Osiris

Osiris


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Osiris est le seigneur égyptien des enfers et juge des morts, le frère-mari d'Isis et l'un des dieux les plus importants de l'Égypte ancienne. Le nom « Osiris » est la forme latinisée de l'Usir égyptien qui est interprété comme « puissant » ou « puissant ».

Il est le premier-né des dieux Geb (terre) et Nut (ciel) peu de temps après la création du monde, a été assassiné par son jeune frère Set et ramené à la vie par sa sœur-épouse Isis. Ce mythe, et les dieux impliqués, sont devenus centraux dans la culture et la vie religieuse égyptiennes. Osiris était à l'origine un dieu de la fertilité, peut-être de Syrie (bien que cette affirmation soit contestée) qui est devenu si populaire qu'il a absorbé la fonction de dieux antérieurs tels qu'Andjeti et Khentiamenti, deux dieux de la fertilité et de l'agriculture vénérés à Abydos. Il est associé au symbole djed et est souvent représenté avec une peau noire ou verte symbolisant la boue fertile du Nil et la régénération. Il est également fréquemment représenté comme une momie ou sous une forme partiellement momifiée dans son rôle de juge des morts.

Des images d'Osiris en tant que dieu vivant le représentent comme un bel homme en costume royal portant la couronne de la Haute-Égypte comme une coiffe à plumes connue sous le nom de atef et portant la crosse et le fléau, symboles de la royauté. Il est associé au mythique oiseau Bennu (inspiration du Phénix grec) qui renaît de ses cendres. Osiris était connu sous de nombreux noms, mais principalement comme Wennefer, "Le Beau" et, dans son rôle de Juge des Morts, Khentiamenti, "Le Premier des Occidentaux". L'Occident était associé à la mort et les « occidentaux » sont devenus synonymes de ceux qui étaient passés dans l'au-delà.

Il était également connu comme le Seigneur de l'amour, le roi des vivants et le Seigneur éternel. Après Isis, Osiris était le plus populaire et le plus durable de tous les dieux égyptiens. Son culte s'est étendu sur des milliers d'années, peu avant la première période dynastique (vers 3150-2613 avant notre ère) jusqu'à la dynastie ptolémaïque (323-30 avant notre ère), la dernière dynastie à régner sur l'Égypte avant la venue de Rome. Il est également possible qu'Osiris ait été vénéré sous une forme ou une autre pendant la période prédynastique de l'Égypte (vers 6000-3150 avant notre ère) et il est probable qu'il soit originaire de cette époque. La chercheuse Geraldine Pinch écrit :

Où, quand et comment Osiris a été adoré pour la première fois est très contesté. On a prétendu qu'Osiris était à l'origine un roi prédynastique divinisé, un esprit végétal primitif, un dieu chacal d'une ancienne nécropole royale ou une déesse mère. Même l'étymologie de son nom est incertaine, bien qu'il puisse simplement signifier « Le Puissant ». (178)

Bien qu'il soit généralement considéré comme un dieu juste, généreux et généreux de la vie et de l'abondance, il est également représenté comme « une figure terrifiante qui envoie des messagers démoniaques pour entraîner les vivants dans le sombre royaume des morts » (Pinch, 178 ) bien qu'ils soient minoritaires. Osiris en tant que souverain gentil et juste, assassiné par son frère plein de ressentiment, qui revient à la vie est l'image la plus populaire et la plus durable du dieu.

Le mythe d'Osiris

Après la création du monde, les cinq premiers dieux sont nés de l'union de Geb (terre) et Nut (ciel) et ce sont Osiris, Isis, Set, Nephthys et Horus. Osiris, en tant que premier-né, a assumé le pouvoir en tant que seigneur de la Terre, avec Isis comme reine et épouse. Il trouva le peuple égyptien non civilisé et sans loi et lui donna ainsi des lois, la culture, l'instruction religieuse et l'agriculture. L'Egypte est devenue un paradis sous le règne d'Osiris où tout le monde était égal et où la nourriture était abondante car les récoltes étaient toujours abondantes.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Set était jaloux du succès de son frère et a ressenti du ressentiment. Leur relation s'est encore détériorée après que Nephthys, la femme de Set, s'est déguisée en Isis et a séduit Osiris, tombant enceinte du dieu Anubis. Set a fait fabriquer un beau cercueil à la hauteur exacte d'Osiris, puis a organisé une grande fête où il a présenté cette boîte et a dit aux invités que celui d'entre eux qui s'y adapterait le mieux pourrait l'avoir en cadeau. Quand Osiris se coucha dans le cercueil, Seth fit claquer le couvercle, le ferma et le jeta dans le Nil, où il fut emporté en aval.

Le corps d'Osiris a voyagé en mer et finalement son cercueil s'est logé dans un grand tamaris poussant près de Byblos en Phénicie. L'arbre a grandi rapidement autour du cercueil jusqu'à ce qu'il le contienne complètement. Le roi de Byblos, Malcander, est venu sur le rivage avec sa femme Astarté et a admiré l'arbre et le doux parfum qui semblait s'en émaner. Il ordonna d'abattre l'arbre et de l'amener dans son palais comme pilier ornemental pour la cour, et là Osiris resta, piégé dans le cercueil à l'intérieur du pilier, jusqu'à sa mort.

Osiris en tant que souverain gentil et juste, assassiné par son frère plein de ressentiment, qui revient à la vie est l'image la plus populaire et la plus durable du dieu.

Isis avait entre-temps quitté l'Égypte à la recherche de son mari et est finalement arrivée à Byblos, déguisée en femme plus âgée, où elle s'est assise près du rivage et a pleuré pour son mari disparu. Elle a été invitée au palais par les servantes royales qui étaient venues sur le rivage pour se baigner et s'y est rendue bienveillante auprès du roi et de la reine, alors on lui a demandé d'être la nourrice de leurs jeunes fils.

Isis a essayé de rendre le jeune garçon immortel en le baignant dans le feu et, lorsque la reine Astarté a découvert cela, elle a été horrifiée. Isis s'est alors révélée comme la déesse et le roi et la reine lui ont promis tout ce qu'elle voulait si seulement elle les épargnait. Elle n'a demandé que le pilier - qu'ils lui ont rapidement accordé.

Après avoir quitté la cour, Isis a coupé Osiris de l'arbre et a ramené son corps en Égypte où elle l'a caché à Set dans la région marécageuse du delta du Nil. Elle l'a quitté pour aller cueillir des herbes pour faire une potion pour le ramener à la vie, laissant sa sœur Nephthys garder le corps. Pendant son absence, Set apprit le retour de son frère et sortit pour retrouver son corps. Il a réussi à faire dire à Nephthys où il se trouvait, et quand il l'a trouvé, il l'a coupé en morceaux et l'a dispersé à travers le pays et dans le Nil.

Quand Isis est revenue, elle a été horrifiée mais s'est rapidement ressaisie et s'est mise au travail pour trouver les morceaux de son mari assassiné. Avec l'aide de Nephthys, elle récupéra toutes les parties du corps à l'exception du pénis, qui avait été jeté dans le Nil et mangé par le poisson oxyrhyncus, c'est pourquoi ce poisson était une nourriture interdite dans l'Egypte ancienne.

Isis a pu faire revivre Osiris et, une fois qu'il était en vie, elle a pris la forme d'un cerf-volant et a volé autour de lui, a attiré la graine de son corps dans le sien et est tombée enceinte d'un fils, Horus. Même si Osiris vivait maintenant, il était incomplet et ne pouvait plus gouverner le pays des vivants. Il se retira dans l'au-delà où il devint seigneur et juge des morts.

Isis, craignant ce que Seth pourrait faire à son fils, cacha Horus parmi les marais d'Égypte jusqu'à ce qu'il soit grand. À ce moment-là, Horus est devenu un puissant guerrier et a combattu Set pour le contrôle du monde. Dans certaines versions de l'histoire, Set est tué mais, dans la plupart, il est vaincu et chassé du pays. Le chaos que Set avait déclenché sur le monde a été vaincu par Horus, qui a rétabli l'ordre, puis a régné avec sa mère.

