de cultures de l'âge du bronze (les cultures troyenne, minoenne, cycladique et mycénienne à coup sûr) auxquelles nous attachons nos premières connaissances de l'idée d'"Europe". Et ces civilisations ont donné nous Grèce classique, y compris Athènes, Sparte, Corinthe, et plus encore.

Aujourd'hui, l'épicentre de la Grèce s'est déplacé à Athènes tandis que les îles sont restées des dépositaires silencieux de l'histoire et de la culture et de la société paysannes méditerranéennes. C'est ici que le renouveau commence chaque printemps avec le blanchiment du village en vue de Pâques. Et bien que l'automobile et le scooter aient pris le relais de l'âne et de la circulation à pied, vous pouvez toujours trouver des chemins grecs ou byzantins antiques pour vous promener de village en village.

Une visite aux îles grecques, en bref, nous aide à nous transporter dans le temps et l'esprit jusqu'à des racines aussi profondes qu'elles peuvent l'être.


Une vue géographique de la Grèce et une esquisse historique de la révolution récente dans ce pays

B. Documents imprimés sur la Grèce et les progrès de la guerre d'indépendance

B2. Une vue géographique de la Grèce et une esquisse historique de la récente révolution dans ce pays. Publié par N. & S.S. Jocelyn, New Haven Collins et Hannay, New York [1824] (extrait de livre)

L'esquisse historique a été tirée principalement de plusieurs articles bien écrits récemment publiés dans le Boston Daily Advertiser.

La Grèce, ou le pays habité par les descendants des anciens Grecs, embrasse toute cette portion de la Turquie en Europe qui se trouve au sud du parallèle de 41° 30'. La partie continentale est une péninsule, s'avançant dans la Méditerranée, et séparée par la mer Ionienne de la péninsule d'Italie à l'ouest, et par l'archipel, de l'Asie Mineure, à l'est. Dans la première mer se trouvent les sept îles, constituant la république lonienne dans la seconde, environ 100 îles de diverses dimensions. Tous ces éléments peuvent être strictement considérés comme faisant partie intégrante de la Grèce. Près de l'extrémité méridionale de la péninsule se trouve la sous-péninsule de la Morée (l'ancien Péloponnèse) reliée à la terre ferme par l'isthme étroit de Corinthe. La superficie totale de la Grèce, y compris les îles, peut être estimée à 40 000 milles carrés.

DIVISIONS ET POPULATION. Il est impossible de définir avec précision les limites des différentes provinces entre lesquelles la Grèce est divisée par les Turcs. Les frontières depuis de nombreuses années ont été en constante évolution, à la suite des guerres entre les différents pachas. Dans les cartes modernes, le pays est généralement représenté comme comprenant la Morée, la Livadia, la Thessalie et certaines parties de l'Albanie et de la Roumélie. Ces noms sont parfois utilisés par les écrivains sur la géographie et l'histoire modernes de la Grèce mais généralement, ils renvoient aux divisions les plus anciennes du pays. Pour cette raison, nous avons inséré sur notre carte à la fois les divisions ancienne et moderne, la première étant distinguée par une lettre ouverte.

Divisions modernes Divisions anciennes Population
Morée Argolide
Laconie
Messénie
Élis
Achaïe
Arcadie
[Total Morée]
400,000
Livadia Attique
Mégaris
Béotie
Phocide
Locris
Doris
Étolie
[Total Livadia]
250,000
Thessalie Thessalie 300,000
Roumélie et Albanie Macédoine et Épire 800,000
îles Ioniennes 200,000
Les îles de l'archipel 700,000
----------
2,550,000

CARACTÉRISTIQUES IMPORTANTES DU PAYS

Au milieu de la péninsule et parallèlement à ses deux côtes, court une chaîne continue de hautes montagnes, variant en hauteur de 7 à 8 000 pieds dans la partie nord et centrale, jusqu'à autant de centaines près de l'extrémité sud. De la première hauteur peut être comptée la crête du Pinde et du Parnasse, tandis que Parnes et Pentelicus, dans l'Attique, ne dépassent pas la seconde. Les branches sont jetées vers l'une ou l'autre des côtes de cette chaîne centrale à l'est, le célèbre Olympe, s'élevant près de la tête du golfe de Salonique, à la hauteur de 6 000 pieds, forme l'extrémité nord d'une chaîne inférieure, constituée d'Ossa et Pélion, Othrys et Eta et continuant dans une direction SE à travers l'île de Negropont. À l'ouest de la chaîne principale se trouvent les pays accidentés et montagneux de l'Épire, de l'Étolie et de l'Acarnanie. Les plus hautes montagnes de la Morée sont la chaîne Cyllénienne, près de la côte ouest, et le Taygète près de l'extrémité sud. De vastes plaines d'une élévation considérable au-dessus du niveau de la mer, sont encerclées par les chaînes de montagnes. Parmi celles-ci, la Thessalie, la Béotie et l'Arcadie conservent encore leur caractère ancien. Les rivières par lesquelles ces plaines sont arrosées ne sont guère plus que des ruisseaux de montagne, à l'exception de Peneus, ou Salympria, dont les nombreux bras, après avoir croisé la plaine de Thessalie, s'unissent et se jettent par le célèbre défilé de Tempe dans le golfe de Salonique. , et l'Alphée, qui arrose les plaines verdoyantes d'Arcadie et d'Elis.

