6 choses que vous ne savez peut-être pas sur Butch Cassidy

6 choses que vous ne savez peut-être pas sur Butch Cassidy


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

1. La famille de Butch Cassidy faisait partie des premiers colons mormons de l'Utah.

Aîné de 13 enfants, Butch Cassidy est né Robert LeRoy Parker le 13 avril 1866 à Beaver, dans l'Utah. Ses grands-parents et ses parents étaient des mormons qui ont quitté l'Angleterre pour l'Amérique dans les années 1850 en réponse à l'appel de Brigham Young aux membres étrangers de l'Église des Saints des Derniers Jours pour aider à établir des communautés dans l'Utah.

En 1879, la famille Parker a déménagé dans une propriété près de Circleville, dans l'Utah, où elle a cultivé et élevé du bétail. Pour contribuer aux finances de sa famille, le futur Butch Cassidy a quitté la maison pour travailler dans d'autres ranchs de la région. À 13 ans, alors qu'il travaillait dans l'un de ces ranchs, il a eu son premier démêlé avec la justice après avoir été accusé d'avoir volé une salopette dans un magasin. Au fil de l'histoire, il avait fait un long trajet en ville pour trouver le magasin fermé, alors il s'est laissé entrer, a pris le pantalon et a écrit une note promettant de revenir avec le paiement. Au lieu de cela, le propriétaire du magasin l'a fait arrêter. Bien que l'adolescent ait été relâché, l'expérience l'aurait laissé plein de ressentiment envers le système judiciaire et les personnes en position d'autorité.

2. Il a peut-être gagné une partie de son surnom alors qu'il travaillait dans une boucherie.

Au début des années 1880, alors qu'il travaillait dans un ranch de l'Utah, Robert LeRoy Parker a rencontré Mike Cassidy, un cow-boy et un petit voleur de bétail et de chevaux. Parker admirait l'homme plus âgé, qui lui a appris à entraîner des chevaux et à tirer avec une arme à feu. Cependant, après avoir eu des démêlés avec la justice, Mike Cassidy a fui la région et Parker lui-même a quitté l'Utah à la recherche de nouvelles opportunités après avoir eu 18 ans en 1884.

Au cours des années suivantes, il a passé du temps dans la ville du boom minier de Telluride, dans le Colorado, suivi du Wyoming et du Montana. Le 24 juin 1889, Parker a réussi son premier braquage de banque, lorsque lui et plusieurs compagnons se sont enfuis avec plus de 20 000 $ de la San Miguel Valley Bank à Telluride. Peu de temps après, Parker a commencé à utiliser le nom de famille Cassidy, en l'honneur de son ancien mentor, et s'est appelé Roy Cassidy. Il a finalement déménagé à Rock Springs, Wyoming, où il a décroché un emploi dans une boucherie et, selon la légende populaire, est devenu connu sous le nom de Butcher Cassidy, qui s'est transformé en Butch Cassidy.

3. Cassidy a commencé sa vie de criminel comme voleur de chevaux et voleur de bétail.

En 1894, Cassidy a été reconnu coupable d'avoir volé un cheval d'une valeur de 5 $ dans le Wyoming et condamné à deux ans de pénitencier d'État. Il était convaincu qu'il avait été installé par des éleveurs de bétail qui ne voulaient pas de lui. Après 18 mois derrière les barreaux, il a été libéré pour bonne conduite, bien qu'il n'ait apparemment pas promis au gouverneur qu'il laisserait les éleveurs du Wyoming tranquilles.

Après la prison, Cassidy a retrouvé des membres du Wild Bunch - un groupe d'hommes au tricot lâche qui a commencé avec des voleurs et des voleurs de chevaux - et s'est tourné vers le braquage de banques et de trains. Lui et ses camarades bandits ont développé un modèle pour commettre ces crimes qui impliquaient de faire une reconnaissance sur l'endroit qu'ils prévoyaient de voler, ainsi que de ranger des fournitures et des chevaux supplémentaires le long de leur itinéraire de fuite prévu. Alors que Cassidy est devenu notoire pour avoir réussi des hold-up dans tout l'Ouest dans les années 1890, il n'était pas connu pour la violence armée excessive. En fait, lorsqu'il ne commettait pas de crimes, Cassidy était considéré comme amical et avait la réputation d'être utile à ses voisins.

4. Le Sundance Kid n'était pas son meilleur ami.

Grâce au film primé aux Oscars de 1969 "Butch Cassidy and the Sundance Kid", avec Paul Newman et Robert Redford, le vrai Sundance Kid, Harry Alonzo Longabaugh, est souvent considéré comme le meilleur ami de Cassidy. En fait, ce rôle a été rempli par le membre de Wild Bunch, William Ellsworth "Elzy" Lay (1868-1934).

Cassidy et Lay se sont probablement rencontrés vers 1889 alors qu'ils travaillaient dans un ranch à Browns Park, une zone proche des frontières de l'Utah, du Colorado et du Wyoming qui servait parfois de repaire aux hors-la-loi. En 1899, Lay a été reconnu coupable d'avoir tué un shérif à la suite d'un vol de train près de Folsom, au Nouveau-Mexique. Il a reçu une condamnation à perpétuité mais a été gracié en 1906 après avoir aidé à arrêter une émeute en prison.

Longabaugh, le fils d'un ouvrier né en Pennsylvanie qui a déménagé vers l'ouest à l'adolescence, a gagné son surnom coloré (et un séjour de 18 mois en prison) après avoir volé un cheval près de Sundance, Wyoming en 1887. Au milieu des années 1890, Sundance a rencontré le femme qui est devenue sa compagne, Etta Place, et plus tard est devenue affiliée au Wild Bunch, après que lui et Place aient résidé dans une tente près de Butch Cassidy à Robbers Roost, une cachette de hors-la-loi isolée dans le sud-est de l'Utah.

5. Cassidy a fui en Amérique du Sud au début du 20e siècle.

Avec des primes offertes pour sa capture et ses possessions et les détectives de Pinkerton le poursuivant, Cassidy a décidé de s'échapper. Au début de 1901, Sundance et Etta Place se sont rendus en Argentine. On ne sait pas si Cassidy était avec eux ou si, comme le pensent certains historiens, il est resté sur place et a participé en juillet de la même année à un vol de train près de Wagner, dans le Montana. À un moment donné en 1902, Cassidy était en Amérique du Sud et lui et Longabaugh, utilisant des noms d'emprunt, avaient acheté des terres à Cholila en Argentine, où ils dirigeaient une exploitation d'élevage.

À la fin de 1904, inquiets que les Pinkerton aient découvert leur emplacement, les hors-la-loi américains ont vendu leur bétail et ont quitté la propriété, trouvant plus tard du travail aux mines d'étain de Concordia en Bolivie. Tout au long de leur séjour à l'étranger, Cassidy et Sundance ont continué à commettre des cambriolages, bien que l'Amérique du Sud abrite d'autres hors-la-loi américains qui commettaient des braquages ​​au cours de cette période, et il est probable que certains de ces crimes aient été attribués aux plus célèbres Butch et Sundance.

6. Les détails de sa mort restent un mystère.

Selon certains témoignages, le 4 novembre 1908, près de la ville de Tupiza dans le sud de la Bolivie, deux hommes que l'on croyait être Cassidy et le Sundance Kid ont volé une paie alors qu'elle était transportée vers la mine d'Aramayo. Trois jours plus tard, les supposés bandits sont arrivés à San Vicente, en Bolivie, mais après que les villageois ont commencé à soupçonner que les étrangers étaient liés au vol, des soldats boliviens ont été appelés et une fusillade s'est ensuivie. Au cours de la fusillade, les Boliviens auraient abattu les suspects, ou l'un des hors-la-loi a tué son partenaire puis a retourné l'arme contre lui. Par la suite, les corps ont été enterrés dans des tombes anonymes dans un cimetière de San Vicente.

En fait, il n'y a aucune preuve concluante liant Cassidy et Sundance au vol et à la fusillade. À la fin du 20e siècle, des chercheurs ont exhumé des restes que l'on croyait être ceux des bandits de la masse salariale du cimetière de San Vicente et ont déterminé qu'ils ne provenaient pas des deux hors-la-loi américains.