Culte d'Osiris

Le mythe incarnait certaines des valeurs les plus importantes de la culture égyptienne : l'harmonie, l'ordre, la vie éternelle et la gratitude. Le ressentiment de Set envers Osiris, même avant la liaison avec Nepthys, est né d'un manque de gratitude et d'une envie pour la bonne fortune de quelqu'un d'autre. En Egypte, l'ingratitude était une sorte de "péché passerelle" qui ouvrait l'individu à tous les autres. L'histoire illustrait de façon dramatique comment même un dieu pouvait devenir la proie de l'ingratitude et les conséquences qui pouvaient en découler. Tout aussi important, le mythe racontait l'histoire de la victoire de l'ordre sur le chaos et l'établissement de l'harmonie dans le pays ; une valeur centrale de la culture et de la religion égyptiennes.

La renaissance d'Osiris était associée au Nil, qui était considéré comme un symbole de son pouvoir vivifiant. Les fêtes d'Osiris étaient organisées pour célébrer la beauté du dieu et son pouvoir transcendant mais aussi sa mort et sa renaissance. La fête de la Chute du Nil commémorait sa mort tandis que la Fête du Pilier Djed célébrait la résurrection d'Osiris. L'historienne Margaret Bunson écrit :

Alors que le Nil se retirait, les Égyptiens se sont rendus sur le rivage pour offrir des cadeaux et montrer leur chagrin à la mort d'Osiris une autre fois. Le Nil représentait la capacité d'Osiris à renouveler la terre et à redonner vie à la nation. Lorsque le Nil a commencé sa montée régulière vers le stade de crue, Osiris a de nouveau été honoré. De petits sanctuaires ont été jetés à la dérive sur le fleuve, et les prêtres ont versé de l'eau douce dans le Nil, déclarant qu'Osiris avait été retrouvé. (198)

La ville d'Abydos était son centre de culte et la nécropole y est devenue le lieu de sépulture le plus recherché car les gens voulaient être enterrés aussi près du dieu que possible. Ceux qui habitaient trop loin ou n'avaient pas les moyens d'un tel enterrement y faisaient ériger une stèle à leur nom. Osiris était le plus largement vénéré en tant que juge des morts, mais les « morts » continuaient d'exister dans un autre royaume et la mort n'était pas la fin de l'existence.

Les fêtes célébraient donc la vie - à la fois sur terre et après - et une partie de ces célébrations était la plantation d'un jardin d'Osiris qui était un lit de jardin moulé en forme de dieu et fertilisé par la boue et l'eau du Nil. Les grains qui pousseraient plus tard symbolisaient Osiris ressuscitant d'entre les morts et aussi la promesse de la vie éternelle pour celui qui s'occupait du jardin.

Les jardins d'Osiris ont été placés dans des tombes où ils sont connus sous le nom de lit d'Osiris. Margaret Bunson décrit cette pratique en écrivant :

Il s'agissait de boîtes en bois ou en poterie ayant normalement la forme du dieu. Les lits d'Osiris étaient souvent creux, plantés de boue du Nil et de maïs. Les boîtes ont ensuite été emballées comme des momies et placées dans la tombe. Le maïs devait germer comme symbole de la résurrection d'Osiris. Certaines boîtes contenaient des preuves réelles de croissance lorsqu'elles ont été déballées des siècles plus tard. (198)

Les prêtres d'Osiris s'occupaient du temple et de la statue du dieu à Abydos, Busiris et Héliopolis et, comme c'était la coutume avec le culte égyptien, les prêtres seuls étaient autorisés à entrer dans le sanctuaire intérieur. Le peuple égyptien a été invité à visiter le complexe du temple pour faire des offrandes et demander des prières, demander des conseils et des conseils médicaux, recevoir l'aide des prêtres sous forme de biens matériels ou de dons financiers, et laisser des sacrifices au dieu en demandant une faveur. ou en remerciant le dieu pour une demande accordée.

Osiris, le roi et le peuple

Osiris était considéré comme le premier roi d'Égypte qui a établi les valeurs culturelles que tous les rois ultérieurs ont juré de défendre. Lorsque Set a assassiné le roi, le pays a plongé dans le chaos et l'ordre n'a été rétabli qu'avec la victoire d'Horus sur Set. Les rois d'Égypte s'identifiaient à Horus durant leur vie (ils avaient chacun un nom personnel et un « Nom Horus » qu'ils prenaient au début de leur règne) et à Osiris à la mort. Comme Isis était la mère d'Horus, elle était considérée comme la mère de chaque roi, le roi était son fils et Osiris était à la fois leur père et leur aspect supérieur et leur espoir de salut après la mort.

C'est pour cette raison qu'Osiris est si souvent dépeint comme un pharaon momifié ; parce que les pharaons ont été momifiés pour ressembler à Osiris. L'image du grand dieu momifié a précédé la pratique consistant à préparer le corps royal à ressembler à Osiris. Tous les symboles et images égyptiens qui composaient les textes des pyramides sur les murs des tombes étaient destinés à rappeler à l'âme du défunt ce qu'il fallait faire ensuite une fois arrivé dans l'au-delà. Leur apparence en tant qu'Osiris lui-même leur rappellerait non seulement le dieu, mais chasserait également les esprits sombres en les faisant croire que l'un d'eux était le grand dieu lui-même. L'apparence du roi, calquée sur celle d'Osiris, s'étendit tout au long de son règne ; le célèbre fléau et le bâton de berger, synonymes de pharaons égyptiens, étaient d'abord les symboles d'Osiris car le fléau représentait la fertilité de sa terre tandis que la houlette symbolisait l'autorité de son règne.

Osiris était le miséricordieux, le pardonneur et le juste juge des morts qui supervisait sa vie sur terre et dans l'au-delà.

L'harmonie et l'ordre avaient été établis par le fils d'Osiris, Horus, et le roi était le représentant vivant d'Horus qui subvenait aux besoins du peuple. Osiris était crédité d'avoir établi à la fois la royauté et l'ordre naturel et la loi de la vie et ainsi, grâce à sa participation à sa communauté et à l'observance des rituels, on suivait les directives d'Osiris. Le peuple, ainsi que la royauté, attendaient la protection d'Osiris dans la vie et son jugement impartial après la mort. Osiris était le tout miséricordieux, le pardonneur et le juste juge des morts qui supervisait sa vie sur terre et dans l'au-delà.

Les mystères d'Osiris

L'identification d'Osiris avec la vie éternelle, avec la vie après la mort, a donné naissance à son culte mystérieux qui voyagerait au-delà des frontières de l'Égypte sous le nom de Culte d'Isis. Bien que personne ne sache quels rituels étaient impliqués dans le culte des mystères d'Isis, ils peuvent s'être développés à partir des mystères antérieurs d'Osiris célébrés à Abydos à partir de la douzième dynastie (1991-1802 avant notre ère). C'étaient des fêtes très populaires qui attiraient des gens de toute l'Égypte pour participer au rituel. Bunson note que « les mystères racontaient la vie, la mort, la momification, la résurrection et l'ascension d'Osiris » (198). Des drames ont été mis en scène avec les rôles principaux attribués à des membres éminents de la communauté et aux prêtres locaux qui ont joué l'histoire du mythe d'Osiris. Le texte d'appel et de réponse connu sous le nom de Les Lamentations d'Isis et de Nephtys, dans laquelle deux femmes joueraient les rôles des déesses rappelant Osiris à la vie, a été récitée au début des festivités.