CLIMAT, SOL ET PRODUCTIONS. Le climat de la Grèce est plus rigoureux en hiver, et dans de nombreuses régions plus chaud en été, que celui du sud de l'Italie. Aux environs de Tripolizza, sur les plaines élevées de la Morée, la neige tombe quelquefois jusqu'à 18 pouces de profondeur. En Attique, le climat est plus modéré et plus égal que dans d'autres parties de la Grèce, l'air étant généralement clair, sec et tempéré. Les sommets du Pinde et du Parnasse sont recouverts de neige neuf mois par an. Les plaines de la Grèce produisent du blé, du riz et du tabac en abondance. En Thessalie sont cultivés de vastes bosquets de mûriers pour le ver à soie. La Morée est célèbre pour l'excellence de ses soieries, et la Messénie, dans le coin sud-ouest de la Morée, est aussi célèbre que dans les temps anciens pour son blé, son vin et ses figues. Le produit le plus riche de l'Attique est l'olive. Le cotonnier est en culture générale.

VILLES PRINCIPALES. Ce qui suit est une liste des villes les plus importantes de l'histoire récente du pays, classées par ordre géographique.
Misolunghi ou Messalonga est une ville de 5000 habitants, située près de la côte d'Ætolie. Corinthe est située sur la pente nord d'une montagne près de l'isthme qui relie la Morée à la terre ferme. Elle possédait autrefois deux ports [sic] : l'un dans le golfe d'Egine, aujourd'hui désert, et l'autre dans le golfe de Lépante. La ville ne compte actuellement que 1300 ou 1400 habitants. L'isthme dans la partie la plus étroite n'a que 6 milles de diamètre. Elle était célèbre dans les temps anciens pour les jeux isthmiques, célébrés là en l'honneur [sic] de Neptune.
Patras est situé sur une baie du même nom, près de l'entrée du golfe de Lépante. Elle est bâtie sur le versant d'une colline, au sommet de laquelle se trouve le château. Le port [sic] est parfaitement sûr à tout moment pour les plus gros navires. Le pays environnant est cultivé avec beaucoup d'habileté et d'industrie, et les nombreux produits d'exportation ont fait de cet endroit le marché le plus important de la Morée, d'autant plus que les îles Ioniennes ont été constituées en une république indépendante, sous la protection de la Grande-Bretagne. La population est de 6 ou 8 000 habitants, parmi lesquels un certain nombre de Juifs.
Navarin ou Navarino est l'un des meilleurs ports de la côte sud-ouest de la Morée. Il est formé par l'île de Sphactérie et plusieurs petits îlots, entre lesquels se trouvent les passages vers le port. L'entrée principale, qui est au nord, entre Sphactérie et la principale, est commandée par le canon du Vieux Navarin. New Navarin est sur un promontoire de la rive sud du port [sic].
Coron est sur une petite péninsule qui sort de la rive ouest du golfe du même nom. Vers le milieu de la péninsule se trouve un haut rocher qui commande les fortifications. La ville a été détruite par les Russes en 1770, et une grande partie est aujourd'hui en ruines, mais c'est toujours l'un des endroits les plus commerçants de la Morée. Le port [sic] est grand et sûr.
Modon, à l'extrémité sud-ouest de la Morée, est une ville de 6 000 habitants, située au pied d'une montagne et entourée d'anciennes fortifications tombant en ruines. Son port est abrité par l'île de Sapienza, qui est bien habitée par les Grecs, et compte plusieurs navires de commerce qui lui appartiennent. Les pilotes sont généralement emmenés ici pour l'archipel.