Pendant ce temps, à la suite des décès présumés de Cassidy et de Sundance en Amérique du Sud, il y a eu plusieurs rapports selon lesquels les deux hommes étaient retournés aux États-Unis (on ne sait pas ce qu'il est advenu d'Etta Place), où ils ont vécu pendant plusieurs années sous des pseudonymes. Plus d'un siècle après leur mort présumée, le véritable destin de Butch et Sundance reste un mystère.


Butch Cassidy

Robert LeRoy Parker (13 avril 1866 - 7 novembre 1908), mieux connu sous le nom de Butch Cassidy, [1] était un voleur de train et de banque américain et le chef d'un gang de criminels hors-la-loi connu sous le nom de « Wild Bunch » dans le Far West.

Parker s'est engagé dans des activités criminelles pendant plus d'une décennie à la fin du XIXe siècle, mais les pressions exercées par les forces de l'ordre, notamment l'agence de détective Pinkerton, l'ont forcé à fuir le pays. Il s'est enfui avec son complice Harry Alonzo Longabaugh, connu sous le nom de "Sundance Kid", et la petite amie de Longabaugh, Etta Place. Le trio s'est d'abord rendu en Argentine, puis en Bolivie, où Parker et Longabaugh auraient été tués lors d'une fusillade avec l'armée bolivienne en novembre 1908. Les circonstances exactes de leur sort continuent d'être contestées.

La vie et la mort de Parker ont été largement dramatisées dans le cinéma, la télévision et la littérature, et il reste l'une des icônes les plus connues du mythe du « Far West » des temps modernes.


LA MORT DE BUTCH CASSIDY CONTINUE DE DEVENIR CURIOUSER ET CURIOUSER

Si vous avez vu le film, vous pouvez croire que Butch Cassidy et le Sundance Kid, les desperados qui ont terrorisé l'Occident à la fin des années 1800, ont été abattus lors d'une fusillade en Bolivie.

Ici-bas, ils racontent des histoires différentes.

Butch Cassidy, disent-ils, a été abattu à Cholila, une colonie à environ cent milles au sud d'ici où il a exploité un ranch avec succès pendant cinq ans. Ou peut-être, disent-ils, a-t-il été tué après un braquage de banque à Rio Pico, plus au sud dans la pampa argentine.

Là encore, peut-être qu'il n'a pas été tué du tout. Il y a ceux qui prétendent que Cassidy a vécu une vie longue et fructueuse après sa mort supposée, mourant paisiblement en 1935 au Paraguay, ou la même année au Chili, ou à Spokane, Washington, en 1937.

Faites votre choix. Il y a beaucoup d'histoires de Butch Cassidy dans cette partie de l'Argentine parce qu'il a passé tellement de temps ici. De nombreux descendants de ceux qui ont connu Cassidy vivent à Bariloche ou dans la campagne voisine, et le musée local expose des photos et des documents relatifs aux bandits nord-américains.

Le seul fil conducteur qui se tisse à travers les histoires est que Butch Cassidy n'est très probablement pas mort dans une fusillade bolivienne. Cette histoire, décrite pour la première fois par Arthur Chapman dans un article du magazine Elks en 1930, a été suivie dans le film mettant en vedette Paul Newman et Robert Redford, mais peu de ceux qui ont étudié les mouvements de Cassidy pensent qu'elle est exacte.

Selon Bruce Chatwin, auteur de l'excellent livre,

« Les Pinkertons ne le croyaient pas non plus », a écrit Chatwin. L'agence de détective Pinkerton a été embauchée par les victimes des voleurs aux États-Unis pour les retrouver. ''Ils ont leur propre version, basée sur les preuves les plus minces, selon lesquelles (il) est mort dans une fusillade avec la police uruguayenne en 1911.''

Qu'est-il donc réellement arrivé à Butch Cassidy ?

Les archives montrent que George (Butch) Cassidy - de son vrai nom Robert LeRoy Parker

-- est venu à Buenos Aires en 1902 avec ses bons amis, Harry Longabaugh (le Sundance Kid) et l'épouse de Longabaugh, Etta Place, une jeune et belle femme qui avait autrefois été institutrice. Le trio est entré en Argentine sous des noms d'emprunt : Cassidy en tant que James Ryan, le Sundance Kid et Etta en tant que M. et Mme Harry E. Place.

La ''famille de trois'', comme Cassidy a fait référence au trio dans une lettre à l'Utah la même année, a loué des terres à Cholila, où ils avaient ''300 bovins, 1 500 moutons et 28 bons chevaux de selle, deux hommes à faire mon travail, aussi (a) une bonne maison de quatre pièces, une écurie wearhouse (sic), un poulailler et quelques poulets. . .''

Pendant plusieurs années, les trois sont allés droit, consacrant leur temps à leur ranch dans la Pampa et socialisant avec les voisins et même avec la famille du gouverneur.

Cassidy a été vue à plusieurs reprises à Bariloche. Quand il était là-bas, il séjournait souvent chez Jared Jones, selon plusieurs qui ont fait des recherches sur les histoires. Lors d'une visite ultérieure à Cholila, cependant, Jones aurait soupçonné qu'ils étaient des voleurs et aurait refroidi les relations avec eux. Les descendants de Jones occupent toujours son ranch à la périphérie de la ville.

L'une d'entre elles, la petite-fille Barbara Jones, pense que Cassidy s'est finalement rendu au Paraguay, où il a fondé un ranch prospère sous un autre nom et est décédé paisiblement en 1935.

Un autre habitant de Bariloche qui est entré en contact avec Cassidy était Martin Sheffield, un aventurier américain qui prétendait être un ancien shérif du Texas.

"Je pense que mon grand-père lui a donné une chambre dans son ranch", a déclaré Alberto Sheffield, le petit-fils de Martin, qui est guide touristique ici. "Mon père et mes oncles disent que Martin n'a jamais su que l'homme était Butch Cassidy." Martin Sheffield a ensuite acquis une grande notoriété en affirmant avoir vu un pléisosaurus vivant dans le lac Nahuel Huapi.

Vers 1905, croit-on, le trio a repris ses voies de bandit. Peut-être que la vie des éleveurs argentins s'est détériorée, peut-être que l'arrivée d'un autre ami bandit américain, Harvey Logan (''Kid Curry''), les a poussés, peut-être était-ce un simple manque de fonds ou le fait que les Pinkertons avaient retracé Cassidy en Argentine et le chauffage était de nouveau allumé. Le trio vendit le ranch Cholila en 1907 et se dirigea vers le nord.

Ce qui est arrivé à Cassidy alors est un sujet de controverse. Certains disent que lui et ses camarades bandits se sont livrés à une série de vols dans le sud-est de la Bolivie. Certains disent qu'ils se sont lancés dans le vol de bétail, s'ils ne l'étaient pas déjà. D'autres disent qu'ils faisaient passer du bétail de contrebande par les Andes jusqu'au Chili.

''Les voleurs sont allés à Rio Manso (40 miles à l'ouest de Bariloche)'', a déclaré Ricardo Vallmijana, un photographe de Bariloche qui a fait des recherches sur les histoires de Cassidy. ''Ils ont utilisé les anciens cols des Andes pour traverser le bétail, Paso Cochamo et Paso Christie. Beaucoup (descendants des voleurs) vivent ici maintenant, mais je ne peux pas les nommer car ce sont de bonnes personnes maintenant.

''Quand les voleurs étaient en prison, ils ont écrit des chansons qui racontaient ce qu'ils avaient fait. Ils ne l'ont jamais écrit, mais leurs descendants chantent ces chansons maintenant. J'en ai entendu trois ou quatre. Ils racontent ce qui s'est réellement passé, et beaucoup de choses dites d'eux ici ne sont pas vraies.''

Butch Cassidy, dit Vallmijana, est décédé en 1935 du côté chilien du Rio Manso.

L'Argentin qui connaît le mieux Cassidy est Francisco Juarez, un animateur de radio qui a récemment déménagé à Bariloche depuis Buenos Aires.

Juarez, qui a passé 18 ans à étudier la légende de Cassidy, convient que beaucoup de choses dites à propos de Cassidy sont fausses, mais a déclaré qu'il était maintenant sûr que Cassidy est mort en Bolivie après tout. ''Je travaille uniquement à partir de documents, et j'ai une photocopie d'un résumé (rapport de police). J'ai aussi trouvé des journaux de l'époque qui rapportent la mort de deux nord-américains, tués par l'armée et la police en Bolivie.''