L'histoire connue sous le nom La querelle entre Horus et Set a ensuite été joué dans des batailles simulées entre les suiveurs d'Horus et les suiveurs de Set où il semble que n'importe qui puisse participer. Une fois la bataille gagnée par les partisans d'Horus, le peuple célébra le rétablissement de l'ordre et la statue dorée d'Osiris fut sortie du sanctuaire intérieur du temple et portée parmi le peuple qui prodiguait des cadeaux à l'image. La statue a été transportée à travers la ville dans un circuit et finalement placée dans un sanctuaire extérieur où il pouvait être admiré par son peuple et aussi participer pleinement aux festivités. L'émergence du dieu de l'obscurité de son temple à la participation aux joies de la vie symbolisait le retour d'Osiris à la vie après la mort.

Bien que ce festival ait principalement eu lieu à Abydos, il a également été célébré dans d'autres centres de culte dédiés à Osiris dans toute l'Égypte, tels que Bubastis (qui était un autre centre de culte très important), Busiris, Memphis et Thèbes. Osiris, bien sûr, était la figure centrale de ces célébrations, mais, avec le temps, l'attention s'est portée sur sa femme, Isis, qui l'avait en fait sauvé de la mort et l'avait ramené à la vie. Osiris était intimement lié au Nil et à la vallée du Nil en Égypte, mais Isis s'est finalement détachée de toute localité donnée et a été considérée comme la reine du ciel et le créateur de l'univers. Tous les autres dieux égyptiens ont finalement été considérés comme des aspects de la puissante Isis et sous cette forme, son culte a voyagé en Grèce, en Phénicie, à Rome et dans tout l'Empire romain.

Le culte d'Isis était si populaire dans le monde romain qu'il a survécu à tous les autres systèmes de croyances païens une fois que le christianisme s'est emparé de l'imagination populaire. Les aspects les plus profonds du christianisme, en fait, remontent au culte d'Osiris et au culte d'Isis qui s'est développé à partir de son histoire. Dans l'Égypte ancienne, comme à l'époque moderne, les gens avaient besoin de croire qu'il y avait un but à leur vie, que la mort n'était pas la fin et qu'une sorte d'être surnaturel prenait soin d'eux et les protégerait. Le culte du grand dieu Osiris pourvoyait à ce besoin, tout comme les croyances religieuses des gens le font aujourd'hui.


Dieu de la terre et de la végétation, Osiris symbolisait dans sa mort la sécheresse annuelle et dans sa renaissance miraculeuse les crues périodiques du Nil et la croissance des céréales. C'était un dieu-roi qui aurait donné la civilisation à l'Égypte.

Osiris était le premier enfant de Nut et Geb, et donc le frère de Seth, Nephthys et Isis. Il était marié à sa sœur Isis. Il était aussi le père d'Horus et d'Anubis. Ces traditions déclarent que Nephthys (mère d'Anubis) a pris la forme d'Isis, l'a séduit (peut-être avec du vin) et elle est tombée enceinte d'Anubis.

Les textes religieux les plus anciens font référence à Osiris comme le grand dieu des morts, et tout au long de ces textes, on suppose que le lecteur comprendra qu'il possédait autrefois une forme humaine et vivait sur terre. En tant que premier fils de Geb, le roi originel d'Égypte, Osiris a hérité du trône lorsque Geb a abdiqué. A cette époque, les Égyptiens étaient des cannibales barbares et non civilisés. Osiris a vu cela et a été très perturbé. Par conséquent, il est allé parmi les gens et leur a enseigné ce qu'il faut manger, l'art de l'agriculture, comment adorer les dieux, et leur a donné des lois. Thot l'a aidé à bien des égards en inventant les arts et les sciences et en donnant des noms aux choses. Osiris était le plus grand roi d'Égypte qui régnait par la bonté et la persuasion. Ayant civilisé l'Égypte, Osiris voyagea vers d'autres pays, laissant Isis comme régente, pour enseigner aux autres peuples ce qu'il enseignait aux Égyptiens.

Pendant l'absence d'Osiris, Isis a été troublée par le complot de Seth pour l'acquérir ainsi que le trône d'Égypte. Peu de temps après le retour d'Osiris en Égypte, dans la vingt-huitième année de son règne, le dix-septième jour du mois d'Hathor (fin septembre ou novembre), Seth et 72 conspirateurs l'assassinèrent. Ils ont ensuite jeté le cercueil dans lequel il a été assassiné dans le Nil, avec son corps divin toujours à l'intérieur.

Isis, avec l'aide de sa sœur Nephthys, d'Anubis et de Thot, a localisé magiquement le corps d'Osiris. Après avoir appris que le corps de son frère avait été retrouvé, Seth s'y rendit et le déchira en quatorze morceaux et les dispersa dans toute l'Égypte. Isis a de nouveau retrouvé chaque partie de son corps, à l'exception de son phallus (il avait été mangé par le poisson du Nil désormais maudit). Elle a réassemblé par magie Osiris et l'a ressuscité assez longtemps pour être fécondé par lui afin qu'elle puisse donner naissance au nouveau roi Horus.

Seth, bien sûr, n'était pas disposé à céder le trône d'Égypte au jeune Horus et un tribunal de dieux s'est donc réuni pour décider qui était le roi légitime. Le procès a duré quatre-vingts ans. Finalement, grâce à la ruse d'Isis, elle a remporté le trône pour son fils.

Osiris entre-temps était devenu le roi de l'au-delà. On croyait qu'il était prêt à admettre tout le monde à la Douat, la terre douce et fertile dans laquelle vivaient les justes morts, qui avait vécu une vie bonne et correcte sur terre et avait été enterré avec des cérémonies appropriées sous la protection de certaines amulettes. , et avec le récit approprié de certains « mots divins » et mots de pouvoir. On disait que son royaume se trouvait sous Nun, dans les cieux du nord ou à l'ouest.

C'est en tant que roi de l'au-delà qu'Osiris a acquis sa suprême popularité. Il était à l'origine un dieu mineur de la Moyenne Egypte, surtout par rapport aux dieux d'Héliopolis et d'Hermopolis, etc. Constatant sa popularité croissante, et sentant qu'Osiris éclipserait un jour l'adoration de leurs propres dieux, les prêtres de ces villes l'adoptèrent dans leurs propres cosmogonies.

Les éléments de son histoire étaient considérés comme symboliques d'événements réels qui se sont produits en Égypte. Avec son association originale à l'agriculture, sa mort et sa résurrection étaient considérées comme symboliques de la mort et de la repousse annuelles des cultures et des crues annuelles du Nil. Le soleil aussi avec sa renaissance et sa mort quotidiennes était associé à Osiris. Sa rivalité avec son frère Seth, le dieu des tempêtes et du désert, était symbolique de la guerre éternelle entre les terres fertiles de la vallée du Nil et les terres arides du désert juste au-delà. Le pharaon d'Egypte s'appelait Horus, tandis que son père décédé était le nouvel Osiris.

Plusieurs festivals au cours de l'année ont eu lieu en Egypte, à l'occasion de la célébration d'Osiris. L'une, tenue en novembre, célébrait sa beauté. Un autre, appelé la « Chute du Nil » était un temps de deuil. Alors que le Nil se retirait, les Égyptiens se sont rendus sur le rivage pour offrir des cadeaux et montrer leur chagrin à la suite de sa mort. Lorsque le Nil a recommencé à inonder, un autre festival en l'honneur d'Osiris a eu lieu au cours duquel de petits sanctuaires ont été jetés dans le fleuve et les prêtres ont versé de l'eau douce dans le Nil, déclarant que le dieu était retrouvé.

Le nom "Osiris" est la corruption grecque du nom égyptien "Asar" (ou Usar.) Il y a plusieurs possibilités quant à ce que signifie ce nom, "la force de l'œil", en est une. Un autre est "Il voit le trône". La forme la plus ancienne et la plus simple du nom est le hiéroglyphe du trône sur un œil (il existe au moins 158 versions du nom). À un moment donné, la première syllabe du nom se prononçait « Aus » ou « Nous » et peut avoir acquis le sens du mot usr, "force, puissance, puissance". À cette époque, les Égyptiens supposaient que le nom signifiait quelque chose comme la « force de l'œil » (c'est-à-dire la force du dieu-soleil Rê.)