Napoli di Malvasia, la Monembasia des Turcs, est construit sur une petite île, près du rivage, au nord du cap Saint-Ange. Elle n'a que peu de commerce, son port étant dangereux. Les ruines d'Epidaure Limera se trouvent au nord de celle-ci.
Naples de Roumanie est situé à la tête du golfe de Naples, sur un promontoire rocheux qui s'avance dans la mer, et forme un excellent port [sic], capable de contenir 150 vaisseaux de guerre. C'est la ville la mieux construite de la Morée et elle est bien fortifiée, les ouvrages construits par les Vénitiens étant encore en bon état. La ville est construite sur le côté sud du port [sic], et s'étend sur toute la longueur du promontoire. Il est divisé en haut et en bas, ayant un mur et plusieurs batteries entre eux, la ville haute est également entourée d'un mur avec des embrasures. Au sommet de la montagne qui s'élève derrière la ville est une citadelle dont l'ascension est couverte par un escalier couvert. Dans la citadelle se trouvent de vastes casernes et citernes. La ville compte 9 000 habitants. Pidauro, sur la rive ouest du golfe d'Egine, est situé sur les ruines de l'antique Epidaure. Il était célébré pour le temple d'Esculape.
Athènes, anciennement la capitale de l'Attique, et le lieu de naissance des orateurs, philosophes et généraux les plus distingués de l'antiquité, est maintenant une ville insignifiante de 10 ou 12.000 habitants, sur les ruisseaux d'Ilissus et de Céphise, à quelques milles de l'est. ern rive du golfe d'Egine. Des navires de différentes parties de l'archipel s'allient occasionnellement au port [sic] et à la côte voisine [sic] pour le bois.
Salonique est agréablement situé à l'extrémité N. E. du golfe du même nom. Dans l'étendue du commerce, elle n'est surpassée par aucune ville de la Turquie européenne, à l'exception de Constantinople. Il est mal fortifié. Aucune ville de Grèce, sauf Athènes, ne présente un si grand nombre de splendides monuments antiques. La population de Salonique est estimée à 60 000 âmes, dont la moitié sont des Turcs et le reste des Grecs, des Juifs et des Francs.
Zetouni ou Zeitoun, situé à la tête d'un petit golfe dans la partie S. E. de la Thessalie compte 4 000 habitants, principalement des Turcs. A quelques kilomètres au sud de cet endroit se trouve le célèbre col de Thermopylæ, entre le mont Eta et la mer. Dans la partie la plus étroite, il n'a que 25 pieds de large. Ici, Léonidas et ses 300 galants Spartiates ont résisté pendant trois jours à la puissante armée de Xerxès et sont tombés glorieusement pour défendre leur pays. Larissa, la capitale de la Thessalie, est magnifiquement située sur le Peneus, et contenait depuis quelques années 20.000 habitants, principalement des Turcs, avec un mélange de Grecs et de Juifs.
DARDANELLES. Les Dardanelles sont deux châteaux anciens et forts sur l'Hellespont, (parfois appelé d'eux le détroit des Dardanelles), entre la mer de Marmora et l'archipel grec. L'un est situé en Europe et l'autre en Asie. Il y a de chaque côté 14 grands canons, équipés pour décharger des boules de granit, ils sont en laiton, avec des chambres, comme des mortiers, de 22 pieds de long, et de 25 à 28 pouces de canon. Ces châteaux s'appellent les vieilles Dardanelles, pour les distinguer de deux autres construits à l'entrée du détroit, à environ 10 milles au sud-ouest, dont l'un est pareil en Asie et l'autre en Europe.