D'autres chroniqueurs remettent en question l'identité de ces hommes. Cassidy, on le sait, voulait depuis longtemps aller tout droit, sa mort supposée en Bolivie lui aurait donné la chance de commencer une nouvelle vie.

Il est peut-être allé au Paraguay, au Chili ou est resté en Argentine, mais plusieurs auteurs pensent que Cassidy est retourné aux États-Unis. L'auteur Chatwin dit qu'à partir de 1915, des centaines de personnes ont vu, ou pensé avoir vu, Cassidy aux États-Unis. Parmi eux se trouvaient Will Simpson, l'avocat qui l'avait poursuivi en 1894, et Wyatt Earp, qui aurait parlé avec lui au salon de jeux Earp à Anchorage, en Alaska. Chatwin a interviewé la sœur de Cassidy, Lula Parker Betenson, qui lui a dit qu'elle avait dîné avec Cassidy lors d'une réunion de famille à l'automne 1925 à Circleville, Utah. Lula Betenson a également écrit un livre sur son frère, dans lequel elle dit qu'il est mort dans l'État de Washington d'une pneumonie dans les années 1930.

Cela correspond à l'histoire racontée dans un livre fascinant de Larry Pointer intitulé "À la recherche de Butch Cassidy". William T. Phillips. Il s'est marié là-bas et a déménagé à Spokane, Washington, en 1910. Lors de voyages en Utah et ailleurs où l'ancien Hole-in-the-Wall ou Wild Bunch Gang de Cassidy avait opéré, Phillips a été reconnu comme Cassidy par plusieurs personnes qui avaient connu le desperado, y compris son ancienne petite amie, Mary Boyd Rhodes. Son fils adoptif dit qu'il a été accepté dans la famille qu'il était, en fait, Butch Cassidy.

Le plus intrigant est un manuscrit que Phillips a écrit en 1934 intitulé

''Bandit Invincible, l'histoire de Butch Cassidy.'' Dans ce récit, Phillips dit que Cassidy, Sundance et un troisième bandit ont bien été piégés dans une fusillade bolivienne, mais que lui seul s'est échappé et s'est dirigé vers les États-Unis. Mais Phillips a terminé son histoire avec l'arrivée de Cassidy aux États-Unis et n'a jamais admis que lui et Cassidy étaient la même personne.

Phillips est mort à Spokane, en juillet 1937. Avec lui est mort un chapitre intrigant de la légende - et peut-être de la véritable histoire - de ce qui est arrivé à Butch Cassidy.


Galerie de photos

– Libération d'aimant de courtoisie –

Articles Similaires

Charles Kelly était un imprimeur de Salt Lake City lorsqu'il a rencontré l'artiste cowboy&hellip

La meilleure édition DVD de Butch Cassidy and the Sundance Kid est le "Ultimate Collector's&hellip

Butch Cassidy était fatigué de la piste des hors-la-loi. Alors en 1899, il essaya de couper&hellip


Butch Cassidy imposteur exposé

LARAMIE, Wyo. — Larry Pointer poursuit la piste du hors-la-loi Butch Cassidy depuis 40 ans. Il pensait avec certitude qu'il l'avait épinglé – que Cassidy avait trompé la mort lors d'une fusillade en Amérique du Sud, avait changé son nom en William T. Phillips et avait vécu sa vie à Spokane, Washington. Mais Cassidy a laissé tomber Pointer.

Il s'avère que Phillips à Spokane n'était pas Cassidy après tout.

Tout a commencé dans les années 1970 lorsque Pointer a découvert un manuscrit de 96 pages de Phillips intitulé "The Bandit Invincible: the Story of Butch Cassidy". À première vue, il s'agissait d'une biographie romancée de Cassidy, mais Pointer remarqua que Phillips avait écrit sur des détails obscurs et inhabituels qu'il semblait que seul Cassidy lui-même saurait.

Phillips est décédé en 1937. Sa veuve a déclaré à l'historien Charles Kelly que son défunt mari n'était pas Cassidy mais « connaissait très, très bien Cassidy ». C'était en 1938. Le fils adoptif de Phillips, cependant, était certain qu'il était Cassidy.

Pointer a examiné des preuves circonstancielles et a même demandé à des experts en écriture de confirmer que l'écriture de Phillips était la même que celle des lettres connues de Cassidy. En plus de cela, le Phillips plus âgé ressemblait au jeune Cassidy. Pointer a conclu que la biographie de Phillips était vraiment une autobiographie.

"Le poids de la preuve en 1977 était qu'il s'agissait de Butch Cassidy", a déclaré Pointer.

Et c'est ainsi qu'il a écrit sa théorie dans le livre "À la recherche de Butch Cassidy".

Les historiens pensent que Cassidy est née dans une famille mormone de l'Utah et a reçu le nom de Robert LeRoy Parker. Parker s'est enfui et a choisi une vie de crime et de nombreux pseudonymes, dont Butch Cassidy. Cassidy serait mort dans une fusillade en 1908 en Bolivie avec Harry « the Sundance Kid » Longabaugh. Peut-être.

L'historien de Cassidy, Dan Buck, a déclaré dans un e-mail: "Dans l'ensemble, cependant, c'est un sujet intrigant, une collision d'histoire et de folklore … Le sort de hors-la-loi comme Cassidy est plus proche d'un mystère que d'un puzzle."

Le mystère a attiré Brent Ashworth, un passionné d'histoire et propriétaire des livres rares et des objets de collection de B. Ashworth à Provo. Ashworth a commencé à collectionner les objets de Butch Cassidy il y a environ 30 ans. Quand Ashworth a découvert un autre manuscrit de "Bandit Invincible" de Phillips, Pointer a sauté sur l'occasion pour l'examiner. Le manuscrit était environ deux fois plus long que la version que Pointer avait utilisée en 1977. "Il contient tellement plus de détails", a déclaré Pointer.

L'un des détails que le manuscrit plus long donnait était plus de noms de personnes qui connaissaient Cassidy. Pointer vérifiait certains de ces noms par rapport à l'« Atlas des prisonniers de la prison territoriale du Wyoming » d'Elnora Frye. Il a trouvé un nom, Ed Selley, qui a été envoyé au pénitencier du Wyoming en même temps que quelqu'un du nom de William T. Wilcox.

William T. comme dans William T. Phillips ?

"Ce William T. et William T. m'ont fait regarder", a déclaré Pointer. Pointer a recherché la carrière criminelle de William T. Wilcox sur le Wyoming Newspaper Project. "Une partie, tout à coup, sonnait comme" Bandit Invincible "", a déclaré Pointer.

Selon les comptes rendus des journaux, Wilcox s'est vanté d'un vol à « le chien des prairies Wilson » et a été capturé près du ranch de Wilson par un adjoint Morrow et est allé en prison.

Le livre de Phillips avait une histoire similaire de Cassidy capturée par un adjoint nommé Morgan. Cassidy retourne ensuite la situation contre Morgan, vole son cheval et laisse Morgan marcher jusqu'au ranch du "Prairie dog Wilson".

"Cela sonnait juste trop faux. Trop étrange. Trop de coïncidences", a déclaré Pointer.

Pointer a ensuite recherché la généalogie de Wilcox et l'a comparée à Phillips. Phillips apparaît de nulle part avec un mariage dans le Michigan le 14 mai 1908. Sur cet enregistrement, Phillips est répertorié comme le fils de Celia Mudge. Pointer a découvert que la mère de Wilcox était Flora, la sœur de Celia. "Tout à propos de Wilcox correspondait à l'histoire de Phillips", a déclaré Pointer.

Wilcox et Cassidy étaient en prison en même temps.

Wilcox est sorti de prison en décembre 1895. Cassidy a été libéré le mois suivant. Ils sont tous deux allés près de Lander, Wyo.

Pointer a entendu parler d'un vieux berger nommé James Regan. Regan a déclaré que Phillips n'était pas Cassidy, car il les a vus tous les deux alors qu'ils vivaient dans une cabane près de son camp de moutons. Cela correspond à d'autres choses dans "Bandit Invincible".