Une autre possibilité soulevée par l'auteur d'un ancien hymne est que le nom "Unnefer" (un autre nom sous lequel Osiris était connu) viendrait des racines ONU ("ouvrir, apparaître, rendre manifeste") et néferu, ("bonnes choses"). L'auteur a ensuite écrit ces lignes dans son hymne au dieu, « Ta beauté se manifeste en ta personne pour réveiller les dieux à la vie en ton nom Unnefer ». En tout cas, même pour les anciens, l'origine du nom égyptien d'Osiris est un mystère.

Osiris était généralement dépeint comme un humain barbu et momifié à la peau verte et portant le atef couronner. Ses mains émergent des emballages de la momie et tiennent le fléau et la crosse.

Tout le contenu et les images et copie Mythes égyptiens, 1997-2014, Tous droits réservés


Avant que Rê ne quitte la terre, avant qu'il ne commence à vieillir, sa grande sagesse lui dit que si la déesse Nout portait des enfants, l'un d'eux mettrait fin à son règne parmi les hommes. Alors Re a jeté une malédiction sur Nut - qu'elle ne devrait pas être capable de porter un enfant à n'importe quel jour de l'année.

Plein de chagrin, Nut est allé chercher de l'aide auprès de Thot, le trois fois grand dieu de la sagesse, de la magie et de l'apprentissage, le fils de Re, qui l'aimait. Thot savait que la malédiction de Rê, une fois prononcée, ne pourrait jamais être rappelée, mais dans sa sagesse, il trouva un moyen de s'échapper. Il alla voir Khonsou, le dieu de la Lune, et le défia à un concours de dames. Match après match, ils jouaient et Thot gagnait toujours. Les enjeux augmentaient de plus en plus, mais Khonsou pariait le plus, car c'était une partie de sa propre lumière qu'il risquait et qu'il perdait.

Enfin, Khonsou ne jouera plus. Alors Thot, le trois fois grand en sagesse, rassembla la lumière qu'il avait gagnée et en fit cinq jours supplémentaires qui s'échelonnèrent pour toujours entre la fin de l'ancienne année et le début de la nouvelle. L'année était de trois cent soixante jours avant cela, mais les cinq jours qui ont été ajoutés, qui n'étaient des jours d'aucune année, ont toujours été célébrés après comme jours de fête dans l'ancienne Égypte.

Mais, depuis son match avec Thot, Khonsou la lune n'a pas eu assez de lumière pour briller tout au long du mois, mais s'estompe dans les ténèbres puis retrouve toute sa gloire car il avait perdu la lumière nécessaire pour faire cinq jours entiers.

Le premier de ces jours, Osiris, le fils aîné de Nout, est né, et le deuxième jour a été réservé à l'anniversaire d'Horus l'Ancien. Le troisième jour naquit le deuxième fils de Nout, le sombre Seth, le seigneur du mal. Le quatrième, sa fille Isis vit la lumière pour la première fois, et sa deuxième fille Nephthys le cinquième. De cette manière, la malédiction de Rê fut à la fois accomplie et vaincue : car les jours où naquirent les enfants de Nout n'appartenaient à aucune année.

Quand Osiris est né, de nombreux signes et prodiges ont été vus et entendus à travers le monde. Le plus remarquable était la voix qui venait du sanctuaire le plus saint du temple de Thèbes sur le Nil, qui s'appelle aujourd'hui Karnak, parlant à un homme appelé Pamyles lui demandant de proclamer à tous les hommes qu'Osiris, le bon et puissant roi, était né pour apporter la joie à toute la terre. Pamyles fit ce qui lui était demandé, et il s'occupa également de l'Enfant Divin et l'éleva comme un homme parmi les hommes.

Quand Osiris a grandi, il a épousé sa sœur Isis, une coutume que les pharaons d'Égypte ont suivie pour toujours. Et Seth épousa Nephthys : car lui aussi étant un dieu ne pouvait épouser qu'une déesse.

Après qu'Isis eut appris par son art le nom secret de Rê, Osiris devint le seul souverain d'Égypte et régna sur terre comme Rê l'avait fait. Il trouva les gens à la fois sauvages et brutaux, se battant entre eux, s'entretuant et se mangeant les uns les autres. Mais Isis a découvert le grain de blé et d'orge, qui poussait à l'état sauvage sur la terre avec les autres plantes et était encore inconnu de l'homme et Osiris leur a appris à planter les graines lorsque le Nil avait augmenté dans l'inondation annuelle et a coulé à nouveau en laissant frais boue fertile sur les champs comment soigner et arroser les cultures comment couper le maïs quand il était mûr, et comment battre le grain sur les aires de battage, le sécher et le moudre en farine et en faire du pain. Il leur montra aussi comment planter des vignes et faire du raisin en vin et ils savaient déjà comment brasser de la bière à partir de l'orge.

Lorsque les Égyptiens eurent appris à faire du pain et à ne couper que la chair des animaux qu'il leur enseignait, Osiris leur enseigna les lois et comment vivre en paix et heureux ensemble, se délectant de musique et de poésie. Dès que l'Égypte fut remplie de paix et d'abondance, Osiris se mit à parcourir le monde pour apporter ses bénédictions sur d'autres nations. Pendant son absence, il laissa Isis régner sur le pays, ce qu'elle fit à la fois sagement et bien.

Mais Seth le Malin, leur frère, enviait Osiris et détestait Isis. Plus les gens aimaient et louaient Osiris, plus Seth le haïssait et plus il faisait de bien et plus l'humanité devenait heureuse, plus le désir de Seth de tuer son frère et de régner à sa place grandissait. Isis, cependant, était si pleine de sagesse et si vigilante que Seth ne fit aucune tentative pour s'emparer du trône alors qu'elle veillait sur le pays d'Égypte. Et quand Osiris est revenu de ses voyages, Seth a été parmi les premiers à l'accueillir et à s'agenouiller avec révérence devant "le bon dieu Pharaon Osiris".

Pourtant, il avait fait ses plans, aidé par soixante-douze de ses méchants amis et Aso la méchante reine d'Éthiopie. Secrètement, Seth obtint les mesures exactes du corps d'Osiris, et fit fabriquer une belle poitrine qui ne conviendrait qu'à lui. Il était façonné avec les bois les plus rares et les plus coûteux : le cèdre apporté du Liban et l'ébène de Pount à l'extrémité sud de la mer Rouge car aucun bois ne pousse en Egypte à l'exception du palmier tendre et inutile.

Puis Seth donna un grand festin en l'honneur d'Osiris mais les autres invités étaient les soixante-dix conspirateurs. C'était le plus grand festin qu'on ait jamais vu en Égypte, et les mets étaient plus savoureux, les vins plus forts et les danseuses plus belles que jamais. Lorsque le cœur d'Osiris s'était réjoui de festins et de chants, le coffre était rentré, et tous étaient émerveillés par sa beauté.

Osiris s'émerveillait du cèdre rare incrusté d'ébène et d'ivoire, d'or et d'argent moins rares, et peint à l'intérieur de figures de dieux, d'oiseaux et d'animaux, et il le désirait beaucoup.

"Je donnerai ce coffre à celui qui lui va le mieux !" s'écria Seth. Et aussitôt les conjurés commencèrent à leur tour à voir s'ils pouvaient l'emporter. Mais l'un était trop grand et l'autre trop petit, l'autre trop gros et l'autre trop mince - et tous ont essayé en vain.

« Laissez-moi voir si je m'intégrerai dans ce merveilleux travail », a déclaré Osiris, et il s'est allongé sur la poitrine tandis que tous se rassemblaient à bout de souffle.

"Je me taille exactement, et la poitrine est à moi!" s'écria Osiris.