PERSONNAGE. Le caractère des Grecs modernes sera mieux appris par l'esquisse de leur histoire qui accompagne cette description. Il existe cependant plusieurs tribus qui méritent une attention particulière. Les Mainotes qui habitent une région montagneuse appelée Maina, à l'extrémité méridionale de la Morée, sont censés être les descendants des anciens Spartiates, et, aidés par la force naturelle de leur pays, ils ont défendu leur liberté contre les Turcs avec bravoure et constance n'est pas indigne d'ancêtres si distingués. Ils étaient autrefois connus pour leurs audacieuses pirateries, mais ces dernières années, ces habitudes ont cédé la place à l'amour de l'industrie et du commerce régulier. Lorsque Guilletière visita la Grèce en 1669, il n'était pas prudent pour ses navires de s'approcher du promontoire de Maina. Des rangées de grottes dans les rochers faisant face à la mer étaient occupées comme cellules ou ermitages par des prêtres, qui étaient toujours aux aguets, pour donner le signal lorsque les navires apparaissaient, et recevaient en récompense une dîme [sic] du butin pour l'usage de l'église. Les chefs mainote, qui sont très nombreux, habitent dans des tours carrées fortement fortifiées, leur gouvernement ressemble, à bien des égards, à celui des clans des Highlands d'Ecosse, chaque tribu étant entièrement indépendante de l'autre, et chaque chef étant juge de son peuple à maison, et leur commandant sur le terrain. Le chef le plus puissant est investi du titre de Bey, et lorsque le pays était soumis aux Turcs, il lui appartenait de négocier avec le Grand Seigneur et de régler la contribution annuelle, car aucun Turc n'a jamais été autorisé à résider dans aucune partie de le territoire de Maina. "Ici, dit le docteur Sibchorp, "l'homme semblait retrouver sa forme dressée on n'observait plus la servilité de l'esprit et du corps, qui distinguait les Grecs subjugués par les Turcs." Chaque homme porte son fusil et chaque femme est entraînée aux armes.
Les Souliotes sont une tribu courageuse de chrétiens grecs, au nombre d'environ dix mille, qui habitent le district de Suli, en Albanie. Ce district consiste en une vallée de 26 milles de long sur 3 de large, fermée de tous côtés par des montagnes inaccessibles, sauf vers le sud, où il y a une entrée étroite défendue par trois tours.
Les Yeuruks habitent les régions montagneuses de certaines parties de la Macédoine. Lors de la conquête de la Grèce, leurs ancêtres y furent transplantés de Turkomanie, pour restreindre les contrées subjuguées. Ils occupent les villages sur les hauteurs, et au moindre bruit de révolte, s'arment et descendent dans les établissements grecs pour rétablir l'ordre. Ils sont une race d'hommes laborieux et fabriquent de grandes quantités de gros drap pour l'exportation.

FABRICATION. Les articles en coton et en soie sont fabriqués en grandes quantités, notamment en Thessalie. Dans le district de Zagora, qui se situe le long de la pente du Pélion et d'Ossa, il y a 24 villages habités par des Grecs actifs et industrieux, qui portent ces manufactures à un point tel que certaines de leurs villes ressemblent plutôt à des villes de Hollande qu'à des villages turcs. . Le district produit annuellement 25,000 okes de soie, dont 5,000 sont consommés à la campagne, dans la fabrication de mouchoirs, qui sont, pour l'éclat [sic], égaux à ceux de Lyon. Les grands manteaux de Zagora sont célébrés dans tous les ports de la Méditerranée. Ils sont faits d'une épaisse laine hirsute, qui est si bien tissée qu'elle est impénétrable à l'eau. Dix mille balles de coton sont annuellement teintes en rouge dans les manufactures de Thessalie et exportées en Allemagne, en Suisse, en Pologne et en Russie.

ÎLES. Le tableau suivant présente d'une seule vue toutes les îles importantes, avec leur population, selon les meilleures estimations.

îles Population Remarques
Ténédos 5,000 Moitié Turcs, moitié Grecs
Metelin 18,000 Dearborn dit 40.000 moitié Grecs moitié, Turcs
Scio 60,000 Avant le massacre, 120 000, principalement des Grecs
seulement 4 000 Turcs.
Nigéria 2,000 Dearborn dit 1 000
Samos 12,000 Tous les grecs
Patmos 3,000 Principalement des Grecs
Léro 2,000 Tous les grecs
Calamino 3,000
Sianco. 8,000 Grecs et Turcs
Priscopia 700
Rhodes 20,000 Acc. à Turner dont 14 000 Grecs
Acc. à Savary. 30 000 dont 12 000 grecs
Chypre 83,000 Moitié Grecs, moitié Turcs
Scarpanta 4,000 Principalement des Grecs
Candie 240,000 Moitié Grecs, moitié Turcs
Santorin 12,000 10 000 grecs, 2 000 catholiques
Stanpalia 3,000 Principalement des Grecs
Nio ou Jos 2,700 Tous les grecs
Sikyno 200 Principalement des Grecs
Policandro 1,200 Principalement des Grecs
Milo 7,000 Dearborn dit 500
Argentière 200
Siphno 7,000 Tous les grecs
Paros 2,000 Tous les grecs
Naxia 10,000 Principalement des Grecs
Myconi 3,000 Principalement des Grecs
Délos inhabité
Syra 5,000 Tous les grecs
Serpha 2,000 Principalement
Thermie 4,000 Tous les grecs
Égine 5,000
Zea ou PDG 5,000 Tous les grecs
Tino 25,000 Principalement des Grecs
Andersho 12,000 Tous les grecs
Négropont 25,000
Skyro 1,500 Tous les grecs
Scapelo 12,000 &nbps
Lemnos 20,000 Principalement des Grecs
Imbro 3,000 Principalement des Grecs
Samothrace 2,000
Tasse 8,000
Hydre >
Spezia > 58,000 Tous les grecs
Ipsora >
--------
698,800