À la fin de 1896, Wilcox était de nouveau en détention et cette fois une photographie a été prise.

"Après avoir vu les photographies, je ne pouvais absolument plus être dans le déni", a déclaré Pointer. "C'est difficile pour moi parce qu'il y a 40 ans, j'y ai mis tout mon cœur et mon âme. Mais si vous n'avez aucune intégrité, vous n'avez rien. Et honnêtement, je ne peux pas nier que c'est le même homme. William T. Wilcox et William T. Phillips sont le même homme."

Pointer a déclaré que Lula Parker Betenson, la sœur de Cassidy, avait dit à Pointer il y a des années que Cassidy était décédé à Spokane en 1937, mais qu'il n'était pas Phillips. "Je suppose que cela met fin à une série de controverses et ouvre une toute nouvelle fenêtre", a déclaré Pointer. « Qui était ce type Cassidy ? Qu'est-il arrivé à Parker ?

Ashworth n'est pas déçu que le manuscrit qu'il a découvert ait renversé les théories originales de Pointer. Il pense que le livre écrit par Phillips, l'ami de Cassidy, fournit des preuves solides que Cassidy a survécu à l'embuscade en Amérique du Sud et a peut-être déménagé près de Phillips à Spokane. "Je pensais que le manuscrit allait conduire à Butch", a déclaré Ashworth, puis a ajouté: "Mais il pourrait éventuellement conduire à Butch."

Pointer est également optimiste que le manuscrit de Wilcox alias Phillips conduira à Parker alias Cassidy.

"C'est passionnant et cela va nous faire avancer sur de nouvelles voies qui n'auraient jamais été possibles sans la découverte par Brent Ashworth de l'extension" Bandit Invincible "", a déclaré Pointer. "Peut-être que quelque part à Washington est une réponse, et nous allons certainement la chasser."


Grâce à une planification minutieuse de Cassidy&aposs, le Wild Bunch a réussi de nombreux vols

Cassidy et le Wild Bunch&# x2019s notoriété a augmenté alors qu'ils ont accumulé une moyenne stupéfiante de 35 000 $ par vol. Bien que Patterson pense que le groupe n'a probablement volé que quatre banques, quatre trains express et un bureau de paie d'une compagnie de charbon, ils ont rapidement été blâmés pour chaque vol dans le Nord-Ouest.

C'est Cassidy&# x2019s une planification méticuleuse qui a rendu ses vols si réussis. Selon Patterson :

Peu a été laissé au hasard. Butch et quelques membres de gangs sélectionnés passaient des jours, parfois des semaines, à rechercher un site de vol et la meilleure voie d'évacuation. Sagement, ils choisissaient toujours les mois d'été pour tous leurs hold-up, lorsque le temps était favorable pour échapper aux posses. Il semble que Cassidy a également évité de tuer. Bien que des coups de feu aient été tirés lors d'évasions, Butch n'était jamais connu pour avoir tiré sur quelqu'un lors d'un hold-up. Le plus proche que Butch ait jamais eu de blesser une victime de vol a été lorsqu'il a utilisé des explosifs pour se frayer un chemin dans une voiture express. Quelques messagers express ont été blessés dans les explosions, mais aucun gravement. Le gang les prévenait toujours quand ils utiliseraient de la dynamite, et ils étaient assez sages pour se protéger en se cachant derrière la cargaison.

Les puissantes compagnies de chemin de fer étaient bientôt chaudes sur le Wild Bunch&# x2019s trail. Le détective de Pinkerton Charlie Siringo, qui a qualifié Cassidy de hors-la-loi le plus astucieux et le plus audacieux de l'époque actuelle, a suivi le gang dans tout l'Ouest, se faisant souvent passer pour un hors-la-loi pour rechercher les voleurs.

Une pause pour les agents de Pinkerton semble avoir été le résultat d'une des alouettes légendaires de Cassidy&aposs. En 1900, certains des Wild Bunch étaient au Texas pour visiter leurs maisons closes préférées et se défouler. Ils ont décidé de se faire prendre un portrait formel pour plaisanter. Cette photo du Sundance Kid, Will Carver, Ben Kilpatrick, Harvey Logan (Kid Curry) et Cassidy était un faux pas rare pour lui. Il est dit qu'un agent de Wells Fargo a reconnu les hors-la-loi lorsque la photo a été affichée dans la fenêtre du studio du photographe&# x2019s Fort Worth. Ce fut bientôt sur les avis de recherche dans tout l'Occident.


6 choses que vous ne savez peut-être pas sur Butch Cassidy – HISTOIRE

Le film western toujours populaire, Butch Cassidy and The Sundance Kid, a suscité beaucoup d'intérêt au moment de sa sortie le 24 octobre 1969. Je me souviens avec clarté d'avoir vu Paul Newman et Robert Redford en action sur le grand écran dans ma propre ville natale. J'avais un rendez-vous, alors peut-être que je n'ai pas pu tout voir. :-)

  1. Meilleure musique originale pour un film
  2. Meilleure photographie
  3. Meilleur scénario original
  4. Meilleure musique

Dans un monde où les personnages de films ne sont souvent que de simples artifices, conçus par des écrivains de fiction habiles, la question se pose : « Y a-t-il jamais eu un Butch Cassidy et le Sundance Kid honnêtes ? » Le court-métrage est « Oui ».

Dans la première partie de cet article en deux parties, vous découvrirez les personnages réels représentés dans ce film largement acclamé. Vous en apprendrez plus sur certaines des cabrioles que Cassidy et Sundance ont réussi, y compris l'entreprise criminelle qui a été si bien nommée "The Wild Bunch". Nous discuterons également de la raison pour laquelle le couple a finalement jugé nécessaire de partir. le pays.

Les jeunes années

Butch Cassidy était en fait Robert Leroy Parker, né le 13 avril 1866 à Beaver, Utah. Il était l'aîné de 13 frères et sœurs, une famille généralement nombreuse appartenant à Maximillian Parker et Ann Campbell Gillies. À peine dix ans plus tôt, son père avait émigré du Royaume-Uni (RU) alors qu'il n'avait lui-même que 12 ans. Sa mère a émigré du Royaume-Uni aux États-Unis en 1859, alors qu'elle avait 14 ans. Maximillian et Ann se sont mariés en 1865, un an avant la naissance de Robert.

Robert Parker et sa famille vivaient à environ 215 miles au sud de Salt Lake City, près d'une petite ville appelée Circleville, dans l'Utah.

D'accord, si le vrai nom de Butch était Robert Parker, comment a-t-il acquis le nom de Butch Cassidy ? C'est une excellente question, et voici la réponse, au moins aussi proche que quiconque puisse le dire :

Faits saillants de la carrière criminelle de Cassidy


La banque San Miguel Valley à Telluride a été le lieu de son premier braquage de banque. Le butin avec lequel il s'est échappé était de 21 000 $. En termes de monnaie d'aujourd'hui, cela équivaudrait à plus de 580 000 $. Pas mal pour un seul braquage. Cependant, il n'était pas seul dans cette aventure. Il était accompagné de Matt Warner, un de ses associés dans le domaine des courses de chevaux, ainsi que de deux des frères McCarty.

En 1894, Cassidy a été arrêté à Lander, Wyoming, pour avoir volé des chevaux et organisé une raquette de protection avec les éleveurs locaux. Il a été incarcéré à la prison d'État du Wyoming, située à Laramie. Après avoir purgé une peine de 18 mois, il a été gracié par le gouverneur de l'époque, William Alford Richards.

  1. George “Nez Plat” Curry
  2. Ben Kilopatrick
  3. William Ellsworth “Elzy” Lay
  4. Will “News” Carver
  5. Harvey “Kid Curry” Logan
  6. Laura Lingot
  7. Harry Tracy

Le vol suivant a eu lieu le 22 avril 1897, lorsque le Wild Bunch a intercepté la masse salariale de la Pleasant Valley Coal Company, basée à Castle Gate, dans l'Utah, une petite ville minière.

Entrez: L'agence de détective Pinkerton

C'était le 2 juin 1899, lorsque le Wild Bunch a dévalisé un train de voyageurs près de Wilcox, dans le Wyoming, appelé Union Pacific Overland Flier, appartenant à Overland Limited. Après le vol, cependant, les deux frères Curry ont rencontré et tué le shérif Joe Hazen lors d'une fusillade qui a suivi.