"C'est le vôtre en effet, et le sera pour toujours!" siffla Seth en abaissant le couvercle. Puis, dans une hâte désespérée, lui et les conspirateurs l'ont cloué et ont scellé chaque fissure avec du plomb fondu, de sorte qu'Osiris l'homme est mort dans la poitrine et son esprit est allé à l'ouest à travers le Nil dans Duat le lieu de l'épreuve mais, au-delà, à Amenti, où ceux qui vivent pour toujours qui ont bien vécu sur terre et ont passé les jugements de Duat, il ne pouvait pas encore passer. Seth et ses compagnons prirent le coffre qui contenait le corps d'Osiris et le jetèrent dans le Nil et Hapi le dieu du Nil l'emporta dans la Grande Mer Verte où il fut jeté pendant de nombreux jours jusqu'à ce qu'il arrive au rivage de Phénicie près de la ville de Byblos. Ici, les vagues l'ont jeté dans un tamaris qui poussait sur le rivage et l'arbre a tiré des branches et a fait pousser des feuilles et des fleurs pour faire un lieu de repos convenable pour le corps du bon dieu Osiris et très vite cet arbre est devenu célèbre dans tout le pays.

Bientôt, le roi Malcander en entendit parler, et lui et sa femme, la reine Astarté, vinrent au bord de la mer pour contempler l'arbre. À présent, les branches avaient poussé ensemble et dissimulaient la poitrine qui retenait le corps d'Osiris dans le tronc lui-même. Le roi Malcander ordonna que l'arbre soit coupé et transformé en un grand pilier pour son palais. Cela fut fait, et tous s'étonnèrent de sa beauté et de son parfum : mais personne ne savait qu'il contenait le corps d'un dieu. Pendant ce temps, en Egypte, Isis était dans une grande peur. Elle avait toujours su que Seth était rempli de mal et de jalousie, mais gentiment Osiris ne croyait pas à la méchanceté de son frère. Mais Isis a su dès que son mari était mort, bien que personne ne le lui ait dit, et s'est enfuie dans les marais du delta en emportant le bébé Horus avec elle. Elle trouva refuge sur une petite île où vivait la déesse Buto et lui confia l'enfant divin. Et comme protection supplémentaire contre Seth, Isis a détaché l'île de ses fondations et l'a laissée flotter afin que personne ne puisse dire où la trouver.

Puis elle est allée chercher le corps d'Osiris. Car, jusqu'à ce qu'il soit enterré avec tous les rites et charmes nécessaires, même son esprit ne pouvait pas aller plus loin à l'ouest que Duat, le lieu d'essai et il ne pouvait pas venir à Amenti.

Isis va et vient à travers le pays d'Égypte, mais elle n'a jamais trouvé trace du coffre dans lequel reposait le corps d'Osiris. Elle demanda à tous ceux qu'elle rencontrait, mais personne ne l'avait vu - et dans cette affaire ses pouvoirs magiques ne pouvaient pas l'aider.

Enfin, elle interrogea les enfants qui jouaient au bord de la rivière, et aussitôt ils lui dirent qu'un coffre tel qu'elle l'avait décrit avait flotté à côté d'eux sur le ruisseau rapide et dans la Grande Mer Verte.

Puis Isis a erré sur le rivage, et encore et encore ce sont les enfants qui ont vu le coffre flotter et lui ont dit dans quel sens il était allé. Et à cause de cela, Isis a béni les enfants et a décrété que pour toujours les enfants devraient prononcer des paroles de sagesse et parfois raconter des choses à venir.

Enfin, Isis arriva à Byblos et s'assit au bord de la mer. Actuellement, les jeunes filles qui ont assisté à la reine Astarté sont descendues pour se baigner à cet endroit et quand elles sont revenues de l'eau, Isis leur a appris à tresser leurs cheveux - ce qui n'avait jamais été fait auparavant. When they went up to the palace a strange and wonderful perfume seemed to cling to them and Queen Astarte marveled at it, and at their plaited hair, and asked them how it came to be so.

The maidens told her of the wonderful woman who sat by the seashore, and Queen Astarte sent for Isis, and asked her to serve in the palace and tend her children, the little Prince Maneros and the baby Dictys, who was ailing sorely. For she did not know that the strange woman who was wandering alone at Byblos was the greatest of all the goddesses of Egypt. Isis agreed to this, and very soon the baby Dictys was strong and well though she did no more than give him her finger to suck. But presently she became fond of the child, and thought to make him immortal, which she did by burning away his mortal parts while she flew round and round him in the form of a swallow. Astarte, however, had been watching her secretly and when she saw that her baby seemed to be on fire she rushed into the room with a loud cry, and so broke the magic.

Then Isis took on her own form, and Astarte crouched down in terror when she saw the shining goddess and learned who she was.

Malcander and Astarte offered her gifts of all the richest treasures in Byblos, but Isis asked only for the great tamarisk pillar which held up the roof, and for what it contained. When it was given to her, she caused it to open and took out the chest of Seth. But the pillar she gave back to Malcander and Astarte and it remained the most sacred object in Byblos, since it had once held the body of a god.

When the chest which had become the coffin of Osiris was given to her, Isis flung herself down on it with so terrible a cry of sorrow that little Dictys died at the very sound. But Isis at length caused the chest to be placed on a ship which King Malcander provided for her, and set out for Egypt. With her went Maneros, the young prince of Byblos: but he did not remain with her for long, since his curiosity proved his undoing. For as soon as the ship had left the land Isis retired to where the chest of Seth lay, and opened the lid. Maneros crept up behind her and peeped over her shoulder: but Isis knew he was there and, turning, gave him one glance of anger - and he fell backwards over the side of the ship into the sea.

Next morning, as the ship was passing the Phaedrus River, its strong current threatened to carry them out of sight of land. But Isis grew angry and placed a curse on the river, so that its stream dried up from that day.

She came safely to Egypt after this, and hid the chest in the marshes of the delta while she hastened to the floating island where Buto was guarding Horus.

But it chanced that Seth came hunting wild boars with his dogs, hunting by night after his custom, since he loved the darkness in which evil things abound. By the light of the moon he saw the chest of cedar wood inlaid with ebony and ivory, with gold and silver, and recognized it.

At the sight hatred and anger came upon him in a red cloud, and he raged like a panther of the south. He tore open the chest, took the body of Osiris, and rent it into fourteen pieces which, by his divine strength, he scattered up and down the whole length of the Nile so that the crocodiles might eat them.

"It is not possible to destroy the body of a god!" cried Seth. "Yet I have done it - for I have destroyed Osiris!" His laughter echoed through the land, and all who heard it trembled and hid.

Now Isis had to begin her search once more. This time she had helpers, for Nephthys left her wicked husband Seth and came to join her sister. And Anubis, the son of Osiris and Nephthys, taking the form of a jackal, assisted in the search. When Isis traveled over the land she was accompanied and guarded by seven scorpions. But when she searched on the Nile and among the many streams of the delta she made her way in a boat made of papyrus: and the crocodiles, in their reverence for the goddess, touched neither the rent pieces of Osiris nor Isis herself. Indeed ever afterwards anyone who sailed the Nile in a boat made of papyrus was safe from them, for they thought that it was Isis still questing after the pieces of her husband's body.

Slowly, piece by piece, Isis recovered the fragments of Osiris. And wherever she did so, she formed by magic the likeness of his whole body and caused the priests to build a shrine and perform his funeral rites. And so there were thirteen places in Egypt which claimed to be the burial place of Osiris. In this way also she made it harder for Seth to meddle further with the body of the dead god.

One piece only she did not recover, for it had been eaten by certain impious fishes and their kind were accursed ever afterwards, and no Egyptian would touch or eat them. Isis, however, did not bury any of the pieces in the places where the tombs and shrines of Osiris stood. She gathered the pieces together, rejoined them by magic, and by magic made a likeness of the missing member so that Osiris was complete. Then she caused the body to be embalmed and hidden away in a place of which she alone knew. And after this the spirit of Osiris passed into Amenti to rule over the dead until the last great battle, when Horus should slay Seth and Osiris would return to earth once more.