ILES IONIENNES. Les îles Ioniennes, parfois appelées République des Sept-Îles, sont une petite république récemment constituée, composée de sept îles principales et d'un certain nombre d'îlots s'étendant le long de la côte occidentale de la Grèce, de 36° à 40° N. lat. Les sept îles principales sont Corfou, Paxo, Santa Maura (l'ancienne Leu-cadia), Theaki ou Ithaca, Cefalonia, Zante et Cerigo. Les côtes de ces îles sont accidentées et difficiles d'accès, et leurs ports peu sûrs, à l'exception de ceux de Théaki et de Céphalonie, auxquels appartient par conséquent la plupart des navires. Les productions sont le blé, le vin, les olives, les groseilles, le coton, etc. Depuis l'année 1815, ces îles ont constitué une république, sous la protection de la Grande-Bretagne. Les habitants sont en partie italiens, mais principalement grecs.

CROQUIS HISTORIQUE DE LA RÉVOLUTION EN GRÈCE.
Origine de la Révolution

En 1814, une Association pour la promotion des connaissances et du perfectionnement général de la Grèce fut établie à Vienne. À cette association, de nombreux hommes d'État distingués de l'Europe occidentale, de nombreux lettrés, en particulier en Allemagne, et la plupart des marchands aisés et autres personnages respectables de la Grèce même, ont souscrit, souscrit et contribué. Aucun objet politique n'était avoué. En général, aucune, probablement n'a été envisagée. Cependant, les vues des associés les plus ardents s'étendaient sans doute à la régénération politique de la Grèce. L'effervescence, qui existait en Espagne, en France, en Italie et en Allemagne, après le renversement de Napoléon et l'appel général à l'amélioration politique dans ces pays, ne pouvait qu'avoir eu un effet en Grèce, d'où environ cent jeunes hommes par an. recours aux universités d'Europe occidentale.

En 1820, éclate la guerre de la Porte contre Ali, le puissant et vétéran Pacha de Yanina. Dans cette guerre, les Grecs ne prirent aucune part, et Ali, chassé par les armées turques dans sa forte emprise du lac de Yanina, emmena avec lui plus d'une centaine des Grecs les plus respectables de ses territoires, comme otages de la tranquillité de le reste. À la fin de l'année 1820, les armées d'Ali l'avaient abandonné ou avaient été chassés du champ de bataille, et il était étroitement assiégé par le pacha turc, qui avait été envoyé contre lui.

Révolution en Valachie et en Moldavie.

Dans cet état de choses, au début de 1821, le grec Hospodar de Valachie mourut. Les deux provinces turques, la Valachie et la Moldavie, voisines de l'Autriche et de la Russie, et entièrement habitées par des chrétiens de foi grecque (mais non de la nation grecque) sont gouvernées par des princes grecs, appelés Hospodars, nommés par la Porte. Ce gouvernement est garanti à ces deux provinces par plusieurs traités entre la Porte et la Russie. A la mort de l'Hospodar grec de Valachie en janvier 1821, et avant qu'un nouveau ne soit nommé à Constantinople, Théodore, un Valaque originaire, rassembla 60 ou 70 aventuriers, principalement des Albanais - une sorte de Suisse turc, que l'on retrouve dans chaque partie de l'empire - et avec ceux-ci sortit de Bucarest, la capitale de la Valachie, appelant les habitants à se révolter et à obtenir réparation de leurs griefs. On a dit que cette révolte avait été effectuée par l'or et les émissaires d'Ali Pacha. Théodore rassembla en peu de temps environ 15 000 hommes, sans plan ni organisation, qui demandèrent réparation des griefs qu'ils subissaient sous leurs gouverneurs grecs. La Porte reçut la nouvelle de la révolte avec peu d'inquiétude, et envoya des officiers [sic] avec ordre de la supprimer, comme une de ces mutineries précipitées qui se produisent fréquemment dans toutes les parties de la Turquie.

