Les systèmes économiques de la révolution industrielle reposaient-ils sur les colonies ?

Les systèmes économiques de la révolution industrielle reposaient-ils sur les colonies ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'ai lu dans le livre de Thomas Piketty, prix Nobel d'économie, la phrase suivante (la traduction est la mienne) :

« Le mouvement des Lumières et la révolution industrielle étaient en partie basés sur les colonies »

Je me demande dans quelle mesure cette phrase est vraie ? Je veux dire, quelles ressources ou mécanismes spécifiques aident la révolution industrielle (première ou seconde) ou le mouvement des Lumières à démarrer ou à se maintenir ?

On a pu voir sur Internet, comme le disent les commentaires, comment la révolution industrielle utilise les colonies : obtenir du coton de l'Inde par exemple. Mais ce n'était pas le fondement de la révolution industrielle, puisqu'un système industriel cohérent existait déjà pour utiliser l'entrée des colonies et pour donner la sortie aux colonies.

Autant que je sache, il n'y a pas de discours ni d'idéologies, à l'époque de la Première Révolution Industrielle, qui demandaient aux gouvernements de rassembler des colonies afin de développer l'industrie. D'autres moyens ont été utilisés pour développer l'industrie :

  • Le sous-sol de la révolution industrielle était un moteur à vapeur, et donc du charbon : les pays industrialisés avaient cela sur leur sol
  • Certains pays se sont industrialisés sans colonies (Prusse, Autriche-Hongrie, Russie)

Donc, la question n'est, mes excuses, pas : "Comment la révolution industrielle a-t-elle utilisé les colonies". Il est :

  • Les systèmes économiques de la révolution industrielle reposaient-ils sur les colonies ?

Cela pourrait être soit une colonie de pays, soit une colonie atteinte par le commerce : par exemple, la Prusse a-t-elle interagi avec l'Inde via la Grande-Bretagne ?

Pour les trois périodes mentionnées :

  • Mouvement des Lumières : Les colonies n'existaient pas encore, ni l'industrie. L'occupation espagnole de l'Amérique et le commerce portuaire étaient en place. Questions à considérer : A-t-il demandé des colonies comme moyen de se développer (quels que soient les détails) ?
  • Première révolution industrielle : les colonies n'existaient pas encore, l'industrie démarre. Le développement industriel demande-t-il des colonies comme moyen de pérennité ?
  • Deuxième révolution industrielle : Colonies et industrie établies. Interagissez comme l'exemple du coton indien ci-dessus. Aucun problème à considérer dans le cadre de cette question.

Robert B. Marks dans son Les origines du monde moderne : un récit global et environnemental du XVe au XXIe siècle

Il décrit comment l'Angleterre a commencé à importer des tissus de coton (callicoe) d'Inde dans la seconde moitié du XVIIe siècle jusqu'à ce qu'elle en dépende en 1700. 130 ans plus tard, l'Inde (en raison des lois sur la navigation) importait du tissu bon marché d'Angleterre et exportait du coton. Ceci parce que le tissu de coton britannique était moins cher que le filé et tissé localement. En 1700, un cueilleur de coton ou un tisserand indien avait un grand avantage par rapport à n'importe qui d'autre : un coût de la vie bien inférieur. Ceci parce que les denrées alimentaires étaient beaucoup moins chères car en moyenne l'agriculture indienne était deux fois plus efficace que l'européenne.

Il s'est passé plusieurs choses :

  • Whitney's gin, ce qui signifie que le coton nord-américain produit à bas prix est devenu utilisable
  • filatures à vapeur (et tisserands)
  • un marché mondial nouvellement créé pour le tissu de coton
  • qui a été capturé par l'industrie britannique

Marks soutient également que les colonies (Amérique du Nord, Australie et Inde) étaient nécessaires en tant que sources de matières premières et de denrées alimentaires pour l'Angleterre. Cela a permis à l'Angleterre de devenir indépendante de sa propre agriculture, de convertir l'agriculture de l'Angleterre en zones plus rentables où une main-d'œuvre beaucoup plus petite était nécessaire. Cette main-d'œuvre a été forcée par les nouvelles lois sur les pauvres du début du XIXe siècle (après 1815) de quitter leurs anciens villages et quartiers pour les villes en voie d'industrialisation.

L'une des raisons de la ruée vers l'Afrique à partir de 1870 était la concurrence. Avant cette époque, l'Angleterre était le pays industrialisé dominant, et ils étaient capables de rivaliser à la fois en Europe, en Asie et dans les Amériques. Marks mentionne qu'en 1870, la Grande-Bretagne avait une part de 33 pour cent de la production mondiale. Certains chiffres disponibles concernent les exportations qui, pour les États-Unis, en raison de la vitesse de croissance de leur marché intérieur, sont moins définitifs qu'il n'y paraît.

L'industrialisation en Amérique et en Europe signifiait que la concurrence en Europe et ailleurs entre les producteurs est devenue plus intense.

Le nationalisme pourrait être canalisé pour faire accepter à votre population les dépenses nécessaires pour acquérir et améliorer des colonies en Afrique sous prétexte de ce qu'il serait rentable d'acquérir et de lier des colonies à la patrie. Les colonies deviendraient des clients qui ne pourraient pas discuter des prix à l'import et à l'export.