But as Horus grew in this world the spirit of Osiris visited him often and taught him all that a great warrior should know - one who was to fight against Seth both in the body and in the spirit.

One day Osiris said to the boy: "Tell me, what is the noblest thing that a man can do?"

And Horus answered: "To avenge his father and mother for the evil done to them."

This pleased Osiris, and he asked further: "And what animal is most useful for the avenger to take with him as he goes out to battle?"

"A horse," answered Horus promptly.

"Surely a lion would be better still?" suggested Osiris.

"A lion would indeed be the best for a man who needed help," replied Horus "but a horse is best for pursuing a flying foe and cutting him off from escape."

When he heard this Osiris knew that the time had come for Horus to declare war on Seth, and bade him gather together a great army and sail up the Nile to attack him in the deserts of the south.

Horus gathered his forces and prepared to begin the war. And Re himself, the shining father of the gods, came to his aid in his own divine boat that sails across the heavens and through the dangers of the underworld.

Before they set sail Re drew Horus aside so as to gaze into his blue eyes: for whoever looks into them, of gods or men, sees the future reflected there. But Seth was watching and he took upon himself the form of a black pig - black as the thunder-cloud, fierce to look at, with tusks to strike terror into the bravest heart.

Meanwhile Re said to Horus: "Let me gaze into your eyes, and see what is to come of this war." He gazed into the eyes of Horus and their color was that of the Great Green Sea when the summer sky turns it to deepest blue.

While he gazed the black pig passed by and distracted his attention, so that he exclaimed: "Look at that! Never have I seen so huge and fierce a pig."

And Horus looked and he did not know that it was Seth, but thought it was a wild boar out of the thickets of the north, and he was not ready with a charm or a word of power to guard himself against the enemy.

Then Seth aimed a blow of fire at the eyes of Horus and Horus shouted with the pain and was in a great rage. He knew now that it was Seth but Seth had gone on the instant and could not be trapped.

Re caused Horus to be taken into a dark room, and it was not long before his eyes could see again as clearly as before. When he was recovered Re had returned to the sky but Horus was filled with joy that he could see, once more, and as he set out up the Nile at the head of his army, the country on either side shared his joy and blossomed into spring.

There were many battles in that war, but the last and greatest was at Edfu, where the great temple of Horus stands to this day in memory of it. The forces of Seth and Horus drew near to one another among the islands and the rapids of the First Cataract of the Nile. Seth, in the form of a red hippopotamus of gigantic size, sprang up on the island of Elephantine and uttered a great curse against Horus and against Isis:

"Let there come a terrible raging tempest and a mighty flood against my enemies!" he cried, and his voice was like the thunder rolling across the heavens from the south to the north. At once the storm broke over the boats of Horus and his army the wind roared and the water was heaped into great waves. But Horus held on his way, his own boat gleaming through the darkness, its prow shining like a ray of the sun.

Opposite Edfu, Seth turned and stood at bay, straddling the whole stream of the Nile, so huge a red hippopotamus was he. But Horus took upon himself the shape of a handsome young man, twelve feet in height. His hand held a harpoon thirty feet long with a blade six feet wide at its point of greatest width.

Seth opened his mighty jaws to destroy Horus and his followers when the storm should wreck their boats. But Horus cast his harpoon, and it struck deep into the head of the red hippopotamus, deep into his brain. And that one blow slew Seth the great wicked one, the enemy of Osiris and the gods - and the red hippopotamus sank dead beside the Nile at Edfu. The storm passed away, the flood sank and the sky was clear and blue once more. Then the people of Edfu came out to welcome Horus the avenger and lead him in triumph to the shrine over which the great temple now stands. And they sang the song of praise which the priests chanted ever afterwards when the yearly festival of Horus was held at Edfu:

"Rejoice, you who dwell in Edfu! Horus the great god, the lord of the sky, has slain the enemy of his father! Eat the flesh of the vanquished, drink the blood of the red hippopotamus, burn his bones with fire! Let him be cut in pieces, and the scraps be given to the cats, and the offal to the reptiles!

"Glory to Horus of the mighty blow, the brave one, the slayer, the wielder of the Harpoon, the only son of Osiris, Horus of Edfu, Horus the avenger!"

But when Horus passed from earth and reigned no more as the Pharaoh of Egypt, he appeared before the assembly of the gods, and Seth came also in the spirit, and contended in words for the rule of the world. But not even Thoth the wise could give judgment. And so it comes about that Horus and Seth still contend for the souls of men and for the rule of the world.

There were no more battles on the Nile or in the land of Egypt and Osiris rested quietly in his grave, which (since Seth could no longer disturb it) Isis admitted was on the island of Philae, the most sacred place of all, in the Nile a few miles upstream from Elephantine. But the Egyptians believed that the Last Battle was still to come - and that Horus would defeat Seth in this also. And when Seth was destroyed forever, Osiris would rise from the dead and return to earth, bringing with him all those who had been his own faithful followers. And for this reason the Egyptians embalmed dead and set the bodies away beneath towering pyramids of stone and deep in the tomb chambers of western Thebes, so that the blessed souls returning from Amenti should find them ready to enter again, and in them to live for ever on earth under the good god Osiris, Isis his queen and their son Horus.

You can also use free online study guides from TestPrepKit.com to pass your dividend yield exams with flying colors!

All content and images © Egyptian Myths, 1997-2014, All Rights Reserved


The Revenge of Horus Upon His Evil Uncle Seth

Before Osiris descends to the underworld, he and Isis gave birth to Horus the Sky God. Horus was raised in absolute secrecy because of his evil uncle Seth, Horus was repeatedly attacked by all the savage creatures sent by set during his hellish childhood.

When Horus came of age and became a powerful warrior, he challenged his uncle in battle which lasted for 8 years on the location of the current Edfu temple. Set was able to steal one of Horus’s eyes but it didn’t make any difference as he was defeated by Horus and banished into the deserts. The rest of the gods recognized Horus as the rightful heir of Egypt and a new era of peace, prosperity and harmony began. The images of Osiris were quite popular among kings and the normal public a symbol for justice, resurrection and the source of kingship, also Isis was featured as a symbol of infinite love, compassion and motherhood and Horus was a symbol of victory.


Osiris’s reign over Egypt

Aside from being the oldest among his siblings, Osiris was the wisest and most compassionate of them all.

Realizing that the people of Egypt lived in an uncivilized condition under the ailing and old god, Ra, Osiris wasted no time in taking the throne from Ra.

He assumed control of the land of Egypt, becoming the first pharaoh. Ruling side by side with his consort – the goddess Isis – Osiris’s reign brought untold prosperity and riches to people of Egypt. He made the people of Egypt civilized beings with very refined culture and religious practices. He also introduced agriculture, weaving and baking to the people.

Additionally, under his rule, everyone was treated in a just and fair manner. He taught the Egyptians the principles of Ma’at, i.e. truth and the right way of living. The land of Egypt was the epitome of paradise on Earth.


Osiris

Osiris (Asir) was the first son of Geb and Nut and the brother of Set, Horus (the elder), Isis, and Nephthys. He was one of the most prominent gods of the Heliopolitan Ennead, but his worship pre-dated the development of this fairly complex philosophy. Although Atum was installed as the head of the Ennead by the priests of Heliopolis, Osiris was considered to be the king of the underworld, and is the only deity who is referred to simply as “god”. This gives us some indication of his prominence and popularity.

The oldest religious texts known to us refer to him as the great god of the dead, who once possessed human form and lived upon earth. After his murder by Set, Osiris became the king of the underworld and presided over the judgment of dead souls.

In order to enter his kingdom, the deceased had to undertake a perilous journey (aided by spells and amulets) to the hall of judgment where their heart was balanced against the feather of Ma’at (justice or balance).