Entre-temps, cependant, un événement plus grave se produisit dans les provinces voisines de Mol-davia. Le 7 mars 1821, une proclamation fut trouvée collée dans toutes les rues de Jassy, ​​la capitale de la Moldavie, signée par le prince Alexandre Ypsilanti, appelant les habitants à revendiquer leur liberté, les assurant que le prince Michel Suzzo, l'Hospodar de Moldavie, était dans leur cause, et laissant entendre que la coopération de la Russie pourrait être espérée.-Alexander Ypsilanti est de l'une des plus anciennes familles de la Grèce, son père était Hospodar de Valachie, et s'est enfui en Russie, sa vie étant menacée par la Porte Alexandre avait fait ses études dans une école militaire russe, servit et perdit un bras dans l'armée russe, et jouissait à ce moment du grade de général de division, au service russe. He had been an active member of the Association alluded to above, and stood in correspondence with the men of most influence in all parts of Greece. It was true that Prince Suzzo was in the secret of this revolt, although, in the first instance, it was against himself. Ypsilanti's proclamation had a powerful effect. The people rose and crowded to his standard, and he was soon in full march toward Wallachia. On the way, he was joined by another strong band, who had revolted at the same time at Galaez, on the Danube, and it may justly be called singular that these three simultaneous insurrections were wholly without concert.

The news of these events produced great excitement at Odessa, of which a great part of the inhabitants are Greeks. The wealthy subscribed in the most liberal manner, and the young and adventurous crowded to the banner of Ypsilanti, which was emblazoned, like that of Constantine, with the christian cross and the motto, “in this thou shall conquer.” Ypsilanti lost no time in sending an address to the Russian Emperor then at Laybach: and the Emperor lost as little time in ordering Ypsilanti's name to be erased form the lists of the Russian army, and directing the Russian consul at Jassy to denounce the revolutionary proceedings in the name of the Emperor. Information of these measures was also given to the Porte, by Baron Strogonoff, the Russian minister at Constantinople. The Porte not wholly satisfied, ordered a search of all vessels passing to or from the Black Sea an order, at which Baron Strogonoff took umbrage.

By this time the Porte was alarmed at the progress of the revolt. The lives of the Greeks at Constantinople were threatened Suzzo was outlawed as a traitor, and the Greek Patriarch, by order of the Porte, excommunicated him and all the Moldavian rebels.

Revolution extends to Greece.

Meantime, however, the fame was spreading. Alexander Ypsilanti had his agents in all the provinces of Greece, who received and propagated intelligence of the events in the two North Eastern Provinces. Preparations had been making all winter in the mountains of the Morea, and arms were collected, and councils held by Peter Mavromichalis, the Bey of the Mainotes, and his brave associates. At the end of March they had 8000 men ready to throw off the yoke. The news from Moldavia put them in motion, and the Turks were driven to the fortresses, in all the Southern parts of the Morea. The 30th of March, Germanus, Archbishop of Patras, raised the standard of the cross, collected the peasantry, and after a skirmishing warfare and many mutual excesses, drove the Turks into the citadel of Patras. On the same day, the Messenian Senate of Calamata, was convened proclamations were issued, addressed to the Greeks another to the Turks, promising them protection on condition of their not resisting and others to foreign nations. Among the last a proclamation was addressed, by this body, in the month of May, to the citizens of the United States.

It was highly favourable [sic] to the cause of the Patriots that Churshid, Pacha of the Morea, the ablest Turkish commander who was has appeared in this war, was absent, besieging Ali Pacha at Yanina. On hearing of the revolt in the Morea, he detached his Lieu-tenant, Jussuf Selim, with a considerable force. Jussuf landed at Patras, pillaged the city, burned 800 houses, and massacred the Greeks, who fell into his hands, without distinction of age or sex. This severity produced a happy effect: it roused many, who had hitherto taken no part. The whole Province was in arms. Gregory, a monk, ranged the country with a cross in his hand, and took post, with several thousand followers, at the Isthmus of Corinth: and in a few days Attica, Livadia, Acarnania, and Thessaly, were in open revolt. The features of insurrection were every where the same. After some bloody skirmishes, the Turks were everywhere driven to the walled towns, and often to the castles in the towns. Nor were the islands behind the continent. Hydra, Spezzia, and Ipsara, the three islands where the navigation of Greece centres [sic], formed their Sen-ate, fitted out in a short time 180 privateers, and swept the Turkish trade from the Archipelago. The single house of Conturiory [sic] fitted out 30 small cruisers. Vovlina, a lady whose husband had been put to death by the Turks, fitted out, at her own expense, three cruisers, and commanded the little squadron in person. These fleets raised all the islands kept up a communication between them blockaded the ports where the Turks were fortified, and gave life to the Patriot cause in every quarter.


Ancient Greece Geography Facts For Kids

Greece is located in the Mediterranean Sea in southeastern Europe. It is made up of islands and peninsulas and surrounded by the Aegean, Adriatic, and Ionian Seas.