Ce vol particulier a mis le Wild Bunch sur la carte, suffisamment pour que des hommes de loi de toute la région se joignent à la chasse, mais le Wild Bunch s'est à nouveau échappé sans être appréhendé. Cependant, Cassidy n'était manifestement pas au courant de la fusillade de Curry, jusqu'à ce qu'il en soit informé par Tom Horn, un tueur à gages employé par Pinkerton.

Dire que Cassidy et ses "joyeux hommes" ont choisi le mauvais train à voler, c'est un euphémisme. Ce câlin a été le catalyseur qui a incité Overland Limited à embaucher Pinkerton Detective Agency pour poursuivre le gang et les traduire en justice. Charlie Siringo, un détective de Pinkerton, a été chargé de traquer et de capturer Cassidy et son groupe. Son plan était de localiser les hors-la-loi par l'intermédiaire du frère de Kid Curry.

Les choses se réchauffent maintenant pour Butch Cassidy, le Sundance Kid et le natorious Wild Bumch.

Quoi de neuf dans la partie 2

Le film de 1969, ainsi que l'histoire de Butch Cassidy et Sundance Kid en général, implique la mort éventuelle du duo à San Vicente, en Bolivie, située dans le sud des Andes boliviennes. L'histoire officielle est qu'ils ont été tués par les autorités boliviennes après une série d'événements qui ont été portés à l'attention des forces de l'ordre boliviennes. En raison de divergences dans le récit officiel, en plus d'autres contre-allégations, la mort de Cassidy et Sundance a reçu encore plus d'attention au fil des ans.

Dans la deuxième partie, nous parlerons de quelques autres cabrioles ainsi que de la fuite du couple en Argentine et en Bolivie où ils ont été recherchés par les autorités locales, en collaboration avec l'agence de détective Pinkerton. Nous discuterons également des affirmations faites par divers chercheurs, y compris la propre sœur de Cassidy, Lula Parker Betenson dans son livre de 1975 intitulé "Butch Cassidy, mon frère", selon lesquelles les rumeurs et les affirmations boliviennes étaient fabriquées, sans fondement. , et tout faux. Nous discuterons également de plusieurs des découvertes récentes, l'une d'entre elles impliquant l'exhumation du corps et l'utilisation de tests ADN.


Articles mettant en vedette Butch Cassidy des magazines History Net

A la fin le film Butch Cassidy et le Sundance Kid, Paul Newman et Robert Redford rechargent leurs six-coups et échangent un dernier tour de sarcasmes, puis se précipitent vaillamment sur une place bordée de soldats boliviens. Le film, un smash au box-office en 1969 et un châtaigne de la télévision en fin de soirée aujourd'hui, se termine avec les hors-la-loi blessés face à un sort presque certain. Le cadre se fige avant que les anti-héros ne tombent, cependant, laissant ouverte la moindre possibilité de leur survie.

Le film est basé sur une histoire vraie, qui a commencé peu de temps après la guerre civile. Le hors-la-loi connu sous le nom de Butch Cassidy, né Robert LeRoy Parker le 13 avril 1866, était l'aîné des 13 enfants d'une famille mormone de l'Utah. Son admiration pour un jeune cow-boy nommé Mike Cassidy et un passage en tant que boucher ont inspiré son nom de crime. Un tronçon dans une prison du Wyoming pour le vol d'un cheval à 5 ​​$ l'a poussé vers une vie en fuite.

Le Sundance Kid, né Harry Alonzo Longabaugh au printemps 1867, était le plus jeune de cinq enfants d'une famille baptiste de Pennsylvanie. Après s'être dirigé vers l'ouest à l'âge de 15 ans, il s'est installé avec des parents dans le Colorado, puis a fait le tour des Rocheuses américaines et canadiennes, travaillant comme bouvier et broncobuster. He earned his nickname by serving 18 months in jail at Sundance, Wyo., for stealing a horse.

Abonnez-vous en ligne et économisez près de 40%.

Sundance’s companion in the movie was Etta Place. His companion in real life was an enigma. Although she has been described as a prostitute, a teacher, or both, no one knows her true origin or fate. Even her name is a mystery. The Pinkerton Detective Agency called her Etta on its wanted posters, but she called herself Ethel, which may or may not have been her real name. Traveling as Sundance’s wife, she shared the alias Place (his mother’s maiden name).

Butch and Sundance belonged to a loose-knit gang that included the likes of Elzy Lay, Matt Warner, Harvey ‘Kid Curry’ Logan, Ben ‘Tall Texan’ Kilpatrick and Will Carver. Dubbed the Train Robbers’ Syndicate, the Hole-in-the-Wall Gang and the Wild Bunch, the band held up trains and banks and stole mine payrolls in the Rocky Mountain West, making off with a total of $200,000 (the equivalent of $2.5 million today) between 1889 and the early 1900s.

With $1,000 rewards on their heads and the Pinkertons on their tails, Butch and Sundance fled to South America with Ethel in 1901. The movie takes them directly from New York City to Bolivia, but their initial destination was actually Argentina. After steaming into Buenos Aires on the British ship Herminius in March and taking the train to Patagonia in June, they settled in the Chubut Territory, a frontier zone in southern Argentina sparsely populated by immigrants, pioneers and Indians. Although most of the immigrants were Welsh or Chilean, several North Americans had journeyed to the same corner of the world, looking for open ranges. The bandits’ nearest neighbor, for example, was John Commodore Perry, who had been the first sheriff of Crockett County, Texas. Butch and Sundance also traded and socialized with another Texan, Jarred Jones, who lived a two days’ ride north, near Bariloche.

Calling themselves James ‘Santiago’ Ryan and Mr. and Mrs. Harry ‘Enrique’ Place, the Wild Bunch exiles peacefully homesteaded a ranch in the Cholila Valley, raising sheep, cattle and horses. All three got on well with their neighbors, and if anyone came to know about Butch and Sundance’s shady past, it never interfered with those good relations. So highly were they regarded that when Territorial Governor Julio Lezana visited the valley in early 1904, he spent the night in their home, a well-kept four-room log cabin on the east bank of the Blanco River. During the welcoming festivities, Sundance played sambas on his guitar and Lezana danced with Ethel.

Meanwhile, in March 1903, the Pinkertons had sent agent Frank Dimaio to Buenos Aires, after receiving a tip that Butch and Sundance were living in Argentina. Dimaio traced their whereabouts, then cabled his superiors, saying the rainy season prevented him from going to Cholila. Before leaving Buenos Aires, he supplied the police with translated versions of the bandits’ wanted posters.

On February 14, 1905, two English-speaking bandits held up the Banco de Tarapacá y Argentino in Río Gallegos, 700 miles south of Cholila, near the Strait of Magellan. Escaping with a sum that would be worth at least $100,000 today, the pair vanished north across the bleak Patagonian steppes. Although Butch and Sundance were never positively identified as the culprits (whose descriptions didn’t fit them as well as the mode opératoire did), they were the prime suspects.

Responding to a directive from the Buenos Aires police chief, Governor Lezana issued an order for Butch and Sundance’s arrest. Before the order could be executed, however, Sheriff Edward Humphreys, a Welsh Argentine who was friendly with Butch and enamored of Ethel, tipped them off. In early May, the trio hustled north to Bariloche and took the steamer Cóndor across Lake Nahuel Huapi to Chile.

Almost nothing is known about what the bandits did in Chile, but they apparently spent time in Antofagasta, the center of the nitrate trade on the northern coastal desert. The Pinkertons learned from a postal informant that Frank D. Aller, the U.S. vice consul in Antofagasta, had bailed Sundance (alias Frank Boyd) out of a scrape with the Chilean government in 1905.

Late that year, the outlaws returned to Argentina on business. On December 19, Butch, Sundance, Ethel and an unidentified confederate heisted 12,000 pesos (worth about $137,500 today) from the Banco de la Nación in Villa Mercedes, a livestock center 400 miles west of Buenos Aires. With several posses chasing them, they slogged west over rain-drenched pampas and the Andes to safety in Chile.