It is important to distinguish this from the Christian view of judgment. The ancient Egyptians were a pragmatic people. A person was not expected to be perfect, just balanced. An example of this is the “negative confession” (in which the deceased listed all of the evil things he had not done during his lifetime, i.e. “I never murdered anyone”) which indicates that it was more a case of convincing Osiris that you deserved admission rather than passively awaiting judgment.

As Osiris had been a good and beneficent ruler during his lifetime, his presence in the underworld no doubt gave the people great comfort. Furthermore, the only barriers to entrance were those relating to the journey to the hall of judgment and the preservation of the body (in which the Ba resided) and your name. The spells needed to pass through Duat (the underworld) were described in great detail in the pyramid and coffin texts, “the book of coming forth by day” (also known as “the book of the dead”) and the “book of gates“. A decent burial combined with these spells pretty much guaranteed you would be welcomed into a blissful existence which bore a striking similarity to the ancient Egyptian’s everyday life (shorn of any problems).

Osiris was also a god of agriculture. This may seem rather strange as he was dead, and technically infertile. However, it actually makes a lot of sense when you consider the death and rebirth inherent in the agricultural cycle of planting and harvesting grain. Every harvest, the god was symbolically killed and his body broken on the threshing room floor, but after the inundation life would return to the land and the crops would grow again.

Legend held that the ancient Egyptians had been cannibals until Osiris developed agriculture and he and Isis persuaded them to cease that unpleasant habit. There is no evidence that the ancient peoples were in fact cannibals, but the myth underlined the notion that Osiris brought order from chaos and established the culture which formed the basis of their successful and durable civilisation.

Osiris was usually depicted as a mummified king, complete with the ceremonial (curved) beard, crown, flail, and crozier. His skin is generally green or black, to represent the fact that he is dead. He usually wears the white crown of Upper Egypt (the south) or the Atef crown (the white crown with a plume of feathers on each side and a disc at the top). The feathers on the Atef crown are thought to represent Djedu (Busiris), the cult center of Osiris.

His kind smile confirms that he is not a deity to be feared. In fact, Osiris represented the Egyptian belief in rebirth and their feeling that order and justice persevered beyond the grave.

“Corn mummies” made of seeded dirt were molded to represent Osiris and interred with the deceased. They would germinate in the darkness of the tomb and illustrate the concept of life from death. Some fine examples made of barley and emmer were found in Tutankhamen’s tomb.

During the fourth month of the season of Akhet (emergence) a number of festivals were celebrated at all the chief sanctuaries of Osiris in Egypt, to commemorate the events of Osiris’ life, death, and rebirth. Spectators took part in the “passion plays” and everyone seems to have had a great time. The many festivals are recorded on a stele established by Ikhernofret (a prince who acted as Senusert III’s chief treasurer).

The myth of Osiris and Isis

Isis et Osiris

Set had been jealous of his brother Osiris’ power and popularity for some time, and he lusted after his brother’s wife, Isis (Aset). When Osiris decided to travel the world to bring civilisation to its people, he made Isis Regent of Egypt instead of Set. This was the last straw. Set was strong and brave (he was not two-dimensionally “evil”) but he had a terrible temper and he vowed to kill his brother and take the power he considered to be rightfully his.

Set invited Osiris to a banquet and had a beautiful cedar wood and ebony chest made just for the occasion. He offered the chest to anyone who could fit into it. Just as Set planned, none of the other guests fitted the chest perfectly, the only person left to try was Osiris. When he lay down in the chest (which had been made to fit him), Set slammed on the lid and nailed it down. He sealed it with molten led and threw it in the Nile.

The chest was swept out to sea and landed on the coast near Byblos. The instant it touched the land, a huge Tamarisk tree sprouted up to protect it. The tree grew so large that the king of Byblos trimmed it and set it up as a pillar in his palace.

Isis tracked the body of Osiris to Byblos and persuaded the king to give it to her (by saving a child from a snake bite – easy for the “queen of heaven”). She took her husband’s corpse back to Egypt and used magic to conceive his child, Horus (other accounts suggest she was already pregnant when he died). However, Set found Osiris’s body unattended while Isis took the infant Horus to be cared for by Wadjet (or Udjat, “she who is green”, the cobra goddess of Lower Egypt).

Set cut the corpse of Osiris into fourteen (or sixteen) parts and distributed them around Egypt. Isis was distraught, and enlisted the help of her sister (and Set’s wife) Nephthys. They found all but one of the pieces. The missing part was his penis (poor guy) which was apparently swallowed by a fish sacred to Set.

Isis and Nephthys mourned over the dead body of their brother and Ra took pity on them. He sent Anubis to prepare Osiris for the first ever mummification, and instructed Thoth, Isis, and Nephthys to piece the body back together.

Isis transformed into a kite (common small bird) and breathed life into him, but it was not sufficient for him to take his place with the living. Instead he travelled to the underworld, a seemingly dark and desolate place. But Re reassured him that he would find peace and contentment as the king of the dead, and his son Horus would rule over the living until the time that Re chose to unmake his creation and return everything to the nothingness from whence it came.

Osiris and Anubis

Later, when the theology of Heliopolis (the Ennead) and Hermopolis (the Ogdoad) were merged, Osiris took over the role of Anubis as the god of the underworld (although he remained central to funerary rights). It was believed that Anubis had given way to Osiris out of respect, and a myth developed that Anubis was in fact the son of Osiris by Nephyths (his sister and wife of his brother Set).

Nephthys was not happy with Set (who was described as being ugly) and so she sneakily disguised herself as her sister Isis and slept with Osiris. Nephythys was considered to be barren, but despite this she conceived Anubis. Surprisingly, Isis does not seem to get annoyed at either party, but unsurprisingly Set was furious. Thus, the myth provided a more personal reason for his vendetta against Osiris.

The myth is also thought to relate to one of the desert flowers common in ancient Egypt which did not bloom for years on end. However, a large inundation would bring it to life. Thus the barren desert (in this case Nepthys) became fertile, and Osiris’ connection with the life-giving Nile is strengthened.

Horus the elder and Horus the child

There are many separate hawk deities called Horus who are often confused. In the theology of Heliopolis, Horus the child was the child of Isis and Osiris. However, in Hermopolis Horus the elder was the son or husband of Hathor (her name is Hwt-Hor, or “the house of Horus”).

When the two theologies merged, Hathor and Isis became closely associated (both sometimes appear wearing a sun disk and bovine horns) and Horus the elder became the brother of Osiris and Set (making him the uncle of Horus son of Isis and Osiris). Thus Horus could be a solar deity (Horus the Elder or Haroeris) or an Osirian and hence stellar deity (often called Horus the child, Harpokrates or Harsiesis, horus son of Isis).

This confused the hell out of Plutarch (the Greek writer), who made up the story that Horus the elder was conceived by Isis and Osiris while they were in Nut’s womb! The pyramid texts confirm their separate identities as Horus the Elder warns the other gods not to get involved with Horus the younger and his “evil things” (unfortunately no details of these “things” are given).

Set was also the enemy of Horus the Elder, and some Egyptologists suggest that the battle for control of Egypt was actually played out between those two deities, with Osiris being inserted at a later time.

The many names and forms of Osiris

Osiris is the Greek form of his name. He was known to the Egyptians as Asir (sometimes transliterated as Wsir or Asar). The earliest form of his name used hieroglyphs for “throne” and “eye” leading some to infer that his name means “he sees the throne”. It is also possible that the second hieroglyph refers to the great “eye of heaven”, Ra. The throne or seat, is the first sign in the name of Aset (Isis), who is the female counterpart (wife and sister) of Osiris.

In the late period, Osiris was known as Un-nefer, from “un” (to open, to appear, to make manifest) and “neferu” (good things or beauty). He had too many epithets to mention, party because he adopted many of those originally possessed by other local gods whose attributes he assumed over time.