In ancient times, the city of Athens was located at the tip of a peninsula called Attica. A slim strip of land called the Isthmus of Corinth connected the rest of Greece with the largest peninsula, the Peloponnese.

The Peloponnese was home to cities like Sparta and Olympia.

Ancient Greece’s many mountains, seas, and islands had a major influence on the Ancient Greeks, from their seafaring culture to their divided city-states and huge trading system.

Islands and Seas

The early Greeks settled along the Aegean Sea. They formed settlements and later city-states along the coastline.

The Aegean Sea provided the Ancient Greeks with fish to eat and a way to travel from city to city.

Over 1000 islands can be found in the Aegean Sea, and the Ancient Greeks settled on many of them, including the well-known island of Crete.

As people spread throughout Ancient Greece, they also lived near the Ionian and Mediterranean Seas, along with smaller rivers.

People became sailors, fishers, and merchants. Ancient Greece was the perfect location for trade, and Greek sailors traveled as far as Ancient Egypt to trade products.

Mountains Everywhere

About 75% of Greece’s mainland is mountainous. The country’s tallest mountain is Mount Olympus. The Ancient Greeks believed that this mountain was the home of the gods and goddesses.

Of course, these mountains made it difficult for the Ancient Greeks to make long journeys by land. All of the mountains and seas formed barriers between the ancient settlements.

Because of these barriers, Ancient Greece developed into several independent city-states instead of one centralized government. Some of the major city-states were Athens, Sparta, Thebes, and Corinth.

They all spoke the same language and had similar cultures, but each city-state had their own government.

Regions of Ancient Greece

These natural barriers also divided Ancient Greece into natural regions, or areas of land.

  • Northern Greece– Mount Olympus is located in Northern Greece. The region is sometimes divided into Macedonia, Epirus, and Thessaly.
  • Central Greece- Central Greece was home to the well-known region of Attica and the powerful city-state of Athens.
  • Peloponnese- Just south of Central Greece is the Peloponnese, a large finger-like peninsula at the southern end of Greece’s mainland. The Isthmus of Corinth connects the Peloponnese to the mainland. This region was home to several major city-states, including Sparta, Corinth, and Argos.
  • Islands- Ancient Greeks also settled on several islands. These are typically grouped into the Dodecanese, the Cyclades Islands, and the Northern Aegean Islands.

Agriculture

Unlike many other parts of the ancient world, Greece did not have wide-ranging plains for growing crops.

Luckily for the Ancient Greeks, it did have sloping hills that were perfect for growing grapes and olives. Wine and olive oil became very important crops for the Ancient Greeks.

Olive oil was especially popular, even with other civilizations. It was used as body lotion, lamp fuel, and an ingredient in many dishes.

The Ancient Greeks were also able to grow wheat and barley and raise livestock like sheep and goats. In addition, fish and other types of seafood were part of the Ancient Greek economy and cuisine.

The Ancient Greeks usually experienced very hot summers and mild winters that were wet and windy. People wore light, loose clothing for most of the year.


How did the geography of Greece affect Greek history quizlet?

Géographie had an enormous impacter on the ancient grec civilization. The people of ancient Greece took advantage of all this saltwater and coastline and became outstanding fishermen and sailors. There was some farmland for crops, but the Les Grecs could always count on seafood and waterfowl to eat.

Beside above, how did the geography of Greece help encourage trade? The demands for goods grew: the Les Grecs could sell goods to their colonies, in return for goods they could not obtain from the colonies, How did the geography of Greece help à encourage trade? Les grec peninsula gave the Les Grecs easy access to sea routes all over the Mediterranean.

Keeping this in consideration, how did geography influence ancient Greece?

As a peninsula, the people of Greece took advantage of living by the sea. The mountains in Greece did not have fertile soil good for growing crops, like in Mesopotamia, but the mild climate allowed for some farming. Les Les Grecs, like many other ancien civilizations, felt deeply connected to the land they lived on.

How did the geography discourage Greek unity?

2) How did the geography de Greece affect early settlements and discourage Greek unity? Greece is a rocky, mountainous land on a peninsula with many islands. They lacked enough food for their people in Greece so they established colonies elsewhere to trade food for other goods.


How did Ancient Greece’s Geography Affect its Civilization

Ancient Greece was mostly made up of many small and separated islands. Most people today know about the great Greek Philosophers, the Olympics, the battles, so most people should know at least a little of the history of ancient Greece. Many people don’t know how Greece came to be a great civilization though. I think that the reason why many democracies and civilizations fought for Greece was because of where Greece was located. Ancient Greece’s geography is the thing that helped most in developing ancient Greek’s civilization.