A few months later, Sundance briefly visited Cholila to sell some sheep and mares he and Butch had left with their friend Daniel Gibbon, a Welsh rancher. By then, Ethel was in San Francisco, having returned to the United States for good, and Butch was in Antofagasta, en route to Bolivia.

In 1906, Butch (alias James ‘Santiago’ Maxwell) found work at the Concordia Tin Mine, 16,000 feet up in the Santa Vela Cruz range of the central Bolivian Andes. Sometime after selling the livestock in Cholila, Sundance (alias H.A. ‘Enrique’ Brown) hired on with contractor Roy Letson, who was driving mules from northern Argentina to a railroad-construction camp near La Paz. Sundance worked awhile breaking mules at the camp, then joined Butch at Concordia, where their duties included guarding payrolls.

Assistant manager Percy Seibert, who had first met Butch and Sundance during a Christmas party at the Grand Hotel Guibert in La Paz, knew that his employees were outlaws, but he ‘never had the slightest trouble getting along with’ either of them. He found Sundance somewhat taciturn, but grew quite fond of Butch. After Seibert became the manager at Concordia, they were his regular guests for Sunday dinner. To avoid unpleasant surprises, Butch always took the seat with a view of the valley and the trail to Seibert’s house.

Having been forced to give up his quiet life in Argentina, Butch still wanted to settle down as a respectable rancher. In late 1907, he and Sundance made an excursion to Santa Cruz, a frontier town in Bolivia’s neotropical eastern savannah, and Butch wrote to friends at Concordia, saying that he had found ‘just the place [he had] been looking for 20 years.’ Now 41, he was burdened with regret. ‘Oh god,’ he lamented, ‘if I could call back 20 years…I would be happy.’ He marveled at the affordability of good land with plenty of water and grazing, and made a prediction: ‘If I don’t fall down I will be living here before long.’

The bandits quit their jobs in 1908, after an inebriated Sundance bragged publicly about their criminal exploits. Although there is no proof of their having been anything other than model employees during their tenure at Concordia, Seibert credited them with several holdups in Bolivia. He said, for example, that they had robbed a railroad-construction payroll at Eucaliptus, south of La Paz, in 1908. The payroll was actually robbed twice that year. According to newspaper accounts, the perpetrators of the first holdup, which occurred in April, were ‘three Yankees who had been employed as contract-workers.’ The newspapers provided no details about the second robbery, which took place in August, after Butch and Sundance had left Concordia.

Later that month, they turned up in Tupiza, a mining center in southern Bolivia. Intent on robbing a local bank, perhaps to finance their retirement in Santa Cruz, the outlaws needed a place to lie low while making their plans. They found a perfect hideout at the camp of British engineer A.G. Francis, who was supervising the transportation of a gold dredge on the San Juan del Oro River. Introducing themselves as George Low and Frank Smith, Butch and Sundance appeared at Francis’ camp at Verdugo, 15 miles south of Tupiza, and asked to rest their mules for a spell. Their legendary charm soon won Francis over, and they wound up bunking with him for several weeks.

While Sundance stayed with Francis, Butch made frequent forays into Tupiza, casing the bank and formulating his plans. Unfortunately, a detachment of visiting soldiers from the Abaroa Regiment, the Bolivian army’s celebrated cavalry unit, was ensconced at a hotel on the same square as the bank–too close for Butch’s comfort. Frustrated, and tired of waiting for the soldiers to leave town, the bandits turned their attention to the Aramayo, Francke y Compañía, which had mines in the area. Although the operational headquarters were at Quechisla, three days’ journey to the northwest, the Aramayo family lived in Tupiza, and the money for the payrolls came through the Tupiza office. In conversations with an unidentified Aramayo employee, the outlaws learned that manager Carlos Peró would soon be taking an unguarded 80,000 peso payroll (worth half a million of today’s dollars) to Quechisla.

In late October, Francis moved his headquarters to Tomahuaico, three miles south of Verdugo, on the west bank of the San Juan del Oro. Shortly thereafter, Butch and Sundance decamped to Tupiza, where they staked out the office behind the Aramayo family’s Italianate mansion, Chajrahuasi.

Abonnez-vous en ligne et économisez près de 40%.

Early on the morning of November 3, Carlos Peró picked up a packet of money wrapped in homespun cloth and set off from Chajrahuasi with his young son Mariano, a peon and several mules, trailed discreetly by Butch and Sundance. Peró and his companions spent the night at the Aramayo hacienda in Salo, then resumed their journey at dawn. The outlaws were now ahead of them, watching through binoculars as the group made its way up Huaca Huañusca (Dead Cow Hill), the peon and the boy on mules and Peró on foot in the rear.

At 9:30 a.m., Peró’s party rounded a curve on the far side of the cactus-studded hill and found the trail blocked by Butch and Sundance, wielding brand-new small-caliber Mauser carbines with thick barrels. Dressed in dark-red corduroy suits, with bandannas masking their faces and their hat brims turned down so that only their eyes were visible, the bandits had Colt revolvers in their holsters and Browning pocket pistols tucked into their cartridge belts, which bulged with rifle ammunition.

Sundance kept his distance and said nothing. Butch politely ordered Mariano Peró and the peon to dismount and asked Carlos Peró to hand over the payroll. Unable to offer any resistance, Peró replied that they could take whatever they wanted. Butch began to search their saddlebags but could not find the money, so he told Peró to open their luggage. Speaking in English, Butch explained that he was not interested in the money or personal articles of Peró or his companions but only in the 80,000 pesos they were carrying for the Aramayo company. When Peró replied that they had only 15,000 pesos (worth $90,000 today), the larger payroll having been scheduled for the following week, Butch was stunned into silence. Perhaps as compensation, he took not only the packet of money but also a fine dark-brown mule that belonged to the company.

After the bandits departed, Peró’s party continued north toward the village of Guadalupe. At noon, they encountered a muleteer named Andrés Gutiérrez. Peró scribbled a note in pencil and gave it to Gutiérrez to deliver to the Aramayo hacienda in Salo. Another messenger took the note from Salo to Chajrahuasi, and the alarm went out via telegraph to local authorities in surrounding communities, as well as to Argentine and Chilean officials in all the nearby border towns. Military patrols and armed miners (whose pay had been stolen) were soon combing the ravines, watching the roads, guarding the train stations, and looking for strangers in villages throughout southern Bolivia.

Peró spent the night in the mining camp at Cotani, a day’s journey shy of Quechisla. In a letter detailing the morning’s events to his superiors, he surmised that the brigands had ‘undoubtedly planned their retreat carefully otherwise, they would not have left us with our animals, or they would have killed us in order to avoid leaving witnesses or to gain time.’

In the meantime, Butch and Sundance had made their way south, through rough, uninhabited terrain. They skirted Tupiza under cover of darkness and arrived at Tomahuaico after midnight. Butch was sick and went to bed at once, but Sundance stayed up late, telling Francis about the holdup.

The bandit also spoke of having ‘made several attempts to settle down to a law-abiding life, but [said that] these attempts had always been frustrated by emissaries of the police and detective agencies getting on his track, and thus forcing him to return to the road.’ Nonetheless, he averred, ‘he had never hurt or killed a man except in self-defense, and had never stolen from the poor, but only from rich corporations well able to support his ‘requisitions.” Although Francis disapproved of his visitors’ misdeeds, he had found them ‘very pleasant and amusing companions’ and did not intend to betray them to the authorities.

The next morning, a friend hastened to Tomahuaico to warn the bandits that a military patrol from Tupiza was headed in their direction. Butch and Sundance packed their belongings and saddled their mules. To Francis’ horror, they insisted that he accompany them. Expecting them to flee south to Argentina, he was surprised when they said they were going to ‘Uyuni and the north.’ (Their destination may have been Oruro, a city with several thousand foreign residents, among whom the outlaws would have been inconspicuous. Oruro was also Sundance’s last known mailing address.)

Fearing that he would be caught in the cross-fire if the soldiers overtook them, Francis nervously led the bandits south and west along the San Juan del Oro, then north through a narrow, twisting ravine to the village of Estarca. Francis arranged for them to spend the night in a room at the home of Narcisa de Burgos. Early the next morning, Butch and Sundance thanked Francis for his help and let him go, with instructions to tell any soldiers he encountered that he had seen the bandits making for the Argentine border.