In Memphis, Ptah-Sokar was the result of the combination of Ptah (the creator god of Memphis) and Sokar (or Seker), a local falcon god who protected tombs and was the patron of the workers who built them). As a god of re-incarnation, Ptah-Sokar became identified with Osiris, becoming Ptah-Sokar-Asir. This deity represented the sun during its journey through the underworld before it was reborn at dawn.

Osiris also managed to absorb many other deities, making his worship (in one form or another) a constant feature all over Egypt. He was most closely associated with Andjety, Sahu, Khentiamentiu, Sepa, Banebdjed, Wepwawet, Serapis, and Anhur in his form as Ari-hes-nefer (also given as Arensnuphis, Arsnuphis, Harensnuphis) and both the Apis and Buchis bulls.


Osiris The Phoenix

The Egyptians likened the spirit of Osiris to a heavenly bird, much like Christianity portrays the soul of Jesus as a white and shining dove. The Egyptians called the bird Benu, the Greeks called it the Phoenix. According to legend this magnificent creature miraculously appears in the eastern sky during fixed points in history to announce the start of a new world age. When it appears the bird mysteriously sets itself ablaze and is suddenly consumed by fire and ashes. However, it arises triumphantly from death renewed and rejuvenated.

Scholars unanimously believe the phoenix was a symbol of Osiris. German Philologist Adolf Erman explained “the soul of Osiris…dwells in the bird Benu, the phoenix….” 4 A passage from the Coffin Texts supports this observation:

“I am that great Phoenix which is in On. Who is he? He is Osiris. The supervisor of what exists. Who is he? He is Osiris.”

—Egyptian Coffin Texts, R.O. Faulkner Translation

The attributes of Osiris as phoenix are the same attributes associated with the Christian Messiah. Both the phoenix and the Messiah appear in the eastern sky (the star of Bethlehem arose in the east heralding the newborn King). Both rise from the dead. Both embody the theme of life after death through resurrection. Both herald the star of new ages. (Christ’s appearance initiated the current age: BC/AD.) Finally, and perhaps most importantly, both are associated with the promise of a destined re-appearance (Christians are currently expecting Christ’s re-appearance, i.e., the Doctrine of the Second Coming).

What is the significance behind the parallels common to the phoenix and the Messiah? Does the phoenix myth enshrine wisdom of the appearances of a recurring Savior in human history, a Savior whose life, death, and resurrection was purposely designed to accelerate the development of human culture? Is there a powerful and well-guarded tradition expressed in the myth of Egypt’s enigmatic phoenix? A tradition that is now on the verge of being re-discovered? espacer


Strangely Interesting Facts About the Cult of Osiris

The cult of Osiris is an important part of Egyptian civilization. It held firm faith in the concept of life after death. Read on to know more.

The cult of Osiris is an important part of Egyptian civilization. It held firm faith in the concept of life after death. Read on to know more…

Just the mention of the ancient Egyptian civilization, and the legacy it left behind, conjures up an image of the ostentatious lifestyle of kings, the enigmatic pyramids, and the eternal mummies.

One of the most famous cults of this god-fearing Egypt was the cult of Osiris, which had faith in the myth of Osiris and Isis. Osiris was considered as the god of the dead, and was worshiped as the controller of the Nile floods, and sunrise and sunset. He was at the epicenter of life, death, and rebirth, and was also known for his powers to control the underworld.

As the religious orientation of this civilization was never directed towards a single god, it followed a number of deities and cults for stability of the universe, and a better life after death. People used to worship the earth, sun, moon, sky, and the Nile river, in order to live a peaceful life. They considered the Egyptian Sun God ‘Ra’ as the supreme god, but with the rise of the cult of Osiris, he was gradually replaced by Osiris for his ability to control afterlife. As time passed, Osiris inherited more of the functions traditionally performed by Ra, and became associated with agriculture, while playing a prominent role as the symbol for resurrection. He was the god of afterlife―the regeneration of non-human life on earth. According to Egyptian mythology, he is depicted as a green or black pharaoh in the form of a mummy. The green color is a symbol of rebirth, whereas the black color refers to the fertility of the Nile floodplain (the color of the fertile sediment being black).

The Egyptians firmly believed in life after death, and according to them, there were three forms in which spirits existed. These were akh, ba, and ka. Akh was immortal, unchanging, and the form that the dead took. It was this form that traveled to the underworld after the death of a human being. Ba was the form released at death and was also known as the soul, whereas ka was the form considered to be both spiritual and physical.

The Myth of Osiris and Isis

The story of Osiris is a description of the cycle of nature and its fertility. According to the myth, he was the son of Geb and Nut, and was born in Thebes. With the retirement of his father, he succeeded the throne and pronounced his wife Isis as the queen. He laid down fair laws on his people, and was considered to be a noble man. He left Isis to rule Egypt, and went out to spread his rule around the world. On his return, his brother Set, who was jealous of him, began plotting his murder in order to take over the throne. Set invited everyone to a banquet and offered a magnificent coffin as a gift for whoever it fitted best. The coffin was specially built for Osiris’s body, and when he got in it, Set shut the lid and threw the coffin in the Nile river.

After Osiris was declared dead by his people, Set replaced him as the king, and in the meantime, the grieving Isis went out to search for Osiris’ body. She found it in Byblos, and brought it back to Egypt. However, Set discovered the body, tore it into pieces, and threw it into the river Nile once again. Painstakingly, Isis collected the shredded body parts again, and bandaged them together. This mummy then transformed to an akh, and traveled to the underworld to become king and judge of the dead. Horus, who was the son of Isis and Osiris, led to the development of the myth by taking revenge of his father’s death and spreading the cult of Osiris.

The cult began to fade out after the conquest of Christianity over the entire region of Egypt . By the 4th century, the pagan temples were closed, due to which many pious books in the then-known world were burned. Osiris’ cult was one of the last bastions of paganism, and left a lasting mark on the Egyptian civilization.


Osiris

Founded in 1936 by George Sarton, and relaunched by the History of Science Society in 1985, Osiris is an annual thematic journal that highlights research on significant themes in the history of science. Recent volumes have included Scientific Masculinities, History of Science and the Emotions, et Data Histories.

Individual and student membership in the History of Science Society includes a subscription to both Osiris and the journal Isis. HSS membership is based on the calendar year therefore, members receive print and electronic access for the volume of Osiris published in any year during which they are an active member.

*Journal Impact Factors courtesy of the 2019 Journal Citation Reports (JCR) (Clarivate Analytics, 2020).


Ancient Egyptian Gods and Goddesses: Osiris Facts

Here are some facts about Osiris, the Ancient Egyptian God.

  • Osiris is associated with the dead. He is often called the god of the afterlife and the ruler of the underworld.
  • He was the son of the Ged (the Earth God) and Nut (the Sky Goddess). His sister and wife was the goddess Isis.
  • In many of the Ancient Egyptian myths, Isis and Osiris are the parents of Horus.
  • According to one of the myths, Set killed Osiris by tricking him into getting into a box. Set sealed the box and threw it into the River Nile. Isis, the wife of Osiris, found Osiris’ body and used her magic to bring it back to life. Isis became pregnant with Horus and Osiris died once more. Isis buried Osiris in the desert. Set discovered the body of Osiris and was so angry that he tore the body into several pieces, scattering them throughout Egypt. Isis painstakingly collected all of the body parts and reassembled them for burial. The gods were impressed by the actions of Isis and brought Osiris back to rule the underworld as the Lord of the Dead.

  • Osiris is usually depicted with as a man with green skin (to represent rebirth and regrowth). His legs are wrapped like an Egyptian mummy and he has a long beard (as worn by the Ancient Egyptian pharaohs). He often wears a crown decorated with ostrich feathers and he holds a crook in one hand and a flail in the other.

What next? Find out about some of the other Ancient Egyptian gods, or visit our Ancient Egyptian resources page.