According to a map in the textbook, Greece was composed of a lot of little islands and they were all pretty spread out. It had a larger island more south and inland up north. Bodies of water surrounded Greece, except from the north where it bordered with Epirus and Macedonia. I think it would’ve been hard for others to attack them due to their location (Beck, et al. 121). The islands were fairly spread out but not far enough that they couldn’t communicate with each other. “They were close enough to each other that they rarely ever had to travel more than 85 miles to get to the inland or other islands around them” (Beck, et al. 123).

“Mountains covered most of Greece. Only about 70-80% of Greece was mountains, and only about 20% of the land could be used for farming. They tried to use the most of the land though, and they grew grain on the little amounts of open plains. They also grew olive trees around the edges of those plains. (Geography of Greece).” Olive trees grew easily in Greece because they are used to the soil there. “The mountains served as boundaries and natural barriers. The mountains separated Greece but it also gave them an advantage when they were being attacked. They acted as walls to the people attacking them. All the mountains caused the land to be so spread out, which caused Greece to be separated. They all lived in separate communities, and later they organized them to be city-states (The Land of Ancient Greece, 2002).” That’s why it was very hard to unite Greece under one government.

The sea formed Greek life just like rivers would form other countries and civilizations. Just the fact that the sea surrounded them already shows us that they most likely traded and used the sea a lot. Since they lived by the ocean they probably got used to fishing and traveling by the seas. Greece was made up of mostly mountains, so they lacked natural resources. “Since the seas surrounded them, they traded really easily to surrounding countries near the Mediterranean. Many cities also made settlements known as colonies (Ancient Greece-Geography).” They also probably used the sea to travel a lot because they couldn’t travel any other way since it must have been harder to travel through all those mountains.

Greece was located above the tropic of cancer so it really wasn’t ever too hot. “Their temperature rarely ever went below 40° F or above 80° F and the average yearly rainfall ranged from 25-50 inches a year (Greek Climate and Physical Geography, 2000).” The weather was almost always perfect. It was great weather to have competitions like races, or the Olympics. “The moderate temperatures supported an outdoor life, for the Greek citizens. A lot men spent their extra time at outdoor public events or just spent time outside. City-states would meet often and discuss public issues, exchange news, and take an active part in their civic lives (Beck, et al. 124).” I think that if it wasn’t for the climate people wouldn’t have interacted as much and there would’ve been more wars, and who know maybe even the Olympics wouldn’t exist today because of the climate.

I think that Greece is very interesting, and I would like to visit it one day to experience the wonderful weather. Greece had a huge impact on the Middle Eastern and Western civilizations, because of its geography, and I don’t think the world would’ve been the same if it weren’t for Greece. I have proven that Greek’s civilization was developed because of its geography.


The Archaic Era (700 – 480 BCE)

Around 700 BCE Greece entered the Archaic period. Greeks began living in organized city-states (Polis). Poles housed of citizens, foreign residents, and slaves and required complex political and legal structures.

Eventually, the refinement of the political system was transformed to the Democratic governance in Classical Athens and other city-states around Greece.

As the major city-states grew they underwent vigorous colonization. Citizens from a mother-city founded numerous cities in the Aegean, the Ionian, Anatolia (today’s Turkey), Phoenicia (the Middle East), Libya, Southern Italy, Sicily, Sardinia, and as far as southern France, Spain, and all around the coast of the Black Sea.

These settlements, and trading posts retained close ties with the mother-cities, and helped Greece dominate the substantial commercial network that involved all the advanced civilizations of the time.

Thus, Greece as a major maritime power became the conduit for commerce and ideas, to and from Africa, Asia, and Europe.

Powerful cities like Athens, Sparta, Corinth, Thebes, Syracuse, Miletus, and Halicarnassus among others, grew more powerful, and came to dominate the affairs of the next four centuries.

Important Archaic Era Art may be seen at: Acropolis Museum, and the Athens National Archeological Museum


tyrannical. characteristic of an absolute ruler or absolute rule. She had been with us ever since Jem was born, and I had felt her tyrannical presence as long as I could remember. absence. failure to be present.

In a tyranny government, the power to make decisions is in the hands of one person, usually called a tyrant or dictator, who has taken control illegally. The word tyranny comes from the Greek root word tyrannos (which means “supreme power”). Tyrants became known for holding power through cruel and unfair methods.


Voir la vidéo: Géographie de la Grèce