They paused for directions in Cucho, 10 miles north of Estarca, then followed the long, rugged trail to San Vicente, a mining village in a barren, dun-colored bowl 14,500 feet up in the Cordillera Occidental. At sundown on November 6, 1908, they rode into town on a black mule and the dark-brown Aramayo mule, stopping at the home of Bonifacio Casasola. Cleto Bellot, the corregidor (chief administrative officer), approached and asked what they wanted. An inn, they responded. Bellot said that there wasn’t one but that Casasola could put them up in a spare room and sell them fodder for their mules.

After tending to their animals, Butch and Sundance joined Bellot in their room, which opened off Casasola’s walled patio. They asked Bellot about the road to Santa Catalina, an Argentine town just south of the border, and the road to Uyuni, about 75 miles north of San Vicente. They then asked where they could get some sardines and beer, which Bellot sent Casasola to buy with money provided by Sundance.

When Bellot took his leave, he went straight to the home of Manuel Barran, where a four-man posse from Uyuni was staying. The posse, made up of Captain Justo P. Concha and two soldiers from the Abaroa Regiment and Inspector Timoteo Rios from the Uyuni police department, had galloped in that afternoon and had told Bellot to be on the lookout for two Yankees with an Aramayo mule. Captain Concha was asleep when Bellot reported the arrival of the suspects, but Inspector Rios and the two soldiers loaded their rifles at once.

Accompanied by Bellot, they went to Casasola’s home and entered the patio. As they approached the bandits’ room in the dark, Butch appeared in the doorway and fired his Colt, wounding the leading soldier, Victor Torres, in the neck. Torres responded with a rifle shot and retreated to a nearby house, where he died within moments. The other soldier and Rios also fired at Butch, then scurried out with Bellot.

After a quick trip to Barran’s house for more ammunition, the soldier and Rios positioned themselves at the entrance to the patio and began firing at the bandits. Captain Concha then appeared and asked Bellot to round up some men to watch the roof and the back of the adobe house, so that the bandits couldn’t make a hole and escape. As Bellot rushed to comply, he heard ‘three screams of desperation’ issue from the bandits’ room. By the time the San Vicenteños were posted, the firing had ceased and all was quiet.

The guards remained at their stations throughout the bitterly cold, windy night. Finally, at dawn on November 7, Captain Concha ordered Bonifacio Casasola to enter the room. When he reported that both Yankees were dead, the captain and the surviving soldier went inside. They found Butch stretched out on the floor, one bullet wound in his temple and another in his arm, and Sundance sitting on a bench behind the door, hugging a large ceramic jar, shot once in the forehead and several times in the arm. According to one report, the bullet removed from Sundance’s forehead had come from Butch’s Colt. From the positions of the bodies and the locations of the fatal wounds, the witnesses apparently concluded that Butch had put his partner out of his misery, then turned the gun on himself.

The outlaws were buried in the local cemetery that afternoon. The Aramayo payroll was found intact in their saddlebags. Once their possessions had been inventoried and placed in a leather trunk, Captain Concha absconded to Uyuni with the lot, leaving the Aramayo company to battle for months in court to recover its money and its mule.

Two weeks after the shootout, the bandits’ bodies were disinterred, and Peró identified them as the pair who had held him up. Tupiza officials conducted an inquest of the robbery and shootout, interviewing Peró, Bellot and several other area residents, but were unable to ascertain the dead outlaws’ names.

In July 1909, Frank D. Aller, Sundance’s benefactor in Antofagasta, wrote the American Legation in La Paz for ‘confirmation and a certificate of death’ for two Americans–one known as Frank Boyd or H.A. Brown and the other as Maxwell–who were reportedly ‘killed at San Vicente near Tupiza by natives and police and buried as ‘desconocidos’ [unknowns].’ Aller said that he needed a death certificate to settle Boyd’s estate in Chile. The legation forwarded the request to the Bolivian foreign ministry, stating that the Americans had ‘held up several of the Bolivian Railway Company’s pay trains, as also the stage coaches of several mines, and…were killed in a fight with soldiers that were detached to capture them as outlaws.’

In late 1910, after considerable procrastination, the Bolivian government finally responded with a summary of the Tupiza inquest report and ‘death certificates for the two men, whose names [were] unknown.’

Abonnez-vous en ligne et économisez près de 40%.

In May 1913, a Missouri carpenter named Francis M. Lowe was arrested in La Paz on suspicion of being George Parker (Butch’s real name, according to the Pinkertons’ wanted posters). With the aid of the American Legation, Lowe established that his was a case of mistaken identity. In filing a report on the matter, an official at the legation advised U.S. Secretary of State William Jennings Bryan that ‘certain Englishmen and others here assert that a man known as George Parker [whom the La Paz police were seeking] had been killed in one of the provinces two or three years ago while resisting’ arrest.

Shortly before Lowe was detained, William A. Pinkerton had heard about the San Vicente shootout, but had dismissed ‘the whole story as a fake.’ The agency never officially called off the search for Butch and Sundance. Indeed, in 1921, Mr. Pinkerton told an agent that ‘the last we heard of [the Sundance Kid]…he was in jail in Peru for an attempted bank robbery. Butch Cassidy had been with him but got away and is supposed to have returned to the Argentine.’ Needless to say, the Pinkertons never caught up with the pair.

This article was written by Anne Meadows and Daniel Buck and originally appeared in the February 1997 issue of Wild West. For more great articles, order your subscription of Wild West magazine aujourd'hui !


The truth about the death of Butch Cassidy and the Sundance Kid

Butch Cassidy’s well known story ends in Bolivia – but a different story brings him back to the desert southwest of the United States.

Witnesses and family members say the bandits didn’t die in a South American shootout after all. Mystery Wire’s George Knapp says historians will tell you – “nothing changes more than the past.”

The commonly accepted story about Butch Cassidy and the Sundance Kid is that they fled to South America and were gunned down in a Bolivian shootout. The marked grave site became a tourist attraction, but there’s one hitch. The men in that grave were not Butch and Sundance. DNA evidence proves it. So what became of the affable bandits? Here’s a look!

The story is Butch Cassidy and the Sundance Kid has been told and re-told in history books and Hollywood movies, but did they get it wrong? Watch this and share your thoughts!


40. The Lesser Known Chapter of Butch Cassidy&rsquos and the Sundance Kid&rsquos Career: The Finale

Towards the end of the nineteenth century, Butch Cassidy, real name LeRoy Parker (1866 &ndash 1908) was America&rsquos most infamous outlaw. He led a Wild West bandit crew known as the &ldquoHole in the Wall Gang&rdquo and &ldquoWild Bunch&rdquo &ndash which hich included his equally infamous sidekick the Sundance Kid &ndash that specialized in train and bank robberies.

The gang got away with a series of high value scores that made them folk heroes to some, and made a mockery of the authorities&rsquo impotence. By 1900, however, things had gotten hot enough for Cassidy to try to negotiate an amnesty with Wyoming&rsquos governor. He wrecked the deal by robbing yet another train while negotiating. So he and the Sundance went on the lam, fleeing first to New York City, then to South America. There, the gringo fugitives wrote a fascinating but lesser known final chapter to their outlaw careers.


THE VOICE OF CHICAGO'S GAY, LESBIAN, BI, TRANS AND QUEER COMMUNITY SINCE 1985

This article shared 1806 times since Tue Aug 18, 2020

That man there? He's just a nice guy.

Kind and generous, respectful and friendly, he's a true gentleman, and he's never judgmental. He loves children and animals, truth and honor. He's a good sport, a good man—and in the new book Butch Cassidy, by Charles Leerhsen, he's a good shot, too.

Eight years before the film Butch Cassidy and the Sundance Kid was released in 1969, the last of Cassidy's Wild Bunch "went into the ground." Her name was Laura Bullion and, says Leerhsen, she was one of a small handful of female groupies who followed the outlaw gang, led by the man played by Paul Newman.

"It was easy," Leerhsen says "to be smitten by Cassidy. "

Born Robert Parker in a tiny cabin in Beaver, Utah, Cassidy grew up uninterested in both his parents farm, and his ancestors' Mormon religion. He was too fun-loving, too full of mischief and an appreciation for guns, horses, and gambling to settle down—and yet, unlike many Wild West scoundrels, he was well-read, kind and goodhearted which, in the hearts and minds of Old West citizens, set him apart from all the others during his life of crime. Later, though apparently not deceitfully, he began using "Cassidy" as a surname, alternating with his given name.

Despite its appeal as an American legend, however, the story of Butch Cassidy and Harry "Sundance" Longabaugh might've merely enfolded into history, were it not for Hollywood, although Tinseltown messed with the myth. Reel men and real men were two different things and, says Leerhsen, it's possible that Sundance wasn't Cassidy's best friend. Their bones may not lie in South America, and historians believe that Cassidy may have been bisexual indeed, Cassidy's mother commented on it. About the bank heists, train robberies, and horse thefts: Cassidy was a criminal but was Hollywood correct in portraying him as an "extraordinary human being?"

"Oddly enough," says Leerhsen, "the answer, it seems, is yes. "

Thankfully, that doesn't mean a cliched riding-off-into-the-sunset scene inside Butch Cassidy. There's no such sentimentality here instead, you'll find lots of delightful set-you-rights and the chance to meet a roguish scoundrel who's hard to historically hate—a notion that many of Cassidy's victims would have surprisingly agreed with.

In explaining why that's so, author Leerhsen shows why Cassidy's exploits loomed so large in the West but were then largely forgotten for so long. In this, readers may get the sense that the movie memorializing didn't please Leerhsen, and that he is no fan of the general Hollywoodization of history.

But that's one small part of what's here. The real appeal of this book—what's fully half the fun of it—is the sense that Leerhsen isn't just telling this tale. He's growling it, grizzled-like, perhaps over campfire and cowpoke stew, surrounded by rustled cattle.

Absolutely, historians will want this book. For sure, L'Amour and McMurtry fans will enjoy it. As for lovers of a good tale, well, if you want something different this summer, Butch Cassidy will be a nice change.

This article shared 1806 times since Tue Aug 18, 2020

Windy City Media Group does not approve or necessarily agree with the views posted below.
Please do not post letters to the editor here. Please also be civil in your dialogue.
If you need to be mean, just know that the longer you stay on this page, the more you help us.

BOOKS Grandma, Grace Jones are heroes in non-binary author's children's book 2021-06-22
- Non-binary author, alternative hip hop artist, mother and activist Ris iRAWniQ Anderson has published the children's book in Charlie's Best Work Yet. Charlie's Best Work Yet tells the semi-autobiographical story of Charlie—a shy, artistic .

New book: Majority Leader Hoyer unsung hero of Don't Ask, Don't Tell repeal 2021-06-22
--From a press release - WASHINGTON, DC &mdash In a new book, LGBTQ Lobbying in the United States, authored by Dr. Christopher Pepin-Neff, LGBTQ researcher and Senior Lecturer in Public Policy at the University of Sydney and first lobbyist for Don't .

The Cost of Pride: Research goes inside LGBTQ movement's two decades of progress 2021-06-21
--From a press release - Sydney, Australia — With LGBTQ Pride Month upon us, new University of Sydney research released today paints a vivid picture of how the LGBTQ community has achieved groundbreaking advancements over the past two decades. The study .

BOOKS Precious Brady-Davis has arrived 2021-06-18
- Recently honored by Mayor Lightfoot and the LGBTQ Advisory Council as a community leader who has "helped build the foundation for a more welcoming, equitable and inclusive Chicago," Precious Brady-Davis wants to do it all. She .

"Chicago: Where comics came to life 񢇘-1960)" at Chicago Cultural Center 2021-06-18
--From a press release - "Chicago: Where comics came to life 񢇘-1960)" opens Saturday, June 19 at Chicago Cultural Center. The new exhibition celebrates Chicago as the comics capital of the world. Current exhibitions include .

New book sets the record straight on Act Up New York 2021-06-10
- Novelist, playwright, nonfiction writer, journalist, screenwriter, LGBTQ+-rights activist and AIDS historian Sarah Schuman preserves the power of the AIDS Coalition to Unleash Power (ACT UP) while laying everything out about .

Lambda Literary Award winners announced 2021-06-09
- On June 1, Lambda Literary announced the winners of its 33rd Annual Lambda Literary Awards. The winners were selected by a panel of more than 60 literary professionals from more than 1,000 book submissions from more .

Temple Beth-El to offer 'Drag Queen Story Time' on June 5 2021-05-31
- Temple Beth-El, a Reform Jewish synagogue in Northbrook, will hold "Drag Queen Story Time" on Saturday, June 5, 4-4:45 p.m., on Zoom. The all-ages event will feature Merriam Levkowitz, described on a flyer as "Chicago's premier .

An Evening with Fran Lebowitz at the Auditorium Theatre on April 15, 2022 2021-05-25
--From a press release - Chicago, IL May 24, 2021 — An Evening with Fran Lebowitz on Friday, April 15th at Auditorium Theatre located at 50 E. Congress Pkwy Chicago, IL. This show is all ages and begins at 7:30 PM .

Little library honoring John Pennycuff is unveiled 2021-05-24
- Chicago's Unity Park Advisory Council (UPAC) held "Park Day" May 22 at the site, 2636 N. Kimball Ave.—and one of the events involved the unveiling of a custom-designed little library that honors late LGBTQ-rights activist John .

'Real Housewives' expert Brian Moylan keeps it real in new tell-all book 2021-05-21
- Bravo's Real Housewives franchise, which has been stirring the pot for more than 15 years, has launched 31 books and a cocktail line featured two jail sentences and a couple of supermodel daughters made Andy Cohen .

Women and Children First hosts 'Documenting LGBTQ+ Histories' virtual panel 2021-05-18
- To celebrate the release of Diana Souhami's book No Modernism Without Lesbians, Women and Children First hosted a "Documenting LGBTQ+ Histories" virtual panel May 16. Gerber/Hart Library and Archives volunteer .

NBJC and Out in Tech kick off Pride with launch of Lavender Book app 2021-05-18
--From a press release - As Pride Month approaches, the National Black Justice Coalition (NBJC) and Out in Tech are launching Lavender Book, a web based app dedicated to finding safe and inclusive spaces for members of the Queer BIPOC community .

BOOKS Lesbian author Amanda Kabak to release hate-crime novel July 20 2021-05-15
- Lesbian author Amanda Kabak—a Chicago native who now resides in Lakeland, Florida—is releasing the novel Upended on July 20. In Upended, Maddie, a driven entrepreneur, finds her world thrown into disarray when she survives a hate .

'An Evening with Fran Lebowitz' in April 2022 in NYC 2021-05-12
- Legendary author, journalist and social observer Fran Lebowitz is slated to return to The Town Hall stage in New York City for two live, in conversation events on April 6-7, 2022. Lebowitz is coming off her .


Copyright © 2021 Windy City Media Group. Tous les droits sont réservés.
Reprint by permission only. PDFs for back issues are downloadable from
our online archives. Single copies of back issues in print form are
available for $4 per issue, older than one month for $6 if available,
by check to the mailing address listed below.

Return postage must accompany all manuscripts, drawings, and
photographs submitted if they are to be returned, and no
responsibility may be assumed for unsolicited materials.
All rights to letters, art and photos sent to Nightspots
(Chicago GLBT Nightlife News) and Windy City Times (a Chicago
Gay and Lesbian News and Feature Publication) will be treated
as unconditionally assigned for publication purposes and as such,
subject to editing and comment. The opinions expressed by the
columnists, cartoonists, letter writers, and commentators are
their own and do not necessarily reflect the position of Nightspots
(Chicago GLBT Nightlife News) and Windy City Times (a Chicago Gay,
Lesbian, Bisexual and Transegender News and Feature Publication).

The appearance of a name, image or photo of a person or group in
Nightspots (Chicago GLBT Nightlife News) and Windy City Times
(a Chicago Gay, Lesbian, Bisexual and Transgender News and Feature
Publication) does not indicate the sexual orientation of such
individuals or groups. While we encourage readers to support the
advertisers who make this newspaper possible, Nightspots (Chicago
GLBT Nightlife News) and Windy City Times (a Chicago Gay, Lesbian
News and Feature Publication) cannot accept responsibility for
any advertising claims or promotions.


Voir la vidéo: Butch Cassidy and the Sundance Kids - Lookin For Someone